Menu

Décès du Burkinabe Idrissa Ouédraogo : Le cinéma africain orphelin

 Le cinéaste burkinabè Idrissa Ouédraogo est décédé des suites d’une maladie, ce dimanche 18 février 2018, à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso.

Il a vu le jour le 21 janvier 1954 à Banfora (ouest du Burkina Faso). Idrissa Ouédraogo et Gaston Kaboré sont les deux Burkinabè qui ont remporté l’Etalon d’or de Yennega, la plus prestigieuse récompense du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO).

C’est avec son Film "Tilaï" qu’il a remporté en 1991, l’Etalon d’or de Yennenga au FESPACO. Une année auparavant, il remportait le grand prix du Jury au Festival de Cannes avec la même œuvre cinématographique.

Entre autres films à son actif, il y a "Yaaba" (Grand-mère) en 1989, "Tilaï" (La loi) en 1990, "Samba Traoré", en 1992, "Kato, Kato" en 2006.

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a salué la mémoire du défunt cinéaste, qu’il qualifie de "réalisateur à immense talent". Attristé, le ministre sénégalais de la Culture, Abdou Latif Coulibaly témoigne : «  Idrissa Ouédraogo n’était pas seulement l’auteur, l’inspirateur et la source d’une filmographie impressionnante par sa thématique et sa qualité esthétique, il fut aussi un formateur  remarquable qui transmit à de nombreux talents africains, portant  avec compétence et brio le destin du cinéma continental, les rudiments ou la maitrise de leur Art ». Il a présenté au nom du Chef de l'État, Monsieur Macky Sall,  et de l'ensemble du gouvernement sénégalais, les fraternelles condoléances du peuple  sénégalais au gouvernement et au peuple burkinabé.

En s’associant aux témoignages parvenus de  l’Afrique et du reste du monde, les Journalistes culturels d’Afrique en Réseau (Jocar) rendent hommage au militant panafricain du cinéma, au réalisateur créatif et productif. La presse africaine compatit à la douleur des membres de la Fédération panafricaine des cinéastes dont il était membre actif.

Baobabafrique

Retour en haut