Menu

Aminata Sow Fall, lauréate du Prix de l’Engagement littéraire 2017

Le Prix de l’engagement littéraire  de la CENE Littéraire de l’édition 2017 est décerné à l’écrivaine sénégalaise Aminata Sow Fall.

 

A cet effet, la cérémonie de remise de cette importante distinction aura lieu le samedi 22 juillet 2017 à 16 heures à Keur Birago bu bess,  siège des écrivains du Sénégal.

 

La CENE littéraire (Cercle des Amis des Ecrivains Noirs Engagés) est une association de promotion littéraire basée à Genève en Suisse. Fondée en 2015 par Madame Flore-Agnès Nda Zoa, suissesse d’origine camerounaise, avocate au barreau de Genève, l’association propose un prix littéraire qui récompense des auteurs engagés et promeut la production littéraire des Africains et Afro descendants. Par littérature engagée, Flore cite un auteur dont elle a oublié le nom : « On dit d’une œuvre qu’elle est engagée lorsqu’elle présente certaines opinions ou prises de position de son auteur sur un sujet donné. Par le biais de son texte, un écrivain peut critiquer certains aspects de la société, dénoncer une situation qui le dérange ou encore défendre une cause qui lui tient à cœur ».  Pour rappel, la CENE littéraire tient régulièrement ses stands au Salon du Livre Africain de Genève. 

 

Passionnée de la littérature, Flore se confie « Je pratique le métier d’avocate au barreau de Genève. J’ai attrapé le virus de la lecture très jeune. La lecture était alors un moyen d’évasion dans un monde rempli de grands frères et de petites sœurs bienveillants. D’ailleurs, aujourd’hui, je rencontre dans les livres, les gens et les idées que la vie ne me donne pas toujours l’opportunité de côtoyer en vrai ». Elle poursuit : « En embrassant des études et une carrière juridique, je me suis un peu éloignée des livres, enfin je veux dire que je me suis consacrée aux codes et autres recueils de lois, par nécessité professionnelle. Mais, depuis quelques années, le virus dormant s’est réveillé, mais vu mon âge et la réalité de la vie, Cendrillon ne peut plus me soigner. L’antidote doit être aussi puissant que le mal. Les Mongo Beti, Ambroise Kom, Boris Diop, Théo Ananissoh et autre Eugène Ebodé m’apportent donc un début de traitement  ». 

 

 

 

Alassane CISSE (www.baobabafrique.com)

 

 

 

 

 

Retour en haut