Menu

150 groupes de rap attendus à Kaolack

 - La septième édition du Festival international des arts hip-hop de Kaolack (Centre) va se dérouler du 23 au 30 novembre prochain avec la participation confirmée de 150 groupes de rap sénégalais et 17 invités américains, français et marocains, a annoncé, mardi, son directeur, Cheikh Sadibou Ka.

S’exprimant lors du CRD préparatif présidé Abdoul Wahab Talla, adjoint administratif du gouverneur de la région, M. Ka a appelé les autorités à aider à la réussite de ce festival.

Il avait accueilli l’année dernière quelque 100 participants et essaie de valoriser le hip-hop national, mais surtout d’afficher une image reluisante de Kaolack, a souligné son directeur.

Ces retrouvailles de jeunes artistes participent activement au développement des cultures urbaines à Kaolack et reste une plateforme d’expression artistique pour les talents émergents, a relevé le président de l’Association jeunesse action développement (AJAD), Alpha Omar Diallo.

Selon lui, le défi lancé par les membres de sa structure à travers l’organisation de ce festival est de former des artistes qui seront opérationnels en méga Battle, en danse hip-hop, en graffitis, en fresque murale, pour l’écriture et la production.

L’adjoint du gouverneur, qui a souligné être un fana du rap, a promis l’accompagnement de l’administration pour la réussite du rendez-vous international des arts hip-hop de Kaolack. APS



En savoir plus...

Arts plastiques : Serigne Ndiaye expose

Le vernissage de l’exposition de l’artiste Serigne Ndiaye est prévu le 19 novembre 20123 à 18 h à la Biscuiterie de Médina.

 

Exposition : Cette chambre est une « boite noire »...

L’art de la peinture sous verre (suwer) se confond à l’atmosphère de notre cadre d’habitat traditionnel, mais aussi à l’histoire de plusieurs générations. Le renouveau de la technique du fixé sous verre se découvre au cours des années 80, avec une approche académique formalisée aux Beaux arts, à la suite des précurseurs qui ont planté le décor dans la « galerie » au début du XX ème siècle jusqu’aux années 60.

Cette fameuse galerie n’était rien d’autre que l’espace de vie domestique et intime d’une époque perdue où toutes les chambres accueillaient, avec fierté, ces œuvres d’art. De ces premières œuvres, parfois réalisées par des créateurs anonymes, le caractère du message dominait largement sur les aspects esthétiques. Cette pédagogie par l’image enseignait à des populations illettrées l’histoire des religions, l’héroïsme des résistants, ou la narration visuelle de mythes et proverbes de nos cultures locales. La dimension fonctionnelle des œuvres préexistait à leur valeur décorative.

Avec sa série des « Aristos peuls », l’artiste Serigne Ndiaye re-co Cette chambre est une « boite noire »...



L’art de la peinture sous verre (suwer) se confond à l’atmosphère de notre cadre d’habitat traditionnel, mais aussi à l’histoire de plusieurs générations. Le renouveau de la technique du fixé sous verre se découvre au cours des années 80, avec une approche académique formalisée aux Beaux arts, à la suite des précurseurs qui ont planté le décor dans la « galerie » au début du XX éme siècle jusqu’aux années 60.

Cette fameuse galerie n’était rien d’autre que l’espace de vie domestique et intime d’une époque perdue où toutes les chambres accueillaient, avec fierté, ces œuvres d’art. De ces premières œuvres, parfois réalisées par des créateurs anonymes, le caractère du message dominait largement sur les aspects esthétiques. Cette pédagogie par l’image enseignait à des populations illettrées l’histoire des religions, l’héroïsme des résistants, ou la narration visuelle de mythes et proverbes de nos cultures locales. La dimension fonctionnelle des œuvres préexistait à leur valeur décorative.

Avec sa série des « Aristos peuls », l’artiste Serigne Ndiaye re-constitue cette histoire à travers une approche originale où le patrimoine matériel (la chambre et ses objets) s’articule à la valeur mémorielle (chants, contes, proverbes, etc) d’une époque. Il nous invite dans la « chambre-galerie » des années 50, où les bustes des « aristos peuls » s’invitent au premier plan. Souvent tracés en profil, sur une palette polychrome, ces personnages d’une élégance complète se dressent solidement à travers les fragiles contours du verre.

Cette chambre est à l’image d’une « boite noire » qui nous offre des images uniques d’une histoire lointaine après le « crash » qui ouvre notre ère du modernisme. La chambre fut un lieu d’éducation de la fille, confidente d’une mère attentive à sa progéniture. Elle fut le lieu où l’on retenait par cœur les premiers couplets d’un chant local, un lieu où l’histoire des objets se confondait à l’art de vivre et au savoir-faire d’une tradition artisanale. Cette chambre fut une École de la vie, nichée au cœur d’un habitat modeste bâti sur le socle des valeurs humaines.



Aliou NDIAYE, Critique d’art.

 



En savoir plus...

Dédicace du livre sur la Radio-télévision sénégalaise ce vendredi 15 novembre au Warc

L'ancien journaliste Kadialy Diakité procédera le vendredi 15 novembre 2013 à la dédicace de son livre-plaidoyer intitulé : "Promesses et désespoirs d'un service public : La Radiotélévision sénégalaise", une parution récente chez L'Harmattan-Sénégal.

La cérémonie est prévue à 16h au Centre de recherche ouest africain (WARC), à Fann-Résidence, sous la présidence du Ministre de la Communication et de l’Economie numérique, Cheikh Bamba Dièye, indique l’auteur.

"Dans ce livre, j'ai tenté, tant soit peu, de donner une idée des mutations de l'audiovisuel public sénégalais, de l'époque coloniale à nos jours, son influence et son interaction avec les acteurs de la vie publique au Sénégal", écrit l'auteur dans une note de présentation transmise à l'APS.

Kadialy Diakité souligne les interférences notamment "du pouvoir, des milieux politique, culturel, religieux confrériques, des groupes de pression qui gravitent autour de ces acteurs".

Il appelle de ses vœux "des réformes sérieuses pouvant permettre l'éclosion d'un véritable service public qui se fait encore désirer, après plusieurs espoirs déçus".

Diakité a pris dernièrement sa retraite de Radio-Sénégal avec un rang de rédacteur en chef à la maison-mère. Auparavant, il a été chef de station de la chaîne publique à Tambacounda, sa région natale, et à Ziguinchor.

Parlant six langues locales, Diakité plaide aussi pour la diversité ethnolinguistique dans le service public de l'audiovisuel, afin de tirer profit de toutes les richesses de la nation sénégalaise.

Porté sur les sujets d'économie et les questions internationales, l'auteur de "Promesses et espoirs d'un service public : La Radiotélévision sénégalaise" est par ailleurs chroniqueur dans des magazines sénégalais.

Aps



En savoir plus...

Foire régionale de l’artisanat à Tambacounda

La Foire régionale de l'artisanat de Tambacounda, ouverte lundi, est venue à son heure pour les artisans locaux qui peuvent par ce biais donner de la visibilité à leur travail encore grandement méconnu du grand public, a indiqué Raby Cissé, présidente de la Fédération régionale des groupements de promotion féminine.

"La foire est venue à son heure. Vous connaissez les potentialités de la région, surtout dans le domaine de l'artisanat qui est méconnu du public régional et national", a dit à l'APS Raby Cissé, qui tient un stand dans ce site commercial installé dans les jardins de la mairie de Tambacounda.

Pour elle, "les artisans de Tambacounda ont déjà fait leurs preuves [et] ce qui reste, c'est de montrer le travail qu'ils font dans ce pays''.

Ce rendez-vous pourrait être annuel - suivant en cela le souhait de son initiateur, le président de la chambre des métiers de Tambacounda. Selon Raby Cissé, cela permettrait de combler le manque de visibilité auquel la participation des artisans locaux à la FIARA et à la FIDAK n'a pas pu remédier.

"Pour les femmes, c'est une occasion d'exposer leurs produits et de créer une cohésion avec les femmes venues d'ailleurs", a dit Raby Cissé dont le stand propose des produits alimentaires, constitués essentiellement de céréales transformées (couscous précuit sous emballage, fonio). La poudre de pain de singe en sachets ou encore les foyers améliorés ornent également son stand.

La sculpture, la menuiserie (bois et métallique), le tissage, la peinture, la médecine traditionnelle, entre autres domaines d'activité sont présents à la Foire de l'artisanat qui se poursuivra jusqu'à samedi.



En savoir plus...

Just 4 You : Pape et Cheikh et un groupe de comédiens à l’affiche

Le public s’est donné rendez-vous le jeudi 14 novembre à 22 heures. Où ? Au Just 4 You. Les comédiens Bass Diakhaté, Tony, Kader, Amdy Mignon, Docteur vont occuper les planches de Just 4 You, le très prisé espace culturel de Dakar. Après leurs prestations, le talentueux groupe Pape et Cheikh qui fait courir le tout Dakar va monter sur scène pour un spectacle musical tant attendu par les mélomanes. Des surprises sont annoncées. Lesquelles ?

Le Vendredi 15 novembre la chanteuse Aida Samb , petite fille de Samba Diabaré Samb, se produit au Just 4 You

Pape Diouf et la Génération Consciente occupent la scène le samedi 16 novembre à partir de 22 heures. Pour fêter la victoire du Sénégal sur la Côte d’Ivoire ?

Dimanche 17novembre Hamdel et le Super Ceddo au Just 4 You

Lundi 18 novembre Ousmane Seck, frère de Thione Seck invite les mélomanes

Mardi 19 Novembre Alioune Mbaye Nder

BaobabAfrique

En savoir plus...

Colloque International et Exposition : La vie et l’œuvre de Iba Ndiaye Diadji en lumière

Le colloque international de deux jours sur la vie et l’œuvre de l’enseignant, syndicaliste et homme politique sénégalais Iba Ndiaye Djadji (1950-2003), qui s’ouvre lundi à Dakar, a pour objectif principal de ‘’proposer son modèle d’engagement à la jeunesse’’, a déclaré le secrétaire général du Syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal (SUDES).

Prévue à l’UCAD II, la manifestation est organisée à l’initiative du SUDES à l’occasion du dixième anniversaire de la disparition, le 10 novembre 2003, d’Iba Ndiaye Djadji, ‘’un homme dont toutes les activités ont été pour la cause des travailleurs et des populations’’, a indiqué Amadou Fily Diaouné, lors d’une conférence de presse.

‘’Nous estimons devoir rendre un vibrant hommage à Iba Ndiaye Djadji qui était un homme multidimensionnel, d’une stature exceptionnelle. L’objectif de ce colloque est de proposer son modèle à la jeunesse’’, a dit M. Diaouné, qui avait à ses côté le Professeur Maguèye Kassé, président du comité scientifique du colloque.

Il a dit que, ‘’pour un tel homme, il faut régulièrement rappeler aux jeunes générations les hautes valeurs qu’il a portées’’, ajoutant : ‘’Iba Ndiaye Djadji est un modèle qui doit servir d’inspiration aux jeunes générations actuelles et futures. Il faut faire en sorte que l’œuvre et les valeurs de cet homme soient connues de la jeunesse’’.

Il s’agit, a poursuivi le secrétaire général du SUDES, de ‘’marquer la reconnaissance du monde du travail à un homme de conviction, à un syndicaliste émérite qui a consenti tous les sacrifices avec un total désintérêt dans la lutte contre l’injustice, pour la dignité et le bien-être des travailleurs de son pays’’.

‘’Iba peut et doit servir de référence et de modèle pour les générations présentes et à venir. C’est la finalité de ce colloque dont les actes feront l’objet d’une publication’’, a souligné Amadou Fily Diaouné.

Le programme du colloque prévoit, lundi de 10 heures à 13 heures, une exposition d’art plastique avec la participation d’une trentaine d’artistes. Elle sera suivie d’une table ronde sur ‘’Iba Ndiaye Djadji, critique d’art’’, animée par des critiques et artistes.

Dans l’après-midi (15h-18h), ‘’la dimension humaine de Iba Ndiaye Djadji’’ sera abordée par des proches de l’homme, tandis que le mardi, de 9h à 12h, un panel sera consacré au ‘’pédagogue et romancier’’.

Différentes personnalités, des enseignants et hommes politiques parleront, mardi de 15h à 18h, du ‘’militant’’ et de la dimension internationale de Iba Ndiaye Djadji.

Lors de la rencontre avec les journalistes, le président du comité scientifique, Maguèye Kassé, a évoqué le contexte de l’organisation de ce colloque, qui est, selon lui, ‘’révélateur de l’ensemble du travail que Iba Ndiaye Djadji a abattu’’ avec ‘’la volonté de résoudre des problèmes de ses contemporains en s’appuyant sur des leçons qu’il a tirées de l’Histoire’’.

Kassé a cité ‘’la crise de l’école qui se manifeste sous différentes formes, la crise des valeurs sans précédent, aux plan moral, éthique et déontologique, la crise d’orientation politique, sociale, économique et culturelle’’.

‘’Il (Iba Ndiaye Djadji) doit donner des leçons à tout le monde’’, a estimé Maguèye Kassé, soulignant que le colloque est destiné à ‘’magnifier l’œuvre de quelqu’un qui est, à bien des égards, un homme d’exception’’. L’enseignant a rappelé le combat du syndicaliste pour l’émergence d’une ‘’école nationale, démocratique et populaire’’, la lutte à caractère progressiste et révolutionnaire.

Il a en outre évoqué ‘’le bâtisseur et le rassembleur des travailleurs pour une efficacité de l’action’’ ainsi que ‘’l’audace mesurée, le courage et les perspectives qu’il a dégagées pour les créateurs’’ en sa qualité de critique d’art.

Iba Ndiaye Djadji est décédé le 10 novembre 2003, à l’âge de 53 ans. Docteur d’Etat, il a soutenu à la Sorbonne une thèse sur la critique d’art en Afrique. Il a été membre de l'Association internationale des critiques d'art, président des Colloques et membre du Conseil scientifique de la Biennale de l'Art africain contemporain Dak'Art, vice-président de la Fédération Mondiale des Travailleurs Scientifiques (F.M.T.S.).

Il est l’auteur de plusieurs articles sur l'esthétique, l'art africain, les cultures, art et science, l'éducation, la critique d'art, dans des revues universitaires et spécialisées : Ethiopiques, Liens-ENS, Annales USL, Convergences, Présence Africaine...

Aps

En savoir plus...

Majib Sène sort un livre sur Macky Sall

Le journaliste Majib Sène procédera le 16 novembre prochain à Dakar à la dédicace de son livre intitulé ''Macky Sall, quatrième président de la République'', a appris l'APS auprès de l'auteur.

Selon la même source, le chef de l'Etat rehaussera de sa présence la cérémonie prévue à partir de 16h au Grand Théâtre.



En savoir plus...

Baaba Maal en conférence de presse

L’artiste-chanteur Baaba Maal anime vendredi à partir de 10 heures une conférence de presse, en prélude au 28-ème anniversaire de son orchestre, le ‘’Daande Leñol’’, annonce un communiqué transmis à l’Agence de Presse sénégalaise.

La rencontre avec les journalistes est prévue au siège de l’Organisme des Nations unies contre le Sida (ONUSIDA), à l’immeuble CETAMIL SICAP, sis à l'avenue Cheikh Anta Diop, précise la même source.

Baaba Maal a été désigné l’année dernière par le système de Nations unies pour diriger le programme culturel de la campagne ‘’Protect The Goal’’ de l’ONUSIDA qui aura lieu lors de la prochaine Coupe du monde football, ‘’Brésil 2014’’, indique le texte.

La conférence de presse a pour objectif de ‘’partager l’impact des 28 années de carrière artistique de Baaba Maal sur le développement : les acquis et les perspectives, et son engagement aux côtés du système des Nations unies’’.

Cet engagement est le troisième de l’artiste avec les institutions onusiennes. Il a été nommé en 2003 ‘’émissaire du PNUD (Programme des Nations pour le développement) pour la jeunesse dans le cadre de la lutte pour l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) avant de devenir en 2010, ambassadeur des Nations unies pour Africa 2015

En savoir plus...

Journée internationale de l’écrivain africain

Keur Birago, siège des écrivains abrite la 21ème édition de la Journée internationale de l’écrivain africain. La cérémonie d’ouverture est prévue le mercredi 6 novembre 2013 à 11 heure audit siège. Elle sera présidée par le Premier ministre Aminata Touré . La rencontre est initiée par l’Association des écrivains du Sénégal en collaboration avec l’association panafricaine des écrivains.

A cette occasion, un vibrant hommage sera rendu à l’écrivain Cheikh Hamidou Kane, auteur du roman culte ''L'aventure ambiguë'' et qui sera présent à la cérémonie.

Les participants à la Journée vont échanger sur « Littérature et droits de l’homme », thème de cette présente édition.

Le Mali est l’invité d’honneur de la 21ème édition de la Journée internationale de l’écrivain africain.

BaobabAfrique



 

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS