Menu

Violences faites aux enfants : Pour des options préventives

L’émoi s’était emparé du Sénégal à la suite d’une série ininterrompue de kidnappings, de meurtres ou de viols d’enfants dans d’effroyables scénarios relatés par la presse.  Avec le recul, la clameur semble s’estomper. Mais, le mal est déjà fait : avec ces déchirements familiaux, ces bouleversements conjugaux ou cette psychose généralisée qui interpelle les pouvoirs publics indexés pour leur immobilisme face à une menace qui se propage.

J’en appelle à la lucidité des plus hautes autorités du pays en les invitant à constater l’échec des Comités départementaux pour la protection des enfants.

Il urge, dès lors, de prendre le taureau par les cornes en nommant un défenseur des enfants investi de réelles prérogatives pour protéger les enfants avec des moyens conséquents pour mener, sans entrave,  son action.

L’opinion privilégie des solutions de radicalité alors que des options préventives seraient de nature à juguler puissamment le fléau grâce aux efforts conjugués des forces de l’ordre, de la justice et des protecteurs des enfants, dans un élan solidaire et volontaire afin de redonner à notre société la quiétude qui la caractérise.

Pèdre Ndiaye,  Président CADE

Retour en haut