Menu

Dakar-Fashion-Week 2018 : Adama Paris face à la presse, ce jeudi 21 juin

  • Publié dans Mode
La styliste Adama Paris anime une conférence de presse, le jeudi 21 juin 2018, dans le cadre de la 16e édition du "Dakar fashion week", annonce-t-elle dans un communiqué transmis à l’APS. 

Le communiqué précise que cette rencontre avec les journalistes se tiendra à partir de 11 heures, à Alkimia (route des Almadies), à Dakar.
 
Selon la même source, l’édition 2018 du ’’Dakar fashion week’’, prévue du 20 au 24 juin, devrait enregistrer la participation de "35 créateurs venus du monde entier".
 
"Dakar fashion week" se tiendra en divers endroits, notamment à la résidence de l’ambassade de France et dans des hôtels de la place où des défilés de mode sont prévus.
 
La seizième édition a pour thème "My Africa ! Notre Afrique est si créative !", en lien avec l’idée selon laquelle "l’art, la culture voire la mode sont des vecteurs extrêmement forts de cette industrie créative".
En savoir plus...

Hommage : Khady Diouf monte sur scène à 78 ans

Sous  l’égide   du  Ministère  de  la  Culture,   la  Commune  de  Palmarin  et  la Compagnie   du  Théâtre  national  Daniel  Sorano  organisent,  du  20  juin  au 1er juillet  2018,   à  Dakar   et  Palmarin,    les   Journées  Hommage  à  Khady DIOUF   Diakhanor  en sa présence. D’ailleurs, Khady montera sur scène à 78 ans.    

Khady   Diouf,  née  le  1er mars  1940 à  Palmarin,  a  été   de   1966 à 1995   artiste  chanteuse   au  sein de l’ Ensemble lyrique traditionnel de la  Compagnie du  Théâtre national Daniel  Sorano.

A ce  titre,  elle a participée à plusieurs tournées nationales et  internationales  de  cette  troupe  artistique.

Durant  sa  longue     carrière   professionnelle   d’artiste ,  elle  conquis   tous   les  publics    avec  son  répertoire  très   riche  dans   lequel  on retrouve  des chansons cultes comme : Ndeye Wa Sa Nam, Diofior, Bateau  Sénégal ….

 Elle  a ainsi contribué de manière significative à la promotion et à la valorisation  des chants, rythmes  et  danses  sérères  comme le   ndioup   et le ngel  

En  reconnaissance  de  tout   ce  que   Khady  DIOUF  a  fait   sur  le  plan culturel   pour   son  terroir  et  surtout  pour  le  Sénégal,  la  Commune  de  Palmarin,  en   partenariat  avec  la  Compagnie  de  Théâtre  national  Daniel Sorano,  a   pris  l’initiative  d’organiser  des   Journées  Hommage  à  Khady  DIOUF  Diakhanor.

Au  programme,   il  est   prévu  à  Dakar,  au   Théâtre national  Daniel  Sorano,   le  mercredi  20  juin 2018   à    9 heures,  une   conférence   de   presse  de  lancement   de  l’événement ,  suivie   du   vernissage  de   l’exposition  sur   la   Diva  Khady  Diouf .  A  Palmarin,   du  23 juin   au  1er  juillet  2018 ,  les journées se poursuivent avec la présentation   de  l’exposition  et des  manifestations  folkloriques et   avec  les  artistes  du   terroir,  et  d’une  grande  soirée de  gala, le   samedi  30 juin,   avec   la   participation  des   artistes et  anciennes  vedettes  de    l’Ensemble  lyrique traditionnel autour  de  la  Diva  Khady DIOUF  Diakhanor. La clôture  de   ces   Journées   culturelles  est  prévue  le  dimanche  1er juillet  2018. 

 Baobabafrique

 

En savoir plus...

Dakar abrite fin 2018 un forum francophone

Le Sénégal est en train de préparer la tenue, ‘’vers la fin de l’année 2018’’, du Forum francophone d’Afrique, a annoncé, mardi, à Dakar, le ministre de l’Intégration africaine, du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique et de la Francophonie, Mbagnick Ndiaye.

‘’Pour améliorer les choses et renforcer la vocation francophone de notre pays, il faut innover. C’est en ce sens que nous sommes en train de travailler à l’organisation à Dakar, vers la fin de l’année 2018, d’un évènement international que nous avons l’ambition de pérenniser : le Forum francophone d’Afrique’’, a dit M. Ndiaye.

Il s’exprimait lors d’une réunion avec des diplomates de pays francophones accrédités au Sénégal et de représentants d’institutions francophones basées à Dakar. Des ‘’décideurs institutionnels’’, des représentants des milieux économiques, des associations et réseaux d’intellectuels et de chercheurs prendront part au forum, a indiqué Mbagnick Ndiaye.

Il affirme que cette rencontre sera une ‘’plateforme de réflexions et de propositions prospectives sur les grands enjeux qui interpellent l’espace francophone’’. ‘’Le Forum francophone d’Afrique étant un projet inédit, qui se pense et se construit pas à pas, jour après jour, toutes les bonnes idées et les contributions sont les bienvenues’’, a ajouté M. Ndiaye.

En savoir plus...

Samia Nkrumah, la fille de Kwame Nkrumah à Dakar

Le Comité d’initiative international provisoire (CIIP) pour la réalisation des Etats africains unis (EAU) reçoit, ce lundi 11 juin 2018, à Dakar, la visite d’une délégation ghanéenne conduite par Samia Nkrumah, une militante panafricaniste et fille de Nkwame Nkrumah.

Mme Nkrumah séjourne dans la capitale sénégalaise jusqu’à samedi 16 juin 2018. Elle va y rencontrer des autorités étatiques, en prélude au pré congrès prévu du 10 au 16 décembre 2018 à Accra, la capitale du Ghana, « en vue de la réalisation du projet des Etats africains unis en l’espace d’une génération ».

Samia Nkrumah, députée à l’Assemblée nationale du Ghana, sera accompagnée de Richmond Nii Akomfrah, un responsable du comité d’organisation du pré congrès. A Dakar, elle rencontre des membres du CIIP, mais aussi le ministre sénégalais de l’Intégration africaine, Mbagnick Ndiaye.

Mme Nkrumah anime une conférence de presse ce lundi 11 juin à 16 heures, au West African Cultural Center WARC. Elle va ensuite rencontrer le président de l’Assemblée nationale du Sénégal, Moustapha Niasse, mercredi 13 juin 2018.

La délégation ghanéenne participera également à un débat sur les « dialogues et partages entre générations de militants panafricanistes », jeudi 14 juin 2018, avant de tenir une séance de travail avec des membres du CIIP, le même jour, à 17 heures, au WARC.

Baobabafrique (Source Ciip-Dakar)

En savoir plus...

Livre: le roman " l'ombre blanche ", un appel à l'engagement, selon son auteur

Le roman ‘’L’ombre blanche’’ (120 pages) a été présenté comme un appel à l’engagement, ‘’l’une des meilleures écoles de la vie’’, par son auteur, Alain Sambou, lors d’une cérémonie de présentation de l’ouvrage au public, samedi, à Dakar.
 
‘’J’ai compris que rien ne peut exister sans engagement. J’ai compris que tout (…) dans la vie est engagement. J’ai compris que ceux qui s’engagent écrivent les pages de l’histoire (...) S’engager commence par l’estime de soi et la foi en Dieu’’, a expliqué le jeune écrivain, membre du Cercle des jeunes auteurs du Sénégal et secrétaire général des jeunesses socialistes de Ouakam, à Dakar. 
 
Dans son premier livre, publié par L’Harmattan-Sénégal en avril dernier, Alain Sambou appelle à ‘’l’engagement contre la fatalité’’.
 
Le roman narre la vie d’une jeune Sénégalaise, Irina, âgée de 16 ans et éduquée dans une famille modeste. La vie d’Irina est bouleversée lorsque sa mère accueille chez elle le jeune Roland, qui lui impose un mariage, avec la complicité des parents de la jeune fille. Irina mène une bataille existentielle depuis l’annonce du projet de mariage.
 
Le livre est ‘’écrit dans un style simple et facile à comprendre’’, avec un mélange de récit et de poésie, pour parler de ‘’mariage forcé’’, d’‘’excision’’, d’‘’inceste’’ et de la ‘’mort’’, explique le présentateur de l’ouvrage, Nourou Aliou Kane.
 
‘’Ce roman d’aventure (…) relate la problématique récurrente du mariage arrangé, pour lequel l’honneur familial et la loi du sang priment sur la valeur amour’’, ajoute M. Kane.
 
Alain Sambou ‘’a pris le soin de mettre le doigt sur beaucoup de problématiques et de réalités que vivent nos sociétés, la société sénégalaise en particulier…’’ poursuit le présentateur du livre. 
 
Selon M. Kane, ce n’est pas un hasard, dans la mesure où Alain Sambou dit être l’‘’ambassadeur de la cause féminine’’, en considérant que la femme est ‘’porteuse de vie et d’espoir’’.

Alain Sambou rend hommage aux héroïnes du passé et du présent : Ndatté Yalla, du Walo, Aline Sitoë Diatta, de la Casamance, Mère Teresa, la religieuse catholique albanaise naturalisée indienne et Prix Nobel de la paix en 1979, Marième Faye Sall, la Première Dame du Sénégal. 
 
Alain Sambou dirige l’antenne sénégalaise de l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture et est ambassadeur au Sénégal du collectif ‘’Oser l’Afrique’’. Il a fait des études en marketing, communication et arts graphiques.
En savoir plus...

Littérature : L’écrivain Kei Miller, lauréat du Prix Les Afriques 2018

L’écrivain et nouvelliste  Kei Miller est le lauréat de l’édition 2018 du  Prix  LES AFRIQUES  pour son roman By the rivers of Babylon paru en 2017 aux Editions Zulma. Il s’agit de la traduction française d’Augustown. La cérémonie solennelle de remise du prix au poète et romancier aura lieu le samedi 16 juin 2018 à la Société de Lecture à Genève en présence des membres du jury et plus particulièrement de Monsieur Boubacar Boris Diop.

C’est un roman ample qui a pour cadre un quartier singulier–Augustown. Peut-être quelque chose comme Soweto en Afrique du Sud en termes de conditions sociales et d’homogénéité des habitants. Des Noirs et des pauvres de la Jamaïque. Kei Miller hisse cet univers déclassé et de laissés-pour-compte en centre du monde avec ses us et coutumes, ses codes moraux et d’honneur très fermes, son passé, son histoire, ainsi de suite. Même la capitale Kingston et ses zones résidentielles de riches et de Blancs finit presque par apparaître comme périphérique… par rapport à ce lieu principal qu’est Augustown.

« Un roman réussi et irrésistible. Le lecteur s’identifie aux personnages malgré ce lieu rebutant et violent. On prend plaisir à y séjourner et à les suivre. Le roman est comme un grand fleuve nourri par des aÆuents multi- ples. Une journée particulière celle où un professeur a la très malencontreuse idée de couper ses dreadlocks au jeune Kaia, Rense impardonnable ! –contée minutieusement avec des allers et retours dans l’espace et dans le temps. Grande maîtrise dans l’articulation des différentes composantes du roman qui sont souvent presque des mini-romans en soi»

Fléo Ananissoh (écrivain, membre du jury) «C'est un texte dense, d'une grande originalité. Il donne au premier abord une impression de confusion qui est vite dissipée tant l'auteur est maitre du récit et de ses personnages. Les relations entre ceux-ci sur la durée sont un des pointsfortsdeBytheRiversofBabylondontonpeutégale- ment dire qu'il est le portrait aussi attendri que féroce d'un pays et d'un peuple»

Boubacar Boris DIOP (écrivain, membre du Jury) «C’est toute la tragédie de la Jamaïque, et même de toute la Caraïbe à des degrés  divers, qui est décrite avec fougue, avec comme toile de fond, violence, grandeur et décadence. Un livre magnifique».

Ken BUGUL (écrivaine, membre du jury

L’éditeur  français (ÉditionsZulma,«Littératures du monde entier») du lauréat le présente ainsi: «Romancier et poète, KeiMiller est né en 1978 à Kingston, en Jamaïque, où il agrandi. Il vit au Royaume-Uni. Depuis L’authentique Pearline Portious, il poursuit une œuvre romanesque aussi éclatante qu’envoûtante sur notre manière de penser et dire le monde.»

La CENE littéraire est une association de lecteurs-mécènes dont le jury prime, depuis trois ans, un auteur Africain ou des diasporas africaines dont l’œuvre frappe par la force de son engagement et son originalité sur des questions tant d’ordre politique que sociétal ou culturel. Il récompense son lauréat d’un chèque d’une valeur de 5'000.-euros et d’une œuvre d’art du peintre Sénégalo-Suisse Momar SECK.

Le Jury du « Prix Les Afriques » est composé des 6 personnalités suivantes :

Łéo ANANISSOH (Romancier,essayiste)

Ken BUGUL (Romancière)

Boubacar Boris DIOP (Romancier,essayiste)

Ambroise KOM (Président du Jury, essayiste et professeur de littératures africaines, africaines-américaines et caraïbes dans plusieurs universités).

Koulsy LAMKO (Romancier, essayiste)

Hortense SIME (Médecin, passionnée de littérature)

 

 

Source     (CENE littéraire)

Genève, le 6 juin 2018,

 

Flore Agnès NdaZoa (Fondatrice de La CENE Littéraire)

 

 

En savoir plus...

Youssou Ndour invité d'honneur et représentant de l’Afrique à Bruxelles

Youssou Ndour, Ministre conseiller du Président S.E.M. Macky Sall, est l'invité d'honneur de la Commission européenne et a été choisi pour représenter le continent Africain à la 12ème édition des Journées Européennes du Développement qui se déroulera à partir de ce mardi (les 5 et 6 juin 2018) à Bruxelles (Belgique). Un forum regroupe plus de 8 000 acteurs internationaux influents de la communauté du développement aux côtés de chefs d'Etats du monde entier. A travers sa fondation mais aussi sa musique, M. Youssou Ndour s'investit dans la promotion des droits des femmes et des enfants, la réduction des inégalités mais aussi le développement durable.

Parrain de la 12ème édition des Journées européennes de développement à Bruxelles, Youssou Ndour soutient que le développement du continent noir ne pourra se faire que dès maintenant.

« Bruxelles incarne des politiques de l’Europe envers l’Afrique et avec qui nous devons échanger sur comment nous voyons les choses, comment nous allons régler certains problèmes de l’Afrique, en connexion avec l’Europe », explique le ministre conseiller.

Youssou Ndour estime que les artistes peuvent apporter leur contribution dans la diplomatie, souligne le quotidien l’Observateur.



En savoir plus...

Sénégal Emergent : L’Antenne de Pikine montre la voie

Le président du Bureau national du Club Sénégal Emergent (CSE), Youssou Diallo à la tête d’une importante délégation a officiellement installé l’Antenne départementale de Pikine du CSE, le samedi 2 juin 2018 au Théâtre Fodé Doussouba Baldé de Pikine. Les membres de l’antenne de Pikine sont convaincus que pour faire émerger le Sénégal, il faut au préalable un changement positif des mentalités et de comportements des citoyens.

 C’était l’occasion pour les membres du Club Sénégal Emergent de faire le point du Plan Sénégal Emergent au niveau du département de Pikine à travers un film commenté par Oumar Sow coordonnateur des antennes déconcentrées du CSE.  Parmi les doléances, Omar Sow cite l’érection dy lycée professionnel, une université des métiers à Pikine compte tenu du potentiel d’artisans, d’ouvriers, de techniciens dans les différentes activités professionnelles. A cet effet,  un panel a été animé par le ministre conseiller Mme Ndioro Ndiaye et le maire de Pikine Abdoulaye Timbo. Des personnes ressources du département ont eu à discuter du PSE, de ses réalisations et de ses perspectives.

Le président Youssou Diallo a souligné que le Club Sénégal Emergent est une structure de veille, d’alerte et une force de proposition. C’est ainsi une occasion pour CSE, relève-t-il, de faire des rapports aux autorités par rapport au PSE. Il précisera que le CSE est un club d’intellectuels, de cadres, de personnes ressources, mais qui n’est pas élitiste associant dans sa démarche l’ensemble des forces vives de la Nation. M. Diallo s’est réjoui de la forte mobilisation des Pikinois et Pikinoises .

A son avis, Pikine est déjà sur la voie de l’émergence à travers les nombreuses réalisations en termes d’infrastructures scolaires, sanitaires, de voiries, d’actions dans les domaines économiques, sociaux et sportifs dont «l’arène nationale en est la parfaite illustration».  

La banlieue est composée de populations travailleuses, donc une importante zone d’entreprenariat. Pour ce faire, les Pikinois ont davantage besoin de renforcement de capacités professionnelles.  Le principal acquis, en termes de réalisations, a été la quasi fin des inondations dans le département de Pikine, fait remarquer le Maire Timbo. Aussi, au niveau de la voirie, il y a eu des aspects très importants qui ont été développés. Ce qui est visible, insiste le maire.

En sa qualité de coordonnateur de l'Antenne de Pikine du Club Sénégal émergent, Mansour Sow, a d’abord remercié vivement le Bureau national du CSE conduit par le Président Youssoupha DIALLO. Il a soutenu que l'ambition de l'Antenne de Pikine est de participer à  la conscientisation et à l'éducation à la citoyenneté.

«Notre Antenne de Pikine du CSE compte sur toutes les jeunes, femmes, adultes et personnes âgées, pour constituer une masse critique capable  de s'investir vaillamment  pour la préservation du bien public», a-t-il relevé

 

Pour le responsable de Pikine, la stratégie sera axée sur la vulgarisation des réalisations et la sensibilisation pour une bonne appropriation des acquis (assainissement, routes, bourses familiales, Cmu, etc). Le Club se félicite des projets structurants en cours de réalisation comme la route des Niayes, le projet Promoville.  

 

 

 

 

En savoir plus...

Musique : ACCES 2018 à Nairobi au Kenya

Naïrobi sera le rendez-vous majeur des acteurs de la chine de valeur musicale en Afrique. L’industrie musicale en Afrique, ses forces et ses faiblesses dans un contexte de développement sera au cœur des échanges dans cette partie du continent. La conférence ACCES 2018 aura lieu du 15 au 17 novembre 2018 à Nairobi au Kenya.
 
ACCES est une Conférence internationale annuelle dédiée aux collaborations, échanges, conférences et showcases. Acces est aussi un événement panafricain permettant aux acteurs de l'industrie musicale d'échanger des idées, de découvrir des talents et de créer des opportunités de collaboration. ACCES se tient dans une ville africaine différente chaque année, attirant des acteurs clés de l'industrie musicale du monde entier. Des délégués de plus de 50 pays prennent part à la manifestation. A cela s’ajoutent des innovations dans des domaines tels que la curation de contenu, le networking, les showcases et les formats d'exposition.
 Les inscriptions pour ACCES 2018 débuteront le 1er juillet 2018. 

Alassane Cissé (baobabafrique.com

 

En savoir plus...

Mendicité forcée des enfants : les artistes au chevet des talibés

Contribuer à l’éradication de la mendicité forcée des enfants talibé, tel est le combat porté par les artistes et les acteurs de la société civile. A cet effet un atelier, du 30 au 31 mai 2018 à Dakar, a été initié dans ce sens par la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme Raddho en partenariat avec Anti Slavery International et Tostan avec l’accompagnement de Baobab Production. Ainsi, pour la coordonnatrice des droits de l’enfant à la RADDHO, Mame Couna Thioye, l’objectif de cet atelier de partage consiste à impliquer les artistes de diverses disciplines (musique, graffiti, arts plastiques, théâtre, poésie, slam, chant…).  Cependant, ils invitent les autorités sénégalaises à mettre fin à cette pratique en demandant  l’application effective de la loi qui interdit toutes les formes de maltraitance à l’encontre des enfants.

Nombreux sont les artistes qui se sont investis pour la cause noble de leur pays. Un exemple que Madame Couna Thioye souhaite que ceux du Sénégal fassent le même pour sensibiliser la population compte tenu du projet de réformes portant sur les écoles coraniques.

« Nous mettons l’accent sur la recherche des solutions durables à la lancinante question de la problématique de la mendicité. Certes, l’Etat n’est pas resté les bras croisés, car il a initié un certain nombre de mesures notamment les projets de modernisation des daaras,  qui sont en cours, mais également le projet de retraits des enfants de la rue. Et nous pensons que tous les acteurs de la société doivent être impliqués dans ce processus pour une approche de droits humains et non pas un système d’assistance, qui ne peut être provisoire.  Et nous, nous avons identifié parmi ces groupes d’acteurs, les artistes pour porter le combat à travers leurs créations.  Car, les acteurs culturels, porteurs de voix jouent un rôle déterminant dans notre société», préconise la coordonnatrice des droits de l’enfant de la RADDHO.

 Madame Thioye de souligner qu’on ne peut pas prévoir le développement ni l’émergence d’un pays en laissant en rade ses enfants. Pour elle, la véritable  richesse qui mérite l’investissement, c’est l’enfant. « Donc, nous invitons les autorités sénégalaises  à l’application effective de la loi portant sur l’interdiction de toutes formes de maltraitance des enfants».

Portant la communication des autres artistes venus assister à l’atelier de partage, l’artiste comédien Samba Mballo estime que : « Quand on est dans une société et que les artistes se taisent, c’est la catastrophe. Il suffit juste que les artistes ouvrent la bouche pour qu’on puisse éviter la catastrophe. Et dans le cas échéant nous n’allons plus se soustraire à ce fléau qui est la mendicité des enfants. Par contre, nous allons être impliqués  jusqu’au bout dans ce qu’il faut et mettre en place des projets artistiques à l’assaut de la mendicité », fera-t-il savoir.

Fana CISSE (Baobabafrique)

 

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS