Menu

Festival des arts, rites et musiques à Fatick. La culture sérère magnifiée

 La ville de « Mame Mindiss » a été le point de convergence de milliers de membres de cette Ong et de leurs cousins toucouleurs et diolas, venus des régions du Sénégal notamment Fatick, Thiès, Kaolack, Diourbel et de la Casamance.

En effet, Fatick, la ville de « Mame Mindiss », abrite, depuis vendredi 31 mars 2017 la 2ème édition du Festival des arts, rites et musiques sérères  (Festi’Siin. Et ce jusqu’au lundi 3 avril 2017. Cette grande manifestation culturelle est organisée par l’Ong «Ndef-Leng» (Union des associations culturelles sérères). L’événement se veut d’être un moment de  retrouvailles, communion, d’échanges entre  sérères, en présence de leurs cousins toucouleurs et diolas venus des différentes contrées du Sénégal. L’un des temps forts de ce festival a été l’organisation d’un colloque scientifique ayant comme thème : « Religions et éducation dans le monde sérère, d’hier à demain ». La salle de conférence du Conseil départemental s’est trouvée trop petite pour contenir tout ce beau monde. L’ambiance a atteint son paroxysme. Les artistes comme Marie Ngoné, Aïda Mbaye, fille de feue Yandé Codé Sène, Simon Sène et tant d’autres ont rivalisé de talent. De nombreuses personnalités ont rehaussé de leur présence cette manifestation notamment le gouverneur de région, Souleymane Ciss, les maires, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mary Teuw Niane, les responsables Aly koto Ndiaye, Sitor Ndour, Birame Faye, ainsi que tous les membres du bureau de «Ndef-Leng». Le député Omar Sané a fait le déplacement pour venir communier avec ses cousins sérères.

Prononçant le mot de bienvenue, le maire de la commune de Fatick, Matar Bâ, ministre des Sports, s’est plu à dire que Fatick accueille l’ensemble des Sérères du Sénégal en milieu sérère et aussi dans la ville de « Mame Mindiss » où le président de la République, Macky Sall, un membre de la famille sérère, est le maire honoraire. Selon lui, ce grand évènement contribue à développer et maintenir la langue sérère. Pour que le sérère survive, il fallait avoir une Ong «Ndef-Leng» qui regroupe l’ensemble des Sérères., a-t-il ajouté remerciant les honorables personnalités pour leur présence massive. Le maire a également remercié le ministre de la Culture et de la Communication, « un homme loyal et très  fidèle, qui a la confiance du président Macky Sall et qui se bat tous les jours pour le développement du Sénégal ». Matar Bâ a indiqué que cet évènement qui allie sports, culture et éducation est un trépied qui va permettre d’accompagner la communauté sérère et de protéger cette langue qui est extrêmement importante. Aussi, a-t-il renouvelé toute sa disponibilité à accompagner l’Ong «Ndef-Leng» dans tous les domaines.

Pour sa part, le ministre de la Culture et de la Communication a souligné que cette 2ème édition du Festi’Siin est la continuation des journées culturelles sérères. Mbagnick Ndiaye a rappelé que «Ndef-Leng» est une structure qui a comme objectif la promotion des valeurs culturelles sérères. Saluant la présence des Sérères venus de Ndiobass avec le « mbott », il a dit que c’est « extrêmement important et significatif ». Il a rappelé que le département de Fatick compte 4.452  cellules de «Ndef-Leng». Selon Mbagnick Ndiaye, ces cellules font un travail extrêmement important dans le sens du développement économique et social de leurs localités. Dans la foulée, il a remercié les membres du bureau autour d’El Hadj Sarr ainsi que les membres du comité d’organisation que préside Abdoulaye Sène.

Valeurs éducatives
Sur le thème du colloque, le ministre Mbagnick Ndiaye a fait savoir que s’ils ont tenu à parler d’éducation en milieu sérère, c’est parce que l’éducation occupe une place centrale dans la société sérère où il y a des valeurs éducatives qu’ils veulent préserver voire conserver pour les nouvelles générations. « En cette période où le terrorisme fait feu de tout bois, il est normal que les Sérères réfléchissent pour faire ressortir les valeurs éducatives sérères qui sont des valeurs saines », a-t-il soutenu. En prélude au colloque scientifique, un  « khoye » a été organisé sur le terrain de « Yonou Ndame ». Mbagnick Ndiaye a tenu à préciser qu’il a pris l’habitude de réunir les « Saltigués » dans un cadre strictement «Ndef-Leng». Selon lui, ce n’est pas un cadre de divination mais de prières et de protection pour que les manifestations du Festi’Siin se déroulent dans de bonnes conditions de paix et de sécurité. L’autre temps fort de ce Festi’Siin a été la cérémonie d’ouverture qui a eu pour cadre la place des « Berges du Sine », qui a connu également une chaude ambiance avec la bonne prestation des troupes folkloriques. Cette cérémonie a été présidée par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mary Teuw Niane, en présence de nombreuses personnalités et des festivaliers venus en masse. A cette occasion, le ministre de la Culture et de la Communication a salué la disponibilité de son frère et ami et aussi collègue, Mary Teuw Niane. Il a salué son discours axé sur l’enracinement et l’ouverture. Mbagnick Ndiaye a ajouté : « Pour que nous ayons un Sénégal émergent, il faut que nous nous enracinions dans nos valeurs traditionnelles, que nous nous ouvrions au monde extérieur. Pour cela, nous avons besoin de croire en nous-mêmes, faire en sorte que tout ce que nous faisons, tout ce que nous disons aille dans le sens de l’émergence ».

Oumar  Ngatty BA

Enracinement dans la tradition et ouverture à la science

Avant de déclarer ouvert le Festi’Siin 2017, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mary Teuw Niane, a remercié son frère et ami le ministre de la Culture et de la Communication, Mbagnick Ndiaye, ainsi que les personnalités, artistes, hommes de culture et tous les membres de l’Ong «Ndef-Leng».  Selon lui, l’organisation de ces journées est sans aucun doute un appel sûr dans la culture et la tradition du monde sérère.

Pour Mary Teuw Niane, c’est aussi une traduction de la vision du président de la République, « puisqu’en voulant emmener le Sénégal vers l’émergence économique, ce sont des hommes et des femmes conscients qui peuvent y aller en ayant confiance en soi ». Pour cela, a-t-il estimé, il faut s’enraciner dans sa culture et ses traditions et s’ouvrir à la science et à la technologie. Et c’est dans ce sens, a-t-il ajouté, que ces journées culturelles contribuent à forger, au niveau de la jeunesse, cet enracinement tant voulu par le président Léopold Sédar Senghor.

Le ministre de l’Enseignement supérieur a tenu à remercier vivement son collègue  Mbagnick Ndiaye  pour tout ce qu’il a fait pour la culture, la tradition, la civilisation sérère,  pour le monde de la culture et des arts. De plus, a-t-il remercié Fatick « dont un de ses fils, le président de la République, Macky Sall,  est en train de transformer le Sénégal ». En déclarant ouvert le festival, il a  souhaité que cet évènement soit un succès retentissant. A noter qu’il est également prévu au programme la visite de sites historiques sérères, un tournoi de lutte, un carnaval des festivaliers. 

O. N. BA

 

Retour en haut