Menu

Mystic Mustaf

La première fois que j’ai rencontré Mustaf, j’ai été étonné : Son teint très noir qui brillait sous le chaud soleil du mois d’Avril, ses tresses à la Coolio, et son habit de Baye Fall, tout lui en était détonait. Et plus bizarre encore il n’a plus ouvert la bouche, après les salamecs d’usage. Il ne paraissait pas concerné par ce qu’on disait… Il semblait ailleurs, profondément absorbé dans ses pensées.

Dés cet instant il m’a intrigué, celui qu’on me présentait comme un artiste très prometteur, semblait aux antipodes de l’archétype de l’artiste sénégalais, que je connaissais. Comme j’étais moi-même un peu réservé, je n’ai pas cherché à approfondir ce premier contact des plus froids.

J’étais loin de me douter qu’il serait un des mes plus grand ami et plus proche collaborateur, et que nous passerions cinq années  de nuit blanches, à parler  de musique, de religion, et de futur artistique très radieux. Ainsi je découvris petit à petit  cette personnalité étonnante, et généreuse ; appris à l’apprécier, et essaya parfois, mais en vain de le proteger de ce  que moi j’appelais ses « délires » et que lui appelés ses  « visions »

Mais en définitive, c’est ce qui me permet aujourd’hui de brosser un portrait très fidèle de Mouhamadou Moustapha Mbaye alias Mustaf, né en 1980 dans la région de Dakar  il a quitté l’école en classe de Troisième secondaire, Il maitrise parfaitement le Coran et récite par cœur des centaines de hadiths, fervent disciple de Cheikh Ahmadou Bamba, Mustaf est ce qu’on appelle un « mouride sadikh »

La voix de Mustaf est chaude, parfois caverneuse, et dégage ce je ne sais quoi de sensuel, grave et triste à la fois. Sa technique parfaite fait de Mustaf la star des mélomanes, il jouit par ailleurs  d’un respect énorme auprès du public underground.

Mustaf est un des ces êtres au mysticisme très prononcée, malgré le milieu dans lequel il baigne quotidiennement : Celui de showbiz

Son mysticisme est tel  que Mustaf fait des rêves les plus bizarres tous les soirs ou presque. Au début je souriais avec scepticisme quand il me racontait ces rêves et décortiquait avec  foi les messages qui y seraient  liés selon lui.

Mais au fur et à mesure je pris conscience de ce que cela représentait, entrevu la part de vérité  dans ses propos, appris à respecter et à prendre au sérieux ce qu’il me racontait. Voila comment : Un soir ; comme tous les soirs en ces temps la , nous écoutions de la bonne zik et sirotions tranquillement un chaud café touba, attendant l’aube pour nous séparer ;  Mustaf m’expliqua que depuis trois jours  il avait des visions terrifiantes qui selon lui était annonciatrices de malheur dans notre plus proche voisinage. Quelle ne fut ma surprise ; le lendemain matin quand j’entendis des pleurs dans la maison voisine et qu’on m’annonça la mort du chef de quartier : A Quatorze heures après la prière  de Tisbar Mustaf  et moi assistâmes a l’enterrement du chef de quartier ; il n’arrêtait  pas de murmurer : «  J’avais vu  tout ca » comme pour se convaincre lui-même.

Mustaf l’artiste, est  toaster rappeur ; chanteur, il est très éclectique ; même dans ses gouts.   Underground, s’il en est ; Mustaf n’en demeure pas moins un artiste qui compte déjà quelques beaux succès à son tableau ; Lauréat du concours « Chansons de jeunes  contre le Sida » en 2004 avec son groupe Baat Sen Funé, il remporte ce concours deux ans plu tard en prenant la première place avec en duo  la jeune Bijou Aidara,  grâce à une chanson écrit et composé par lui ; il a aussi participé a plusieurs films documentaire ; Il fut Ambassadeur pour le bien être de l’Enfant Africain d’une ONG internationale basée  à  Dakar, durant deux ans. IL compte plusieurs collaborations  avec des artistes internationaux ; il est aussi un des rares artistes  dit underground à participé à des festivals a  l’étranger : Danemark ; Italie. Belgique etc.… L’Ambition de ce jeune loup est grande,  très grande, et dans ses « visions » il se voit maitre du monde avec sa voix ; d’ ailleurs tous ses voyages il l’avait prédit…. Jamais pessimiste ; Mustaf aime à répéter cette citation que nous avions appris d’un vieux marabout : «  Il n’y qu’une seule place honorable et disponible dans la vie : LA PREMIERE PLACE » ; une manière pour lui de garder le cap vers son destin… un destin hors norme.

 

Retour en haut