Menu

Journée de la Renaissance africaine : « La jeunesse au créneau

La journée de la Renaissance africaine a été célébrée, ce lundi 3 avril 2017, au Monument de la Renaissance Africaine à Dakar, sous le thème « Renaissance africaine : bâtir avec tous, un legs pour la postérité en Afrique ».

Au cours de cette grande manifestation commémorative organisée par les services du Monument de la Renaissance Africaine, le Secrétaire général du ministère de la Culture et de la communication du Sénégal, Birane Niang, a invité les enfants à bien travailler à l’école  car ils incarnent l’avenir et sans eux aucune « renaissance » ne pourrait se faire.

Instituée sur résolution du 15ème Sommet de l’Union africaine en 2010, la journée de la Renaissance africaine a été commémorée à Dakar en présence des autorités de certains corps diplomatiques du Niger, d’Égypte, d’Inde, du Rwanda, du Cap Vert et des autorités sénégalaises. Ont également pris part à l’événement des étudiants et  élèves de quatorze écoles de Dakar, toutes nationalités confondues. Ces derniers ont séduit le public par leurs prestations théâtrales et poétiques. Sans compter la parade, dénommée « Parade des Nations », faite sur l’esplanade du Monument de la Renaissance africaine par ces enfants dynamiques et enthousiastes. C’était une belle chorégraphie à travers les marches des escaliers, toutes colorées, sur lesquels plusieurs pays africains étaient représentés à travers leurs tenues traditionnelles.

A cette belle fête de la Renaissance africaine se sont également invités des artistes musiciens et acteurs de théâtre avec des prestations de belle facture. L’administrateur général du Monument de la Renaissance, Abdoulaye Racine Senghor, a salué la bonne collaboration des pays précités à travers la participation des élèves et enfants qui ont représenté tous ces pays pour le bon déroulement de cette fête.

A l’en croire, la statue du monument représente une famille, père, mère et enfant. « Mais, cette petite famille représente toutes les familles africaines. Et dans ce monument, le plus important, c’est l’enfant que l’on porte qui désigne de son doigt la direction que l’on prend qui est la direction de l’avenir et de la renaissance. Son âge et son doigt pointé sont les symboles de la renaissance », argue M. Senghor. Non sans préciser que la Renaissance est de montrer que les Africains peuvent, comme tout le monde, participer à construire un monde de paix, de grandeur qui passe inéluctablement par les enfants. « C’est pour cela nous nous intéressons beaucoup aux enfants. Ils sont souvent mis en vedette dans ce Monument afin qu’ils puissent prendre le message de  renaissance africaine et comprendre que l’Afrique compte beaucoup sur eux », souligne-t-il.

 

 

Retour en haut