Menu

Béatrice Lebreton expose à Toubab Dialaw

L’espace culturel Mbul de Toubab Dialaw abrite, à partir du dimanche 22 octobre 2017,  l’exposition de l’artiste Béatrice Lebreton. Cette exposition d’œuvres picturales s’inscrit dans le cadre de la Journée culturelle initiée par le poète et promoteur culturel Daouda Fall dit Dave, par ailleurs, président de l’Association Global Vision Cultural Center (Gvcc). Pendant la journée du 22 octobre, le programme va s’articuler autour de récital de poésies, exposition, échanges avec l’artiste américaine Béatrice, débat autour de la diversité culturelle.

La journée sera marquée par cette importante activité artistique avec Beéatrice Lebreton. Cette dernière est née en France et réside actuellement à Harlem dans la ville de New York. Diplômée en dessin à l’École Nationale des Beaux Arts de Paris, Béatrice a reçu une maitrise et un DEA de l’université de la Sorbonne en Ethno-esthétique. C’est durant cette période qu’elle a été introduite à l’art et culture de l’Afrique. Et ce qui a beaucoup influencé son art.

            Son art a pour sujet les femmes, la spiritualité et les connections globales.

Elle utilise la peinture acrylique, mais aussi ajoute divers éléments provenant de différentes cultures et contextes historiques pour donner un effet à plusieurs dimensions. Afin de construire une histoire visuelle, elle mélange les representations de figures humaines très realistes avec des symboles métaphoriques, des formes et textures.

 

«  Au fil de la Parole » est une série de 10 tableaux. Elle raconte une histoire, révélant le passage du temps, des évènements et traite de la representation des femmes, de leurs positions, contributions et identités. « J’utilise différents matériaux sur la toile (perles, fils de broderie, tissus, cauries…). Je suis intéressée à la provenance acquise par ces matériaux dans leur forme originelle et à l’histoire qu’ils gardent en eux.  Les motifs, les symboles traditionnels, les tissus…. agissent comme une gâchette pour provoquer une réponse émotionnelle tout en ajoutant une touche tactile» affirme Béatrice.

 

 Alassane CISSE (www.baobabafrique.com)

 

 

 

Retour en haut