Menu

Christophe Bigot lance la 15e édition du Dakar fashion

L’ambassadeur de France au Sénégal, Christophe Bigot a lancé, mardi 28 juin 2017, en marge d’un défilé de mode organisé à sa Résidence, à Dakar, la quinzième édition du Dakar fashion week 2017.

"Quand on s’appelle Adama Paris (…). C’est donc un hommage d’avoir choisi ce nom de Paris, comment ne pourrait-on pas ouvrir cette semaine de la fashion week ici à la Résidence" a fait remarquer Christophe Bigot.

L’ambassadeur a, à cet effet, remercié la styliste et promotrice de l’évènement Adama Ndiaye alias "Adama Paris", toute heureuse de la tenue, pour la première fois, de ce défilé de mode à la Résidence du représentant de la France au Sénégal. 

"La France m’a beaucoup apportée. En tant que jeune fille, je me suis faite là-bas, cet engouement pour la mode, les études, je les ai faits en France. C’est symbolique de débuter à la Résidence la fashion week de Dakar", a souligné la styliste. 

Elle a relevé l’importance de célébrer les quinze années d’existence de la semaine de la mode à Dakar, faisant noter que "c’est 15 ans d’un parcours assez difficile, mais on est là".

La soirée d’ouverture de cette édition 2017 a été marquée par un défilé 100% féminin avec la présentation des collections de cinq créatrices qui ont fait preuve d’originalité et de créativité. 

La styliste Astou Mballo de "Bobo by sag" a ouvert le défilé sur le tapis rouge avec sa ligne de vêtement intitulée "Grâce" composée de robes longues et courtes, de jupes aux coupes simples confectionnées avec du tissu "guipure" ou de la broderie anglaise. 


"Grâce pour dire merci à travers la ligne de vêtement que j’ai créée, merci pour l’inspiration que j’ai eu à travers toutes les clientes qui m’ont fait confiance. J’aime bien la noblesse de ces tissus et tout ce qui est structuré et chic", a expliqué Astou Mballo.
 
Ingénieur financier de formation, Astou Mballo a été employée à l’APIX et ex-mannequin. 


La créatrice Denise Senghor de "Splendeur d’Afrique" a, elle, utilisé des tissus super cent et du "tafta" dans sa collection intitulée "White and gold" en hommage à la femme. 


"Le blanc, c’est la pureté, la paix. L’or, c’est la royauté, la perfection tout cela pour inviter les Africains à développer la paix parce que sans paix, il ne peut pas y avoir de développement", a-t-elle indiqué.


La styliste saint-louisienne Rama Diaw était aussi de la partie avec sa collection "Black and white", un mélange de noir et blanc avec des tissus "wax", dentelle et mousseline sous des coupes de manteaux, robes, jupes, des combinaisons. 


"Je voulais jouer sur la légèreté des tissus, mais aussi rendre hommage à la photographie africaine à l’ancienne", a dit Rama Diaw, récente habilleuse de beaucoup d’artistes présents au dernier Saint-Louis Jazz, notamment la chanteuse américaine Lisa Simone. 


La promotrice Adama Paris a également montré au nombreux public sa collection faite de mélange de tissus dont le pagne "baoulé" de la Côte d’Ivoire. 


La seule étrangère parmi les créatrices de cette soirée de lancement est l’Ivoirienne Rébecca Zoro de la marque "Yherbe design" arrivée tout en couleur sur le podium avec "Miss Zoro", une collection faite à son image. 

 
"Ma particularité, ce sont les coupes amples et les couleurs vives pour apporter de la gaieté dans ce monde qui en a besoin" a expliqué Rébecca Zoro. 


L’ambassadeur de France a, au terme de la prestation faite dans une ambiance riche en couleurs et en parfums, retenu que le public a eu droit à un "défilé somptueux, des créations merveilleuses". 


Appréciant les différentes collections présentées, la créatrice Oumou Sy a estimé simplement que "les jeunes sont branchés à leur époque". 


"C’est la mode actuelle, les jeunes se cherchent, c’est bien, ils sont inspirés par ce qui se passe dans les médias, ils ne vont pas à la source africaine, ils sont branchés à leur époque" a-t-elle souligné. 


Cette quinzième édition de Dakar fashion week se poursuivra tout au long de la semaine avec des défilés dans des hôtels de la place et au quartier de Niary Tally à Dakar. 


Elle réunit 36 créateurs de neuf pays différents : Cameroun, Côte d’Ivoire, Egypte, Nigéria, Mali, Gambie, Congo, Mozambique et Sénégal. 

 

 

Dans la même rubrique « Fight back, une marque en vogue

Retour en haut