Menu

Tidal, la plateforme musicale de Jay-Z veut conquérir l'Afrique

Tidal amorce son positionnement en Afrique. Le 22 août, le service de musique et vidéo en ligne détenu par le rappeur américain Jay-Z a levé le voile sur sa politique africaine lors d’une soirée en Ouganda. En partenariat avec la maison de téléphonie mobile MTN, Tidal entend promouvoir la musique locale en inscrivant dans son catalogue des artistes du continent.

La politique enclenchée en Ouganda sera bientôt déployée au Nigeria, a annoncé le groupe qui dit privilégier la jeunesse de ces deux pays. En effet, environ 78 % de la population ougandaise a moins de 30 ans, alors qu’au Nigeria, ce taux est estimé à 83 %.

Tidal était déjà présent en Afrique, notamment en Afrique du Sud, mais c’est la première fois que la plateforme de streaming cible potentiellement l’Afrique. À moyen terme, la compagnie espère du reste atteindre les 200 000 millions d’abonnés sur le continent.

Faire face à la censure internet

Des ambitions probablement encouragées d’un côté par le faible envol de la plateforme sur la scène internationale face à des concurrents de taille dont Spotify, Deezer, Apple et Google Play Music, puis de l’autre par le taux de pénétration en forte croissance sur le continent.

Toutefois, Tidal pourrait faire face à un important obstacle. De plus en plus, des gouvernements africains tentent de réduire au silence certaines plateformes sur Internet. En Ouganda même où le service a été lancé, les autorités envisagent de mettre en place une taxe sur les réseaux sociaux. Et pour l’heure, nul ne sait comment cette taxe affectera les services de streaming.

Avec Africanews

Retour en haut