Menu

Art africain : la grosse bourde de Koyo Kouoh

«Il y a un sens de l’immédiateté, des chroniques sociales et politiques, et les artistes ne produisent pas d’œuvres liées à leurs émotions, mais à leur environnement», a affirmé la galeriste Koyo Kouoh lors de la première foire d’art contemporain africain organisée hors du continent, plus précisément à Londres. Pour moi, cette affirmation de la directrice du Raw Materials company est une grosse bourde.

En lisant cette citation de Koyo Kouah dans jeuneafrique.com, je me suis demandé si véritablement les critiques d’art et les artistes africains partagent ce regard. Puisqu’à mon humble avis, une œuvre réalisée sans émotion n’a pas d’âme. Et une œuvre réalisée par un artiste quel qu’il soit transmet forcément un message et donc transmet une émotion qui peut être ou non celle de l’auteur. Comment peut-on d’ailleurs se prévaloir promotrice de l’art africain et affirmer que «les artistes ne produisent pas d’œuvres liées à leurs émotions, mais à leur environnement» ?
Pour moi, c’est une grosse bourde de Koyo Kouoh. J’ai lu quelque part que «la diversité des œuvres, leurs fonctions éventuelles dans la société, les intentions de leurs auteurs, leurs matériaux, leur style fait qu’on ne dispose pas de critères objectifs universels évidents pour juger qu’une œuvre est artistique ou qu’elle ne produit pas d’émotion. Même les effets produits par ces œuvres sont très divers. Ces effets à partir desquels on tend à juger une œuvre d’art ne sont d’ailleurs pas exclusifs de l’art : ce peut être l’émotion suscitée par une œuvre qualifiée de romantique, ce peut être la réflexion à laquelle invite l’art conceptuel…» J’adhère plutôt à cette vision que je crois sincèrement plus réaliste. Pour ma part, l’œuvre d’art a pour vocation d’exprimer les sentiments, les émotions de leurs auteurs. Ceux-ci, (sentiments et émotions) permettent d’établir un lien entre le créateur et son public. C’est finalement une méprise de dire qu’un artiste n’a pas produit une œuvre liée à ses émotions. Enfin, ce n’est juste qu’une opinion !
 Gilles Arsene TCHEDJI



Retour en haut