Menu

Maroc: Le Festival Mawazine met l'Afrique à l'honneur à la 12e édition

Se fixant pour objectif de mettre en valeur le meilleur de la musique en Afrique, la 12e édition du Festival Mawazine Rythmes du Monde offrira au public une programmation exceptionnelle à découvrir sur la scène de Bouregreg. Au menu figurent neuf formations, des figures marquantes de la musique maghrébine et africaine, mais aussi sud-américaine, indique un communique de l'association «Maroc Cultures» qui organise l'événement.En provenance du Nigéria, de Cuba, du Mali ou d'Algérie, les groupes invités livreront aux festivaliers des prestations uniques illustrant les patrimoines de leurs pays.C'est d'abord le Congo-Brazzaville que le public pourra découvrir le 24 mai 2012 lors de ouverture du festival à la scène des Oudayas à Rabat. Aux rythmes des ethnies du Congo et sous l'influence de batteurs résolument modernes, l'incroyable formation des Tambours de Brazza offrira un spectacle plein de sons, de couleurs, livrant au passage un message universel de paix, de liberté et de fraternité.Le 25 mai 2013, c'est le blues désertique du groupe de musique originaire de Tessalit au nord-est du Mali «Tinariwen», qui a fait plusieurs fois le tour du monde et fasciné de nombreux musiciens parmi lesquels Robert Plant, chanteur et joueur d'harmonica britannique ou Thomas Edward Yorke, musicien britannique, du groupe anglais de rock Radiohead, qui transportera les festivaliers dans un voyage à travers les paysages du Mali et la culture touarègue. Le musicien nigérian Seun Kuti se produira, le 26 mai 2013, dans un show dont l'énergie promet d'être à la hauteur de son père feu Fela Kuti, chanteur, compositeur et homme politique nigérian, créateur de l'afrobeat, cocktail explosif né de la rencontre entre jazz, soul-funk et high-life. Seun Kuti a repris les rênes d'Egypt 80, l'orchestre mythique de l'afrobeat de son père décédé en 1997. Le 27 mai 2013, c'est une tornade funk, une forme de musique afro-américaine apparue aux Etats-Unis à la fin des années 1950, qui promet d'emporter la foule des Oudayas : Le groupe Ondatropica, constitués de plusieurs dizaines de musiciens explorant la richesse de la musique colombienne, enchantera le public.Le 28 mai 2013, les festivaliers auront rendez-vous avec la formation Jupiter & Okwes, emmenée par l'artiste congolais Jupiter Bokondji, surnommé le prophète de la soul kinoise, qui évoquera le Congo et son peuple à travers des histoires étonnantes et un mélange entre musiques traditionnelles de la RDC et soul, musique populaire afro-américaine née à la fin des années 1950.

Légende vivante de la musique sud-africaine, membre de Jazz Epistles, le premier groupe de jazz africain à avoir enregistré un album à la fin des années 50, le jazzman Hugh Masekela fera, lui aussi, le déplacement à Rabat. Le 29 mai 2013, le jazzman au talent et à la vie exceptionnels, donnera un concert inédit où se mêleront chants des townships et sons jazzy de Manhattan (Etats-Unis), influences populaires américaines et musiques traditionnelles Xhosa, Zoulou ou Swazi.La journée suivante sera consacrée au Maghreb et à l'Algérie avec la présence du groupe musical franco-algérien «Gnawa Diffusion». Le 30 mai 2013, le groupe mené par le charismatique Amazigh Kateb, fils de l'écrivain algérien Yacine Kateb, offrira une prestation métissée et énergique qui s'annonce haute en couleurs. L'avant-première de ce concert sera orchestrée par «Africa United», Gagnant de Génération Mawazine 2010. Ce groupe représente un véritable melting pot puisqu'il est composé de musiciens Marocains et Comoriens qui fusionnent de façon harmonieuse les sonorités des 2 pays.Le 31 mai 2013, la scène des Oudayas sera dédiée au duo malien Amadou & Mariam, un couple unique dont la musique offre un mélange original et percutant entre funk, blues et répertoire traditionnel africain.Pour la soirée de clôture, le hip-hop entraînera le public dans un rythme effréné. Encensé par «The Roots», un groupe de hip hop/soul américain influencé par d'autres genres musicaux tels que le jazz, le funk, la soul et fondé à Philadelphie en 1987, Blitz the Ambassador, musicien Ghanéen ayant émigré aux Etats-Unis, fera sensation le 1 juin avec sa section de cuivres déchaînée et un cocktail détonant qui compile sonorités africaines, riches instrumentations et hip hop originel.Depuis 2001, le Festival Mawazine-Rythmes du Monde est le rendez-vous incontournable de la scène musicale marocaine et internationale. Chaque année, au mois de mai, l'événement unique en son genre fait vibrer la capitale Rabat aux sons d'une musique ouverte aux quatre coins du monde grâce à un programme riche et inédit.Créée lors d'une assemblée générale, tenue à Rabat le 23 octobre 2001, conformément aux dispositions du Dahir du 15 novembre 1958, «Maroc Cultures» est une association à but non lucratif qui s'est fixée pour mission principale de garantir aux publics de la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaërs une animation culturelle et artistique d'un niveau professionnel digne de la capitale du Royaume. Faisant écho aux valeurs fondamentales de la politique de développement de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, «Maroc Cultures» concrétise la noble mission via le Festival Mawazine-Rythmes du Monde et différents événements comme le concours Génération Mawazine, des colloques pluridisciplinaires, des expositions d'art plastique et des concerts.

MAP

Retour en haut