Menu

Hip hop : Dix jours aux cultures urbaines

Du 11 au 20 avril, l’Institut français met en lumière les cultures urbaines à travers différentes disciplines : musique, danse, expositions … Cette célébration s’inscrit dans la lignée du festival organisé dans le cadre du Tandem Dakar-Paris 2013 à la Biscuiterie Medina en juin dernier autour de ce champ artistique.

La cinquième édition du Festigraff, festival international de graffiti en Afrique initié par Docta et sa structure Doxandem Squad, sera le fer de lance de ces dix jours. Elle s’ouvrira par le vernissage de l’exposition « Liberté et tolérance » à la Galerie le Manège de l’Institut français vendredi 11 avril à 19h avec notamment l’artiste Jay One, parrain de cette édition 2014. Le Festigraff interrogera cette année la technique du stencil, du pochoir et de la customisation d’objets à l’aérographe lors de plusieurs temps forts notamment au Goethe Institut et à la Biscuiterie. Nouveauté de cette édition, le festival investira également la scène musicale lors d’un grand concert gratuit à l’Institut français le vendredi 18 avril à 20h30 avec au programme battles de Rap, de Slam et de Hip-hop sous l’égide de Matador qui s’improvisera « MC » et « selector » tandis que les graffeurs réaliseront des fresques sur scène.

Outre le Festigraff, plusieurs soirées consacrées aux cultures urbaines auront lieu au Théâtre de verdure. Tout d’abord, l’événement « Africa Krump War #1 » samedi 12 avril à 21h, organisé en partenariat avec l’Association Sénégal Battle (SNB) et « The Dance Hall », sera un coup de projecteur pour le Krump, phénomène urbain visuellement étonnant né dans les ghettos de Los Angeles dans les années 90 et qui constitue une alternative à la danse Hip-hop habituelle.

Le mercredi 16 avril, les champions du monde de Beatbox « Under Kontrol » prendront possession des lieux pour un concert qui promet d’être mémorable. La musique du groupe, époustouflant sur scène, est en effet un complexe échafaudage sonore au sommet duquel ils développent cabrioles gutturales et autres pass-pass vocaux, leur ambition étant de prouver que le Beatbox n’est pas seulement une démonstration technique mais bien une pratique musicale à part entière.

Enfin, dans le cadre du festival Ciné Droit libre, organisé à Dakar par les trois structures partenaires Article 19, Studio Sankara et Semfilms Burkina avec le soutien financier de Open Society Institut For West Africa (OSIWA), le concert « Les Grandes Gueules » réunira le samedi 19 avril à l’Institut français trois artistes engagés : Didier Awadi, le burkinabé Smockey et le mauritanien Monza.

Source Institut français de Dakar

Retour en haut