Menu

Théâtre à Sorano : En hommage à Tchicaya U Tam’Si

La Compagnie du Théâtre national Daniel Sorano présente un spectacle poétique intitulé Hommage A Tchicaya U Tam’Si, le vendredi 13 avril  2018 à 10 h à Sorano. La mise en scène porte la signature du créateur Benjamin Jules-Rosette, ancien directeur du Théâtre noir de Paris. Jean Tamba signe la chorégraphie et la pièce est interprétée par des artistes et comédiens de la Troupe nationale dramatique et du Ballet national La Linguère.

 

Cette nouvelle création de la Compagnie du Théâtre national Daniel Sorano s’inspire de l’une des principales œuvres Feux de Brousse de l’auteur qui nous plonge dans un Congo écartelé et, à travers une langue qui mêle violence et passion.  

Un poème fort et puissant, habité de souffles, de fièvre ou tout sourire n’est pas absent. Ce spectacle original est interprété par les artistes et comédiens de la Troupe nationale dramatique et du Ballet national La Linguère.

 

Pour rappel, Gérald-Félix Tchicaya U Tam’si (celui qui parle pour son pays) est né le 25 avril 1931 et décédé le 22 avril 1988. Grand Prix de Poésie du Festival Mondial des Arts nègres de 1966, Tchicaya U Tam’Si, est le poète africain le plus doué de sa génération.

 

Son écriture engagée qui est à la fois congolaise, africaine et universelle s’inscrit dans le combat contre toutes les formes d’oppressions, de discriminations et d’exclusions.

Baobabafrique.com

 

 

 

  

En savoir plus...

Le Ministre de la Culture préside l’atelier de validation de la revue annuelle

Le ministre de la Culture Abdou Latif Coulibaly préside le jeudi 12 avril 2018 à 9 heures au Grand Théâtre à Dakar un atelier de validation de la revue annuelle conjointe 2018 de son département. 


 Le ministère de la Culture "a entrepris en 2016, l’élaboration d’une Lettre de politique sectorielle et de développement (LPSD) qui permet de réajuster sa politique culturelle aux orientations du Plan Sénégal émergent", PSE.

 

"Il s’agit par la LPSD, de traduire la théorie en plans d’actions opérationnels, avec des moyens humains et financiers à la hauteur de l’importance des challenges qui, entre autres enjeux, s’insèrent dans la trame des grands projets du Chefs de l’Etat".

Baobabafrique.com

En savoir plus...

Prix du jeune écrivain africain : après Famew Camara, 2019 se prépare

 Le prix du jeune écrivain de la renaissance africaine a été décerné, pour l’édition 2018, à la poétesse Mame Famew Camara pour son recueil de poèmes intitulé "Une flamme, une vie, une âme". Le comité va se mettre en place dans les meilleurs délais pour préparer l’édition 2019 du Prix annonce Racine Senghor, administrateur du Monument de la Renaissance africaine et initiateur du Prix du jeune africain.

La lauréate a reçu sa récompense en marge de la Journée de la renaissance africaine dont la cérémonie officielle s’est tenue sous la présidence du secrétaire général du ministère de la Culture, Birane Niang.

La lauréate, auteur d’un premier recueil publié aux éditions L’Harmattan et intitulé ’’Si loin, si prêt’’, s’est dite "très heureuse" de cette distinction, accompagnée d’un trophée du Monument de la renaissance et d’une enveloppe financière d’un million de francs CFA.

"Qui dit renaissance, dit jeunesse. Le Monument de la renaissance africaine, (…), met-il l’accent sur la promotion de cette couche importante et dynamique de l’Afrique et de la diaspora. C’est la raison pour laquelle est institué le prix du jeune écrivain, prix de la renaissance", a dit le secrétaire général du ministère de la Culture. 

M. Niang promet de "travailler à faire de ce prix une distinction africaine".

Le prix du jeune écrivain de la renaissance africaine constitue "le cachet nouveau" de cette 4e édition de la Journée de la renaissance africaine, a de son côté relevé l’administrateur du Monument du même nom, le professeur Abdoulaye Racine Senghor.

M. Senghor a rappelé que la journée de la renaissance africaine avait été instituée sur décision de l’Union africaine (UA).

"Mame Famew Camara est une poétesse totale, avec une écriture sobre, dénudée de tout cliché, mais surtout animée par une fine création, (...)", écrit en guise de préfacier Alioune Badara Bèye, président du jury et par ailleurs président de l’Association des écrivains du Sénégal.

A l’occasion de cette journée, le public a pris part à la dégustation de mets de pays africains (Egypte, Cameroun, Cap-Vert, etc.). La manifestation a été également agrémentée par la prestation d’une troupe cap-verdienne.

APS

 

En savoir plus...

Musique : Fou Malade et Niagass en album

 Les rappeurs Fou Malade et Niagass organisent une conférence de presse le jeudi 12 avril 2018, à 10 heures 30, à l’Institut français de Dakar.

A cette occasion, les deux rappeurs vont présenter leur nouvel album intitulé "Ousseynou ak Assane" dont la sortie est prévue le lendemain, 13 avril 2018.

"L’album +Ousseynou ak Assane+ c’est l’histoire d’une amitié, d’une complicité musicale de 15 ans. Fou Malade et Niagass ou +Ousseynou ak Assane+, deux amis, plus que frères, presque jumeaux, tellement leurs corps, leurs voix et leurs âmes se ressemblent, au point d’être pris l’un pour l’autre".

Niagass et Fou Malade lancent ainsi "un appel aux jeunesses africaines à relever la tête, se tenir debout pour leur émancipation et l’essor du continent" sur un fond musical alliant afrotrap, pop-rap et hip hop.

Niagass, de son vrai nom Papa Demba Aw, et Fou Malade, Malal Almamy Talla à l’état civil, ont déjà produit deux albums en commun, "Gent Bi" en 2015 et "Sénégal" en 2012.

APS

En savoir plus...

Complexe cinématographique Ousmane Sembène : Inauguration le 31 mars 2018

Le groupe Saleh a répondu positivement à la volonté des autorités sénégalaises en mettant en place un complexe cinématographique à Dakar qui porte le nom du père fondateur du cinéma africain, Ousmane Sembène rappelé à Dieu il y a 10 ans. L’ouverture officielle est prévue le 31mars 2018. Les trois salles qui comptent un total de 500 places, répondent aux normes de sécurité requises et disposent de toutes les commodités nécessaires avec des équipements ultra modernes, sont chacune baptisées au nom d'un des pionniers du cinéma africain, sans compter une salle 5D qui porte le nom de Soukeyna Saleh, la fille du promoteur Youssef Saleh, décédée à la fleur de l’âge.

 Baobabafrique.com

En savoir plus...

Dak’Art 2018 : Le Marché de l’art africain de Dakar à l’Hôtel de Ville de Dakar

Baobab Production, SenGalerie et les Ateliers du Sahel organisent la deuxième édition du Marché de l’art africain de Dakar (Madak). Le MADAK se déroule du vendredi 4 au lundi 14 mai 2018 dans les jardins de l’Hôtel de Ville de Dakar (Côté Station Total) au Boulevard de la Libération. Le Madak 2018 se tient en marge dela 13ème Biennale  de l’art africain contemporain de Dakar. L’espace Au programme : une grande exposition-vente d’œuvres et des rencontres d’affaires. Il s’agit de contribuer effectivement à la circulation et la commercialisation des œuvres d’art contemporain et des pièces antiques en Afrique et à travers le monde.

Baobabafrique.com

 

En savoir plus...

La 2ème Biennale des mômes 2018 au Monument de la Renaissance Africaine.

La deuxième édition de la Biennale Internationale des Mômes aura lieu du 5 au 13 mai 2018 au Monument de la Renaissance Africaine à Dakar. Cette grande manifestation artistique et culturelle autour du thème « Enfance et Education artistique » est organisée par Baobab Production et Jolof Création en partenariat avec le Monument de la Renaissance Africaine. L’objectif consiste à promouvoir le patrimoine culturel, l’éducation artistique, l’épanouissement, l’éveil chez les enfants et les jeunes.  Des enfants de 3 à 6 ans et des jeunes 6 à 17 ans vont exprimer leurs préoccupations, espoirs et attentes à travers des œuvres d’art. En marge de la 13ème Biennale de l’art africain contemporain de Dakar, plus de 1.500 enfants et jeunes participent aux workshops, ateliers artistiques, performances et aux expositions de la Biennale des Mômes. Ils viennent des établissements préscolaires, scolaires, des institutions sociales, des daaras, des établissements bilingues, des espaces jeunes, des associations sportives et culturelles (Asc), des associations de handicapés, des associations de parents d’élèves, etc.

Baobabafrique.com

 

En savoir plus...

Pré colloque des Layènes : l’éducation, la paix et la sécurité au menu

 « L’éducation, gage de la promotion de la paix et de la sécurité dans le monde : le modèle prôné par le Mahdi Seydina Limamou Lahi » tel est le thème du pré-colloque prévu le 7 avril 2018 au King Fahd Palace à Dakar. Piloté par le comité d’orientation et de reflexion composé de Alioune Badara Bèye, Dial Thiaw Laye, Baytir Ka entre autres disciples de Baye Lahi, ce pré-colloque est placé sous la présidence d’honneur  du chef de l’Etat, Monsieur Macky Sall, avec comme invité d’honneur le président gambien, Monsieur Adama Barrow.

 Le pré-colloque en prélude à la 138ème édition de l’Appel de Seydina Limalou Laye qui aura lieu du 16 au 17 avril 2018, sera un grand moment de réflexion et d’échange entre des sommité en provenance de plusieurs pays. 

« Nous avons choisi le thème de la paix, parce que tout le monde sait que ce monde-là, la troisième guerre mondiale, c’est la guerre contre le terrorisme », a précisé  Baytir Kâ, membre du comité scientifique.

Dans les enseignements de Seydina Limamou Laye, poursuit-il, « il y a une grande part réservée à la prise en charge de l’enfant dès le jeune âge ».  

« Ce que les gens connaissent le plus chez les Layènes, c’est d’abord le phénomène de circoncision dès la naissance qui permet à ce niveau de responsabiliser l’enfant. La deuxième chose, dans la communauté, l’enfant est éduqué selon les principes de l’Islam. Dans la communauté Ahlou Lahi, l’enfant est pris en charge sur le plan spirituel, social et économique dès sa naissance. C’est pourquoi d’ailleurs dans l’espace communautaire des Layènes, il y a une certaine solidarité, une tolérance, une certaine complémentarité entre les gens », a ajouté M. Kâ.

BaobabAfrique

 

En savoir plus...

Les femmes à l'honneur: Parcours de femmes battantes et combattantes

Le Centre Culturel Blaise Senghor organise ce vendredi 9 mars 2018 à  15h à l'espace restaurant dudit centre, un panel sur le thème: " Les femmes à l'honneur: Parcours de femmes battantes et combattantes".
Les intervenantes à cette rencontre: Binta NDAW, écrivaine, Amina SECK, écrivaine, Adama BOYE, artistes plasticienne, Présidente du Réseau des Femmes entrepreneures culturelles, REFEC. Et la Modératrice, Awa Cheikh Diouf CAMARA, Directrice de la Galerie Nationale d'Art.
BaobabAfrique

 

En savoir plus...

Musique : Diazaka à Sorano le samedi 3 mars 2018

  • Publié dans Musique

En prélude à son concert-anniversaire prévu le samedi 3 mars 2018 au Théâtre Sorano, le chanteur Mame Goor Diazaka rencontre la presse le jeudi 15 février 2018 au Caesar en face du Café de Rome. Une occasion pour le natif  de Rufisque de revenir sur son actualité musicale. Il s’agit de la sortie de son album de quatre titres, de sa tournée pour promouvoir la Destination Sénégal et du gala à Sorano. Engagé à sa manière Mame Goor a décidé de soutenir l’activité touristique au Sénégal. Pour ce faire et en relation avec le Ministère en charge du Tourisme et l’agence de promotion touristique, Diazaka, lance un nouveau concept la Musique au Service de la Destination Sénégal. 

BaobaAfrique

 

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS