Menu
Fana Cissé

Fana Cissé

Visite d'Etat : Le Président de la République chinoise au Sénégal les 21 et 22 juillet 2018

Sur l’initiative du Président de la République du Sénégal Macky Sall, le président de la République populaire de Chine XI Jinping va effectuer une visite d’Etat au Sénégal les 21 et 22 juillet 2018. Il s’agit de la première visite au Sénégal d’un Président Chinois depuis neuf ans. Durant la visite le Président XI Jinping va s'entretenir avec son homologue sénégalais Macky Sall. Ils procéderont à un échange d'avis sur le partenariat de coopération stratégique global sino-sénégalais, les relations sino-africaines et le Sommet de Beijing du Forum de la coopération sino-africaine, ainsi que les questions d’intérêt commun. Les deux chefs de l’Etat vont témoigner de la signature de plusieurs accords et visiteront ensemble un projet de coopération, dans les domaines de la justice et de l’aviation, dans infrastrutures, des ressources humaines etc.

A cet effet quatre objectifs seront attendus de cette visite: rendre la relation politique sino-sénégalaise plus étroite et plus solide avec une vision stratégique à long terme, faire fructifier la coopération bilatérale, promouvoir une coordination plus étroite dans les affaires internationales telles que la réforme du conseil internationale de L’Onu, la privation de l’ordre internationale du libre-échange, la lutte contre les changes climatiques, et pour terminer stimuler la coopération entre la chine et les pays africains. 
  
S'exprimant sur volume d’investissement, lors de sa conférence, de ce vendredi 13 juillet 2018, l’Ambassade du Chine au Sénégal  Zhang Xun a expliqué que le montant investi dans Plan Sénégal Emergent (PSE) évalué selon les statistiques du gouvernement sénégalais à 884 milliards francs CFA, classe son pays comme le plus grand pays investisseur dudit projet. 

La Chine veut aussi sa part du pétrole sénégalais 
L'Ambassadeur ne cache l'interet de son pays pour le pétrole découvert au Sénégal. "Et comme nous disposons d’un compte offshore en Côte d’ivoire, le gouvernement du Sénégal aussi espère que les grandes entreprises de la Chine s’investissent dans ce domaine de la coopération de cette énergie qui sera du gagnant-gagnant." 

Aussi à propos de la polémique sur le trafic du bois en Casamance, accusée à tort ou à  raison par l’écologiste et ancien ministre de l’Environnement Haïdar El Ali, d'exporter des centaines de milliers de troncs de bois de venne coupés en Casamance, la Chine a tout balayé d'un revers de main, par le biais de son ambassadeur. « Quand nous avons attendu ces rumeurs, nous avons avons fait une enquête auprès de notre homologue gambien. Parce que  le gouvernement chinois s’oppose fermement à ce phénomène et nous avons pris certaines mesures pour empêcher certains petits commerçants illégaux qui faisaient ce trafic de bois», souligne le diplomate.

Fana Cissé

SOUVENIR (13 juillet 2016 – 13 juillet 2018)

  • Publié dans Agenda

13 juillet 2016 – 13 juillet 2018 Deux ans déjà que nous avait quitté notre chère épouse, mère, sœur et cousine Adjia  Rokhaya Kane Camara. Les familles Camara, Kane et Dieng restées  orphelines se souviennent.

Vous qui l’avez connue, priez pour elle.

Yene : Inauguration de l’Institut Khadimou Rassoul

Yene sera le lieu de ralliement des fidèles mourides et citoyens du monde et plongera dans la ferveur religieuse à l’occasion de la cérémonie de pose de la première pierre de l’institut international Khadimou Rassoul. En effet, sous la bénédiction du Khalife général des Mourides, Serigne  Mountakha Bassirou Mbacké, la cérémonie de pose de la première pierre de l’Institut international Khadimou Rassoul de Serigne Affia Bousso, imam de la grande mosquée de Touba aura lieu le dimanche 15 juillet 2017 à 10 heures à Yene (Ndoukhoura Wolof).

La pierre sera posée par Serigne Ahmadou Makhtar Mbacké, Khalife de Cheikh Moustapha Al Karim de Darou Khoudos en présence de Serigne Affia Bousso. A cet effet, les autorités administratives, locales, les chefs coutumiers, les chefs religieux, les notables, les disciples, les associations de quartiers, les personnalités et le grand public sont attendus à cet événement de haute portée dans la commune de Yene.

Au cours de la cérémonie inaugurale de l’institut international de rayonnement islamique et de vulgarisation de la pensée universelle de Cheikh Ahmadou Bamba, les guides spirituels vont bénir Baobab Holding qui regroupe en son sein, Baobab Communication qui coordonne la communication-presse de la rencontre socio religieuse.  Notre compatriote Mamadou Sène de Pikine Diaspora Radio basé aux Etats Unis d’Amérique, assure la communication internationale de l’événement. Ainsi, après la cérémonie de pose de la première pierre de l’Institut, disciples, invités et autorités convergent chez le poète Daouda Fall à Toubab Dialaw pour des ziars (prières et bénédictions) et bernels (copieux repas).

Alassane CISSE (Baobabafrique)

Beyonce et Jay-Z attendus en Afrique du Sud pour honorer Mandela

  • Publié dans afrique

Beyoncé et Jay-Z, le couple le plus célèbre du monde de la musique, sera la tête d'affiche d'un concert organisé le 2 décembre à Johannesburg pour célébrer le centenaire de la naissance de l'ex-président sud-africain Nelson Mandela.

Le concert, qui sera retransmis dans le monde entier, rendra hommage à l'icône mondiale de la lutte anti-apartheid et mettra l'accent sur les efforts internationaux pour éradiquer la pauvreté dans le monde, a précisé l'organisation Global Citizen qui l’organise.

Le FNB Stadium de Soweto, le célèbre township de la ville, accueillera également le chanteur de Coldplay Chris Martin, celui de Pearl Jam Eddie Vedder, ainsi que Ed Sheeran, Pharrell Williams et Usher. Côté vedettes africaines, le producteur de hip-hop sud-africain Cassper Nyovest ainsi que les Nigérians Wizkid, D'banj et Femi Kuti, fils de la légende de l'afrobeat Fela Kuti, sont attendus.

Aider les plus pauvres

Global Citizen espère recueillir en amont du festival un milliard de dollars de promesses de dons pour aider les plus pauvres, dont la moitié sera destinée aux femmes et aux jeunes filles.

Pour le fondateur de Global Citizen, Hugh Evans, Nelson Mandela est une source d'inspiration pour son engagement dans la réconciliation nationale et la démocratie ou dans la lutte contre la pauvreté et en faveur de la santé. Né le 18 juillet 1918, Nelson Mandela est décédé le 5 décembre 2013.

Après 27 ans dans les geôles du régime raciste blanc, il était devenu le premier président démocratiquement élu de l'Afrique du Sud en 1994, poste qu'il a conservé jusqu'en 1999.

Billets gratuits pour ceux qui « promettent de se mobiliser contre la pauvreté »

Contrairement aux concerts traditionnels, Global Citizen distribue gratuitement les billets à ceux qui promettent de se mobiliser contre la pauvreté, en demandant par exemple à leur gouvernement de soutenir l'aide internationale au développement.

Evans a regretté que plusieurs pays majeurs ne respectent pas l'objectif de l'ONU d'attribuer 0,7% de leur PIB à l'aide internationale. Le président américain Donald Trump a ainsi annoncé la réduction d'un tiers du budget dédié à cette aide.

« La vérité est que le monde n'est pas prêt d'atteindre les objectifs du programme de développement"

Le Parisien

 

Retrait des enfants des rues : 339 ont retrouvé leurs familles

Le ministre de la Bonne gouvernance, Ndèye Ramatoulaye Guèye Diop a présidé, hier, la cérémonie de lancement de la Semaine nationale de l'Enfant à Ngor Diarama. Cette journée qui permet d'accentuer la réflexion autour du respect des droits des enfants, a été l'occasion saisie par le ministre de tirer un bilan reluisant de la campagne de retrait des enfants, en révélant que 339 enfants ont été retirés de la rue cette année.

Le ministre de la Bonne gouvernance qui présidait la cérémonie de lancement de la Semaine nationale de l’Enfant, hier mardi, a tiré un bilan satisfaisant du retrait des enfants de la rue entamé depuis mars 2018. « Après ce premier trimestre, je dirais qu’on a un bilan satisfaisant car 339 enfants ont été retirés de la rue », a affirmé la ministre. 

Toutefois, elle reconnaît que « c’est un processus long parce que le temps d’identifier ces enfants d’aller discuter avec ceux de les conforter pour qu’ils puisent retourner dans leurs familles, ça prend énormément de temps ». 

Le ministre qui s’exprimait devant une assemblée d’associations de protection de l’enfant et des membres de l’UNICEF a précisé que « 25 enfants ont été renvoyés en Guinée Bissau et 5 en Gambie ». Cependant, elle n’a pas manqué de déplorer le fait qu’il y ait un seul centre d’accueil pour ces enfants. 

Par ailleurs, le ministre de la Bonne gouvernance a indiqué que « le Code de l’Enfant sera voté d’ici le mois de décembre ». 

Livre : Ismaïla Badji, "une nouvelle voix pour la Jeunesse Africaine"

« Solutions pour la Jeunesse Africaine » est le nouvel ouvrage de Ismaïla Badji. Dans ce livre, l’auteur brosse le tableau des maux dont souffre la jeunesse Africaine. Il a relevé les principaux points qui obstruent l'épanouissement de cette jeunesse. L'immigration clandestine, le chômage, la sous-scolarisation, le manque d'opportunités, les conséquences de l'exploitation abusive des ressources naturelles du continent, la manipulation et le contrôle de l'économie des pays de l'Afrique par les anciens colonisateurs et tant d'autres points saillants, sources du blocage en Afrique. 

Ferme dans sa conviction, et toujours fidèle à son engagement pour la promotion de la citoyenneté et la défense des causes de la jeunesse, Ismaïla Badji pense que seuls les jeunes qui représentent plus de 77% de la population totale de l’Afrique peuvent changer les choses autour d’eux. Dans cette dynamique, il a avancé des pistes de solutions, lesquelles devront conduire l'Afrique au développement. L'entrepreneuriat, une monnaie commune, la création d'emplois en lien avec les Objectifs de Développement Durable entre autres solutions peuvent favoriser le développement de l'Afrique qui ne se fera que par sa jeunesse. Il a également suggéré un changement de comportements et de mentalités de la part des jeunes.  « L'Afrique peut diriger le Monde » dira t-il. 

La sortie officielle du livre est prévue ce 13 Juillet 2018 aux Editions Alphabet en Tunisie.

Avec Dakaractu

Le Professeur Ismaïla Madior Fall publie deux ouvrages

Le garde des Sceaux, ministre de la Justice, Professeur Ismaïla Madior Fall, publie deux nouveaux ouvrages ce lundi 9 juillet 2018, chez l’Harmattan-Sénégal.

‘’La réforme constitutionnelle du 20 mars 2016 au Sénégal. La révision consolidante record’’, est le titre du premier ouvrage.

‘’Adoptée par référendum, cette réforme s’est voulue intemporelle, inclusive et couvre plusieurs aspects fondamentaux de la vie politique et institutionnelle : les droits fondamentaux, le Président de la République, l’Assemblée, les rapports entre le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif, la justice constitutionnelle, la procédure de révision de la Constitution, la décentralisation et la déconcentration …’’, rappelle la quatrième de couverture du livre.

Le texte souligne qu’’’une des plus grandes originalités de la réforme est l’insertion de clauses d’éternité qui ferment la porte aux révisions déconsolidantes contenues par le passé’’.

Le second ouvrage a pour titre : ‘’Les élections présidentielles au Sénégal (de 1963 à 2012)’’.

‘’Depuis l’origine, le Sénégal a organisé dix élections présidentielles (…). L’étude de ces élections permet de connaître la structure républicaine de l’Etat, de comprendre la culture politique du pays, de tâter le pouls de la société, de connaître le peuple sénégalais, de prendre la mesure de la respiration démocratique et d’évaluer la qualité de la pratique démocratique’’ est-il notamment écrit en guise de résumé.

APS

Contre le recrutement d’enfants de guerre : le chanteur congolais Fally Ipupa désigné ambassadeur de bonne volonté

  • Publié dans afrique

La Mission des Nations unies au Congo (Monusco) vient d’honorer le chanteur congolais Fally Ipupa en le désignant ambassadeur de bonne volonté dans la lutte contre le recrutement d’enfants par les groupes armés en République démocratique du Congo.

« L’artiste congolais Fally Ipupa devient ambassadeur de bonne volonté pour mettre fin aux recrutements d’enfants par les groupes armés et les milices en République démocratique du Congo », a fait savoir Florence Marchal, porte-parole de la Monusco lors d’une conférence de presse à Kinshasa.

Le choix de la Monusco a été motivé par l’engagement et l’empathie de Fally Ipupa et  la notoriété de l’artiste. Dans son discours,  Florence Marchal a indiqué que Fally Ipupa s’était déjà engagé en RDC dans la lutte contre la malnutrition chronique qui touche les enfants, ainsi que pour l’accès à l’éducation pour tous avec le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef).

C’est « une voix qui compte, une personnalité qui est écoutée et appréciée (…) Il a gracieusement accepté de joindre sa voix aux efforts de la Monusco pour protéger les enfants contre toute forme de violations perpétrées en période de conflit armé », a déclaré Mme Marchal.

Pour rappel, la RDC a été ravagée par deux guerres entre 1996 et 2003, sa partie orientale fait toujours l’objet des conflits armés. Des dizaines de groupes armés et milices s’affrontent pour contrôler les terres et les zones riches en ressources naturelles. Entre Septembre 2016 et 2017, un autre conflit  ensanglanté dans la région du Kasaï (centre) introduisait de nombreux enfants dans des milices.

47èmes assises de la presse francophone-Editorial: Rendez-vous à Erevan

  • Publié dans afrique

Et voilà, c’est officiel : les 47èmes Assises de la Presse francophone se dérouleront en Arménie du 9 au 12 octobre 2018 ! 
Après un printemps plus qu’animé qui a signé la fin du virage non seulement du système de gouvernance (le passage d’un régime semi-présidentiel à un régime parlementaire), mais aussi et surtout, le renversement complet du système sociopolitique de l’Arménie, le pays revient, lentement mais sûrement, vers un quotidien moins passionné mais beaucoup plus ordonné et plein de réflexion. 
Les résultats de cette révolution qualifiée de velours, tant elle était pacifique et amicale, tout en restant implacable, se feront sentir encore pendant longtemps. Nous, les journalistes participant aux prochaines Assises, aurons la chance de nous retrouver, en octobre prochain, dans une Arménie ancienne de quatre mille années, mais complètement renouvelée par ce souffle de liberté et de justice. Nul doute que ce mélange d’ancien et de nouveau sera passionnant et qu’il ne fera qu’enrichir le thème ô combien actuel de notre rencontre : « Médias et Migrations ».
Ainsi, nous allons commencer les inscriptions aux prochaines Assises. N’hésitez pas à apporter votre expérience et donner vos suggestions pour les débats. 
L’Arménie vous attend !

Zara NAZARIAN
Présidente de l’UPF Arménie
Trésorière internationale de l’UPF

 

 

Décès de Claude Lanzmann, journaliste et réalisateur de Shoah

  • Publié dans afrique

Le cinéaste et écrivain français Claude Lanzmann, réalisateur de Shoah, est décédé jeudi à son domicile à Paris à l'âge de 92 ans, a-t-on appris auprès de son éditeur.

« Claude Lanzmann est décédé ce matin à son domicile. Il était très très faible depuis quelques jours », a indiqué une porte-parole de Gallimard contactée par l'AFP.

L'écrivain a été transporté à l'hôpital Saint-Antoine à Paris où son décès a été constaté, a précisé la même source.

Le décès du cinéaste a été confirmé par l'attachée de presse de son dernier film, Les quatre soeurs, sorti en salles ce mercredi.

 

Réalisateur de Shoah, le grand documentaire sur l'extermination des juifs d'Europe, Claude Lanzmann fut aussi journaliste, directeur de la revue des Temps Modernes, et écrivain.

Ami du philosophe Jean-Paul Sartre, compagnon de Simone de Beauvoir, il était un défenseur infatigable de la cause d'Israël.

Il avait été très affecté par la mort brutale l'an dernier de son fils Félix « emporté à 23 ans par un cancer impitoyable ».

« La mort ne va pas de soi. Moi, je ne suis pas du tout pour la mort. Je crois toujours à la vie. J'aime la vie à la folie même si elle n'est pas le plus souvent marrante », avait-il confié récemment à un journaliste de l'AFP.

Il se revendiquait résistant et combattant de la vérité.

« Si je suis irréductible, c'est par rapport à la vérité. Quand je regarde ce que j'ai fait au cours de ma vie, je crois que j'ai incarné la vérité. Je n'ai pas joué avec ça », avait-il affirmé.

Avec La Presse

S'abonner à ce flux RSS