Menu

Livre : Samira Fall tutoie la poésie

La jeune Samira Fall sort son recueil de poèmes intitulé « Oxymoriques »  ce samedi 28 octobre 2017 à 17 heures à la Place du Souvenir africain de Dakar. Le recueil est préfacé par le brillant intelectuel Dominique Pagani.

De son vrai nom Marième Absa Fall Coulibaly, Samira FALL est une slameuse sénégalaise de 23 ans. A l’âge de 13 ans, elle commence à écrire des poèmes dont plusieurs furent récompensés par des prix de poésie durant tout le long de son cursus scolaire. En 2014, elle fait ses premiers pas dans le milieu du Slam cet art oratoire qui combine mots et rythmes. Ce fût le déclic, Samira révèle au public tout son talent avec sa verve donnant ainsi vie à sa poésie sur scène de manière différente et libre. Doté d’une forte capacité d’adaptation, elle puise son style du Spoken Word, du Dub Poetry jamaïcain, du freestyle et de nombreuses traditions orales africaines telles que le "Tassu", ou encore le "Taalif". Unique en son genre, son style scénique allie africanité, désinvolture et aisance dans la maîtrise des mots déclinés. Originaire de la vieille ville de Rufisque, Samira fait partie de cette génération d’artistes inspirés et talentueux qui défend son voix en solo ou accompagné. Elle parcourt depuis bientôt 03 ans les scènes les plus prestigieuses du pays. En plus, Samira a participé à différentes résidences artistiques dont "KOCCSPEARE" et "Le chant du Corps" ; ce qui lui a permis d’affiner son talent et de mieux façonner ses prestations scéniques. Samira a également participé au Festival International de Slam et d’humour du Mali, et a été retenu pour par le Bureau International Jeunesse de Bruxelles (BIJ) pour représenter le Sénégal à la résidence "LIBRES EN SLAM" en Belgique. Elle fait notamment partie des auteurs de l’œuvre anthologique collective "La Cause". Sans oublier qu’elle anime depuis 2015 de nombreux ateliers et qu’elle a collaboré toute l’année scolaire 2016 avec le département de français de l’ISD (International School of Dakar) pour l’initiation de ses élèves en poésie urbaine. Ses textes atypiques, ivres d’un lyrisme aigre-doux dépeignent ses questionnements sociaux culturels, éducatifs et accordent un vif intérêt aux questions liées au genre. Présentation du livre Tout en restant articulé sur la poésie urbaine et traditionnelle, Oxymoriques est un recueil où l’auteure tente de mettre en relief les profondes dualités qui ont marqué sa vie. En effet, les textes proposés courent sur une période de dix ans. Dans les premiers poèmes, on sent nettement l’innocence et la naïveté de l’adolescente qui se sert de sa poésie comme d’un moyen : il s'agit pour elle de diversifier ses peurs et ses frustrations dans un environnement où le poids social constitue un fardeau insoutenable. Au fil des années et des chapitres, Samira Fall nous transporte dans un univers plus singulier. L'évolution stylistique correspond une nouvelle approche, notamment dans sa façon d'attaquer et de tenter de déconstruire les diverses thématiques qu'elle aborde. Les dix chapitres de l’ouvrage retracent ainsi un parcours accidenté qui conduit l'écrivaine à réaliser qu’… «Oxymoriques Ne deviens plus un moyen De rendre indolore Les affections de l’âme Que les métaphores Ont vainement tenté De cicatriser, Non ! Au fil des chapitres, L’œuvre devient une fin Où, adulte Je décide de ne plus dissocier De mon être, la poésie Dont le seul destin Est d’exister, Entièrement. » C’est donc entre "Désillusions", "Sinueuse Errance", "Leurres, Ailleurs", "Procession Déambulatoire", "Ascension céleste", "Esprit en Cocon", "Nuages Tombeaux", "Sabars Amoureux" et "Elles" que la ballade poétique se déroule tout au long du livre. La jeune slameuse parvient à faire redécouvrir dans toute sa splendeur l'oxymore, une figure de style avec lequel elle entretient une relation particulière. Son totem ! la maison d’édition Les éditions Materia Scritta, créées en 2005 à Bastia, accueillent tous les genres littéraires. Outre des textes inédits (romans, poésie, essais, pamphlets) elles ont réédité des auteurs "classiques", comme Hölderlin, Jean-Jacques Rousseau, Lovecraft, Stanislas Adotevi. Ouvertes sur l'espace francophone, elles comptent à leur catalogue plusieurs auteurs ouest-africains.

Retour en haut