Menu

Littérature : L’écrivain Kei Miller, lauréat du Prix Les Afriques 2018

L’écrivain et nouvelliste  Kei Miller est le lauréat de l’édition 2018 du  Prix  LES AFRIQUES  pour son roman By the rivers of Babylon paru en 2017 aux Editions Zulma. Il s’agit de la traduction française d’Augustown. La cérémonie solennelle de remise du prix au poète et romancier aura lieu le samedi 16 juin 2018 à la Société de Lecture à Genève en présence des membres du jury et plus particulièrement de Monsieur Boubacar Boris Diop.

C’est un roman ample qui a pour cadre un quartier singulier–Augustown. Peut-être quelque chose comme Soweto en Afrique du Sud en termes de conditions sociales et d’homogénéité des habitants. Des Noirs et des pauvres de la Jamaïque. Kei Miller hisse cet univers déclassé et de laissés-pour-compte en centre du monde avec ses us et coutumes, ses codes moraux et d’honneur très fermes, son passé, son histoire, ainsi de suite. Même la capitale Kingston et ses zones résidentielles de riches et de Blancs finit presque par apparaître comme périphérique… par rapport à ce lieu principal qu’est Augustown.

« Un roman réussi et irrésistible. Le lecteur s’identifie aux personnages malgré ce lieu rebutant et violent. On prend plaisir à y séjourner et à les suivre. Le roman est comme un grand fleuve nourri par des aÆuents multi- ples. Une journée particulière celle où un professeur a la très malencontreuse idée de couper ses dreadlocks au jeune Kaia, Rense impardonnable ! –contée minutieusement avec des allers et retours dans l’espace et dans le temps. Grande maîtrise dans l’articulation des différentes composantes du roman qui sont souvent presque des mini-romans en soi»

Fléo Ananissoh (écrivain, membre du jury) «C'est un texte dense, d'une grande originalité. Il donne au premier abord une impression de confusion qui est vite dissipée tant l'auteur est maitre du récit et de ses personnages. Les relations entre ceux-ci sur la durée sont un des pointsfortsdeBytheRiversofBabylondontonpeutégale- ment dire qu'il est le portrait aussi attendri que féroce d'un pays et d'un peuple»

Boubacar Boris DIOP (écrivain, membre du Jury) «C’est toute la tragédie de la Jamaïque, et même de toute la Caraïbe à des degrés  divers, qui est décrite avec fougue, avec comme toile de fond, violence, grandeur et décadence. Un livre magnifique».

Ken BUGUL (écrivaine, membre du jury

L’éditeur  français (ÉditionsZulma,«Littératures du monde entier») du lauréat le présente ainsi: «Romancier et poète, KeiMiller est né en 1978 à Kingston, en Jamaïque, où il agrandi. Il vit au Royaume-Uni. Depuis L’authentique Pearline Portious, il poursuit une œuvre romanesque aussi éclatante qu’envoûtante sur notre manière de penser et dire le monde.»

La CENE littéraire est une association de lecteurs-mécènes dont le jury prime, depuis trois ans, un auteur Africain ou des diasporas africaines dont l’œuvre frappe par la force de son engagement et son originalité sur des questions tant d’ordre politique que sociétal ou culturel. Il récompense son lauréat d’un chèque d’une valeur de 5'000.-euros et d’une œuvre d’art du peintre Sénégalo-Suisse Momar SECK.

Le Jury du « Prix Les Afriques » est composé des 6 personnalités suivantes :

Łéo ANANISSOH (Romancier,essayiste)

Ken BUGUL (Romancière)

Boubacar Boris DIOP (Romancier,essayiste)

Ambroise KOM (Président du Jury, essayiste et professeur de littératures africaines, africaines-américaines et caraïbes dans plusieurs universités).

Koulsy LAMKO (Romancier, essayiste)

Hortense SIME (Médecin, passionnée de littérature)

 

 

Source     (CENE littéraire)

Genève, le 6 juin 2018,

 

Flore Agnès NdaZoa (Fondatrice de La CENE Littéraire)

 

 

Retour en haut