Menu

Ministère de la Culture: Abdou Latif Coulibaly passe le témoin à Abdoulaye Diop

La passation de service au ministère de la Culture et de la Communication s’est tenue ce lundi 15 avril 2019. Abdoul Latif Coulibaly a confié, avec un pincement de cœur, les rênes, à son remplaçant Abdoulaye Diop nommé à ce poste lors du second gouvernement de Macky Sall. 

« C’est avec un pincement de nostalgie que je quitte officiellement mes fonctions, mais également ma mission de ministre de la Culture. J'ai la prétention d’avoir la passion de la culture et d’être également avec beaucoup de prétention un homme de culture. Merci pour le respect, pour la cordialité qui nous entoure. Je vous souhaite la bienvenue et prie pour que le bon Dieu fasse que vous réussissez dans votre nouvelle mission », déclare le désormais ex-ministre de la Culture, après 19 mois de fonction. 

Une rencontre qui a vu la participation de plusieurs membres du ministère. Comme il est de coutume, le ministre sortant a exprimé toute sa satisfaction à la tête du ministère avant de faire son bilan jugé satisfaisant. " Pour ma part, j’ai fait ce que j’ai pu faire avec les moyens du bord. Et nous avons tenté de faire le travail dans la façon la plus efficace possible. Je souhaite la bienvenue et suis confiant de trouver en place une personnel extraordinaire, un cadre avec une finesse, un personnel d’accueil extrêmement efficace surtout avec les femmes. J’ai vécu des moments extraordinaires avec vous, et nous avons fondé une famille".

En savoir plus...

LA CASE REMET UNE GUITARE ET UN AMPLI A KHADY POUYE SECK

Ce lundi 25 mars 2019 est un moment important et de bonheur pour Khady Pouye Seck; artiste en situation de handicap. En effet, c'est ce jour que Khady Pouye Seck, a reçu une guitare électrique et un amplificateur de l'Association Culture Arts Santé et Environnement CASE présidée par Pierre Rousso.

La cérémonie de remise de cet instrument de musique s'est tenue au siège de l'Orchestre national du Sénégal à Dakar en présence du cinéaste Cheikh Ngaïdo Ba du Conseil économique, social et environnemental, du journaliste-conseiller Alassane Cissé, du Président de la Fédération des associations nationales des personnes handicapées, Yatma Fall par ailleurs Haut Conseiller de la République, du professeur de musique Adolphe Coly, Alpha Diouf, manager de l'école de musique où Khady Pouye Seck a fait sa formation de chanteuse et de guitariste, des membres de l'Orchestre national du Sénégal, des parents et amis de Khady.

Recevant la guitare et l'amplificateur, Khady Pouye Seck a remercié les donateurs, les mécènes, De ses joues ruissellent des larmes de joie. "Je suis tellement contente de cet acte généreux envers moi car la guitare que j'avais s'est brisée en deux parties dans un car de transport commun". Pour sa part, Cheikh Ngaïdo Ba a félicité le courage et magnifié le talent de Khady Pouye Seck. Le Conseiller a également plaidé pour le vote de la loi sur le mécénat et le développement de la responsabilité sociétale de l'entreprise RSE pour accompagner la dynamique des initiatives culturelles au Sénégal. La cérémonie s'est terminées par des notes de guitare et de belles chansons de Khady Pouye Seck.

 

La Rédaction 

En savoir plus...

SADIKHINA WA SADIKHATE CONDAMNE L’ASSASSINAT DES MUSULMANS EN NOUVELLE ZELANDE

En ce vendredi 22 mars 2019 au Sénégal, l’Association religieuse
Sadikhina Wa Sadikhate sous la direction de son guide spirituel Cherif
Mouhamdoul Mamoune Haïdara , invite les croyants à se recueillir et à
prier pour les fidèles musulmans sauvagement tués en pleine prière, le
vendredi 15 mars 2019, dans deux mosquées dans la ville de
Christchurch en Nouvelle Zélande en Océanie, par un extremiste de
droite. Les victimes sont originaires du Pakistan, de la Turquie, de l’Arabie
Saoudite, du Bangladesh, de l’Indonésie, de la Malaisie….


Aux familles éplorées des 50 victimes, l’Association Sadikhina Wa
Sadikhate présente ses sincères condoléances et souhaite prompt
rétablissement aux blessés de cet acte odieux, lâche et inqualifiable.
L’Association Sadikhina Wa Sadikhate condamne avec la dernière énergie
cette tuerie barbare dont les Musulmans sont victimes en Nouvelle
Zélande et dans d’autres parties du monde.
L’Association Sadikhina Wa Sadikhate apporte son soutien indéfectible et
sa solidarité agissante à la Oumah islamique et exhorte les fidèles
musulmans à suivre scrupuleusement les recommandations de Dieu, à
aimer leur prochain, créature d’Allah, à cultiver la paix et à respecter les
préceptes de l’islam.


L’Association Sadikhina Wa Sadikhate invite également les organisations
internationales et islamiques (Onu, Unesco, Isesco, Oci, Groupe Afrique
Caraïbe Pacifique, entre autres) à se rapprocher davantage des

communautés musulmanes oeuvrant pour la concorde de toute
l’humanité.
Pourtant, la noblesse de l’islam, réligion de tolérance, de paix et son rôle
dans la géostratégie mondiale pour une humanité de concorde et d’harmonie
humaine est sans cesse réaffirmée ; mais malgré tout, des groupes
obscurantistes et violents continuent encore à ramer à contre courant, en
s’opposant à la paix mondiale, provoquant et semant la terreur dans le
monde et ciblant l’islam.
Peine perdue car la mission de l’islam est la propagation des
enseignements et des recommandations du Créateur de l’Univers relayés
par son envoyé le prophète Mohamed, paix et salut sur lui, enseignements
de paix, de concorde et de solidarité qui envahit le monde pour le salut de
l’humanité.
Et à Sadikhina Wa Sadikhate, nous faisons nôtre, la maxime du vénéré
Cheikhna Cheikh Saad Bouh : « ceux qui prennent les armes, s’éloignent de
la vertu ». Au monde d’en faire autant.
Pour l’Association Sadikhina Wa Sadikhate :

En savoir plus...

Message d’appel au calme, à la paix et à la responsabilité citoyenne

Le Sénégal est à la croisée des chemins. Le monde nous observe. Le dimanche
24 février 2019, les Sénégalais vont choisir celui qui va présider aux destinées
du pays.


L’association religieuse Sadikhina Wa Sadikhate invite chaque citoyen
sénégalais à voter pour le candidat de son choix dans le calme et la serénité.
Constatant que la campagne électorale relativement calme dans plusieurs zones
du Sénégal, regrettant les violences suivies de mort d’homme dans la région de
Tambacounda et de heurts dans certaines localités, l’association religieuse
Sadikhina Wa Sadikhate déplore ces moments douloureux à Tambacounda et
présente ses sincères condoléances aux familles éplorées et au peuple sénégalais.
Se référant à la maxime du vénéré Cheikhna Cheikh Saad Bouh « celui qui
prend les armes, s’éloigne de la vertu », l’association Sadikhina Wa Sadikhate
lance un appel pressant aux acteurs à bannir les violences, éviter surtout
l’utilisation des armes légères et de faire valoir le dialogue, les idées et les
mécanismes de paix sociale, de cohésion nationale et de concorde qui
caractérisent le Sénégal.


A quelques jours du scrutin présidentiel, l’association religieuse Sadikhina Wa
Sadikhate recommande à tous les acteurs d’observer le sens de la responsabilité
citoyenne et de maintenir la bonne image du Sénégal.
Sadikhina Wa Sadikhate exhorte les Sénégalais à se conformer à la devise de la
nation : « Un peuple, Un but, Une foi » et à œuvrer davantage pour un Sénégal
de paix, de stabilité sociale et de progrès.

En savoir plus...

Musique : la seconde vie de Oumar Bassoum

  • Publié dans Musique

En écoutant l’album « Waalo » du regretté Oumar Bassoum, les mélomanes de la musique traditionnelle se délectent de la voix suave, évocatrice de l’artiste, de belles mélodies, des notes envoûtantes du xalam et se font également raconter l’épopée et des faits histoiriques qui ont rythmé la marche du Sénégal et des royaumes de l’Afrique de l’Ouest. « Waalo » est un album à titre posthume riche de neuf titres chantés par Oumar Bassoum avant son décès survenu le 15 mai 2015. Au profit de la famille du chanteur traditionnel, l’album est lancé officiellement le mercredi 30 janvier 2019 à Dakar  en présence des membres de la famille du défunt, son fils aîné, des personnalités culturelles, des artistes, des entrepreneurs culturels, des journalistes et de Cheikh Ngaïdo Ba, président des cinéastes du Sénégal, Secretaire général pour l’Afrique de l’Ouest de la Fédération panafricaine des cinéastes (Fepaci), par ailleurs membre du Conseil économique, social et environnemental du Sénégal. Et ce, grâce à Pierre ROUSSEAU, mécène culturel et fondateur de l’Association Culture-Arts-Santé-Environnement (CASE) basée en France et à Cheikh Ngaïdo Ba. Avec cet album, le seul d’ailleurs de l’artiste disponible sur le marché, c’est une seconde vie de Bassoum qui s’opère. Résumé des neuf titres contenus dans la production « Waalo » parmi lesquels :

1 Taara

Taara , c'est le départ au pays des ancêtres. Cet éloge par excellence d'origine peulh a été renouvelé à plusieurs hauts personnages, mais qui finit par être attaché à la figure du grand conquérant et érudit du 19ème siècle El Hadji Omar Tall Al Foutiyou. 

 

2 Niaani 

Niaani, royaume de l'hospitalité et de l'insoumission est une province du Grand Djolof qui s'étendait de MalemeNiaani au Ndoukoumane. 

Lorsque Lat Dior roi du Cayor voulut annexer cette province, il se heurta à une farouche opposition du roi de Niaani d'alors Kimintang Kamara. 

Depuis ce jour, Niaani fut considéré comme le symbole du refus de la servitude : NiaaniBagn na

3 Saaraba 

Chaque peuple a une histoire glorieuse qui dort dans le temps et l'espace.

Saaraba, c'est ce passé dont l'existence est un mythe, néanmoins, il est évoqué et célébré dans les chants populaires comme un havre de paix et de jouissance où se rencontrent les aristocrates.

 

4 Yedakke 

Pour inculquer les valeurs qui fondent la société. 

Éduquer peut être une expérience à la fois très éprouvante et enrichissante, mais nécessaire et obligatoire. 

Yedaake pour ne jamais perdre ses repères. 

 

5 Galayaabé 

Galayaabé désigne les habitants de Galoya, une province du Fouta connus pour leur bravoure et leur attachement à leur culture. Les gens de Galoya ne lésinent sur aucun détail pour mettre à l'aise les hotes.

 

6 Lagiya

Pour magnifier l'honneur et inciter à poursuivre les oeuvres de ses prédécesseurs le griot chante tes louanges et te rappelle le chemin à suivre

 

 

7 Waalo

 Le waalo est une région historique du Sénégal, centrée sur le delta du fleuve Sénégal dans le nord-ouest du pays, autour de la ville de Saint-louis. Le roi du Waalo portait le titre de Brack. Ce royaume connut de nombreuses guerres entre les différentes dynasties voulant régner sur le royaume. Trois dynasties se disputaient le pouvoir : les Loggar d’origine Maure, les Diouss ou Dyoos d’origine Sérère et les Tedyek d’origine peulh. Les peuples majoritaires dans le Waalo sont les Wolofs, les Peulhs, les, Toucouleurs, les Sarakolés et les Maures Trarza. Le Waalo est considéré, dans la tradition orale wolof, comme le lieu de naissance de la langue et de la culture wolofs, à la suite du brassage culturel des divers peuples de la région. NdiadianeNdiaye, ancêtre mythique des Wolofs, bien avant l’empire du djolof dont il est le fondateur, avait été élu chef en ce lieu, après avoir émérveillé la population par sa sagesse et ses apparitions miraculeuses. Avant son arrivée dans la région, des propriétaires terriens sérères lamanes du clan de Ngom, et peulhs du clan Diaw, occupaient les lieux, à l’époque du wagadou ou Ghana. Le mot brack, nom du souverain, serait dérivé de Barka Bo Mbooc (Mbodj), nom du premier successeur de NdiadianeNdiaye. Pour d’autres, il serait issu du mot arabo-berbère, Baraka ou Barka, signifiant le bienfaiteur.     

8 Mame SocéNdiaye 

MameSocéNdiaye,  avec ce chant historique, comme la plupart des griots, l’artiste Oumar Bassoum rend hommage à MameSocéNdiaye, saint homme, fondateur du village Dohobé dans la zone de Linguère

9 Jaalo mbagn Codou

Jaalo mbagn Codou est un hymne de bravoure à la gloire de Lat Dior NgonéLatyrDiop. Chant épique des griots qui chantent les hauts faits du héros national, Lat Dior NgonéLatyrDiop.

La Rédaction

En savoir plus...

Hommage à Seynabou Ndiaye

  • Publié dans Musique

Madame Seynabou  Ndiaye est rappelée à Dieu le 30 décembre 2018 à Dakar. Son amie Oumou Wane témoigne : « Je voudrais dire au monde entier ta grandeur d’âme et ta noblesse de cœur. Féministe de la première heure avec le mouvement Yewwi Yewwi, femme d’affaires avant l’heure, trop généreuse et vertueuse pour ce monde du business. 
Intellectuelle s’il en est, issu de Khâgne et Hypokhâgne au Lycée Montaigne de Bordeaux, tu as épousé en même temps que ton mari El Hadj Malick Sy, le cursus de linguiste, de l’anglais à la traduction. Ton dernier projet était de monter une galerie d’art de renom », Madame Wane de poursuivre : 
« Ma chère Seynabou, tu étais une personne d’une intelligence fine en avance sur ton époque, mais ce que je retiens de toi, c’est ton raffinement et ta distinction en toute situation, y compris face à la maladie. Cette dignité qui te venait aussi bien de tes origines Mbodjienne des signâres du walo que du Fouta par ta grand mère Fatoumata Soukho Garbe auprès de qui tu reposes à Yoff  (…) Tu as traversé ce monde en poétesse, que le ciel te reçoive en étoile ! »  

Par ailleurs, le Club Sénégal Emergent présidé par Youssou Diallo a rendu hommage à la regretée Seynabou Ndiaye, mère de Alpha Sy, membre du Club.

A la famille éplorée, à Madame Safiétou Ndiaye, ancienne ministre de la Culture, actuel ambassadeur du Sénégal en Afrique du Sud, à Maïmouna Dembélé, la rédaction présente ses sincères condoléances.

Baobabafrique

 

En savoir plus...

Angélica Liddell, artiste politiquement incorrecte et jubilatoire

L'artiste espagnole signe au Théâtre de la Colline à Paris un nouveau spectacle, «The Scarlet Letter » (« La lettre écarlate »), inspiré du roman de l'écrivain américain Nathaniel Hawthorne, l'histoire d'une femme adultère contrainte par la société bien-pensante de Boston au XVIIe siècle, à arborer la lettre A sur sa poitrine comme un stigmate à vie. Un puritanisme encore menaçant dans nos sociétés pour Angélica Liddell qui le dénonce dans une pièce baroque, haute en couleur dont elle a le secret.

Angélica Liddell, fille d'un militaire franquiste, a fait de la scène un lieu de résistance à toutes formes d'oppression. Dans cette nouvelle pièce subversive, elle dénonce la montée du puritanisme, mêlant une fois de plus des tableaux visuels aux mots. Auteure, metteure en scène, comédienne, performeuse, elle s'avance sur scène habillée d'une robe longue à crinoline.

Autour d'elle dix hommes, le corps recouvert d'une toge noire et coiffés de longs chapeaux coniques, semblent des figures de l'inquisition. Le chant du Kyrie eleison retentit. Des peintures classiques de la Madone et de l'enfant font leur apparition. Puis le mouvement se fait plus sauvage, les hommes sont nus sous leur robe dont ils se délestent. Ils bousculent les tables, grimpent dessus.

L’amour jusqu’à l’humiliation

Angélica Liddell se déplace entre eux, dit son texte comme autant de pamphlets sur l'amour, le désir, la désobéissance. Elle cite ses poètes torturés, Pasolini, Artaud, dénonce toute forme de morale liberticide, revendique l'amour jusqu'à l'humiliation.

Sur scène les corps ploient sous la passion, la souffrance, et s'en trouvent régénérés. Chez Angélica Liddell, le spectacle relève du rituel. Une cérémonie où elle inverse les règles sociales et fait du théâtre un art de transgression pour nous libérer de nos peurs profondes. C'est politiquement incorrect et jubilatoire.
 
Avec rfi

 

En savoir plus...

L’écrivain israélien Amos Oz est décédé à 79 ans

  • Publié dans afrique

L'auteur qui a signé des romans mais aussi des récits biographiques comme « Une histoire d'amour et de ténèbres » était lauréat de nombreux prix internationaux. En France, il avait reçu le Prix Fémina étranger en 1988 pour « La Boîte noire ». Cofondateur du mouvement La Paix maintenant Amos Oz est décédé ce vendredi 28 décembre à l'âge de 79 ans.

Poète, romancier, essayiste, Amos Oz était un intellectuel parmi les plus influents d'Israël. Il est décédé des suites d'un cancer à l'âge de 79 ans a annoncé sa fille sur Twitter. « Un auteur et un homme de paix », a-t-elle écrit sur le réseau social. Sa littérature était à l'image de sa vie : engagée et tournée vers l'exploration des hommes, leurs espoirs et leurs déceptions. 
En savoir plus...

Le reggae, patrimoine culturel immatériel de l'Unesco

Le reggae est désormais sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco.
L'organisme de l'ONU a souligné "la contribution" de cette musique jamaïcaine à la prise de conscience internationale "sur les questions d'injustice, de résistance, d'amour et d'humanité, et sa dimension à la fois "cérébrale, socio-politique, sensuelle et spirituelle".

Ce style musical a été popularisée par son icône Bob Marley et d'autres comme Alpha Blondy au Sénégal. Le reggae, issu du ska et du rocksteady est né en Jamaïque à la fin des années 1960.

"Si, à ses débuts, le reggae était la voix des communautés marginalisées, il est désormais joué et adopté par une importante partie de la population, tous groupes ethniques et religieux confondus", a ajouté l'Unesco.

Le reggae rejoint ainsi une liste de quelque 400 traditions culturelles (chants, danses, spécialités gastronomiques ou célébrations) allant de la pizza napolitaine au zaouli, musique et danse des communautés gouro de Côte d'Ivoire.

A la différence de celle du patrimoine mondial, cette liste n'est pas établie selon des critères "d'excellence ou d'exclusivité", selon l'Unesco. Elle ne cherche pas à réunir le patrimoine "le plus beau" mais à représenter la diversité du patrimoine culturel immatériel, à mettre en lumière des savoir-faire portés par des communautés.

 

En savoir plus...

Les patrons de presse rendent hommage à Sidy Lamine Niasse

Le Conseil des Diffuseurs et Éditeurs de Presse du Sénégal (CDEPS) a appris avec une profonde tristesse ce mardi 4 décembre, le rappel à Dieu du Président Directeur Général (PDG) du Groupe Walfadjri, Sidy Lamine Niasse.  La presse privée sénégalaise qui perd l’un de ses piliers et pionniers  a été l’un des premiers à croire en ce secteur et à y investir, témoigne le collectif. 
 
L’ensemble des patrons de presse du Sénégal s’incline en sa mémoire et prie pour qu’Allah l’accueille dans ses Paradis célestes. Ils présentent, par la même occasion, ses sincères condoléances à sa famille et à toutes les consœurs et confrères.
 
Sidy Lamine Niasse qui a été un fervent défenseur des libertés et a beaucoup contribué aux grandes mutations démocratiques que le Sénégal a connues ces 20 dernières années, une délégation du CDEPS compte ainsi l’accompagner jusqu’à la dernière demeure du défunt. 
 
La Rédaction 
En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS