Menu

Nécrologie : Samir Amin, une figure du tiers-monde tire sa révérence

L'économiste et altermondialiste Samir Amin est décédé, le dimanche 12 août 2018 à Paris, à l'âge de 87 ans. Théoricien du marxisme et du maoïsme, ce Franco-Egyptien était l'une des figures de proue des mouvements altermondialistes. Professeur à Poitiers, Vincennes et surtout à Dakar où il a contribué à fonder l'Institut africain de développement économique et de planification, Samir Amin a irrigué par sa pensée plusieurs générations d'universitaires dans les pays en développement.

« Marx n'a jamais été aussi utile », disait Samir Amin, qui fut sans conteste l'un des esprits les plus lucides du vingtième siècle dans la critique du système capitaliste mondialisé. Pour lui, la logique capitaliste du profit entraîne la destruction des bases de la reproduction de la vie sur la planète.

Cette critique fondamentale s'accompagne tout au long de sa vie d'une analyse sans concession des rapports de domination entre le centre, les pays capitalistes développés, et la périphérie, le Tiers-monde. En lui rendant hommage, le président sénégalais Macky Sall écrit ; « Il avait consacré toute sa vie au combat pour la dignité de l’Afrique, à la cause des peuples et aux plus démunis. Avec la disparition du Pr Samir Amin, la pensée économique contemporaine perd une de ses illustres figures. Mes condoléances émues au nom de toute la Nation ».  

Dans un communiqué parvenu à la rédaction de baobabafrique.com, le Forum social sénégalais sous la plume de Demba Moussa Dembélé et Mamadou Mignane Diouf, note : « c’est une perte immense pour l’Afrique et le monde. Penseur éminent, auteur prolifique et intellectuel engagé toute sa vie pour l’émancipation des peuples et des pays du Sud de l’exploitation capitaliste et de la domination impérialiste.». Le Forum social sénégalais de poursuivre en témoignant: « Durant plus de 60 ans, il a mis son immense savoir et son prestige au service des luttes des peuples pour la liberté, la démocratie et le progrès social. Il a été le compagnon du Forum social sénégalais depuis sa naissance et a participé à plusieurs de ses éditions ».

Agrégé en Sciences économiques, formé à Paris dans les années cinquante, il publie en 1973, Le développement inégal, ouvrage majeur qui le propulse dans le champ antimondialiste qui deviendra deux décennies plus tard,  l'altermondialisme.

Grand défenseur des jeunes nations africaines, ce précurseur a toujours concilié son travail universitaire avec un engagement militant. Conseillé du gouvernement malien de 1960 à 1963, il fonde à Dakar, l'Institut africain de développement économique et de planification.

Il participe aussi à la création, d'Enda-Tiers Monde, l'une des premières ONG africaines. Pour lui, il faut redéfinir l'ordre mondial basé sur le capitalisme financier et supprimer ses institutions comme l'OMC, le FMi et la Banque mondiale. Une pensée dense et radicale qui a inspiré plusieurs générations d'économistes africains.

 

Retour en haut