Menu
Fana Cissé

Fana Cissé

4ème Yéne festival international :le panafricanisme en bandoulière

La quatrième édition de Yene Festival International aura lieu le samedi 21 juillet 2018 au 9 juillet 2018 à l’espace culturel Mbul à Toubab Dialaw.    

Organisé par le poète Daouda Fall et la Direction de Global Vision, le Festival culturel de Yene verra la participation des d’artistes, de poètes, d’intellectuels, d’acteurs culturels et de développement du Sénégal, de la diaspora et des pays étrangers.

La 4ème édition du Festival s’articule principalement sur la table ronde autour de la renaissance du festival, du panafricanisme à la lumière de nouvelles lectures. Ensuite, des récitals de poésie et une exposition d’arts plastiques enrichissent le programme du Festival de Yene.

Le Festival a comme objectif de promouvoir l’éducation, la formation, la paix, le panafricanisme,  le développement humain, le dialogue des cultures, les langues africaines, l’anglais, la solidarité, la nouvelle humanité.

Alassane CISSE (Baobabafrique)

Exposition: des livres sur la Chine attirent le public

Le grand public est très attendu au musée des civilisations noires où vont s’exposer des livres sur la Chine. Ce pays de Confucius intéresse et attire les Sénégalais et autres citoyens du monde pour ses grands bonds en avant comme dirait le timonier.

 Ainsi, l’ambassade  de Chine au Sénégal, le Bureau de l’Information du Conseil des Affaires d’Etat de la Chine en partenariat avec le Ministère de la Culture du Sénégal organisent l'Exposition des livres sur la Chine.

La cérémonie officielle d’ouverture de l’exposition aura lieu le jeudi 19 juillet 2018 à 11 heures au Musée des Civilisations noires et sera coprésidée par Monsieur Abdou Latif Coulibaly, Ministre de la Culture du Sénégal et son Excellence, Monsieur  Zhang Xun, ambassadeur de Chine au Sénégal en présence de personnalités culturelles, d’écrivains, d’artistes et des professionnels du livre.

Baobabafrique

Conférence : le centenaire de Nelson Mandela

Né le 18 juillet 1918 en Afrique du Sud, la jeunesse africaine reconnaissante et les institutions nationales, africaines comme internationales célèbrent, ce 18 juillet 2018, le centenaire de naissance du combattant de la libération de l’Afrique du Sud, de la liberté et symbole du panafricanisme et de la tolérance.

A l'occasion de la journée internationale dédiée à Nelson Mandela et dans le cadre de la célébration du centenaire de sa naissance, l’Ambassade de la République d'Afrique du Sud à Dakar, le Ministre de la Culture de République du Sénégal et le Rectorat de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar organisent une grande conférence sur le thème: « héritage de Nelson Mandela, Jeunesse Africaine et Perspectives » ce mercredi 18 juillet 2018 à 9 heures à la salle de conférence de l’Ucad 2 à Dakar. La conférence sera animée par le Dr Aliou Sow et avec comme modératrice le Pr Penda Mbow.

Pour rappel , Nelson Rolihlahla Mandela dont le nom du clan tribal est « Madiba » a vu le jour le 18 juillet 1918 à Mvezo (province du Cap) et décédé le 5 décembre 2013 à Johannesburg. Mandela a été l'un des dirigeants historiques de la lutte contre le système politique institutionnel de ségrégation raciale (apartheid) avant de devenir président de la République d'Afrique du Sud de 1994 à 1999, à la suite des premières élections nationales non ségrégationnistes de l'histoire du pays.

Nelson Mandela entre au Congrès national africain (ANC) en 1943, afin de lutter contre la domination politique de la minorité blanche et la ségrégation raciale menée par celle-ci. Devenu avocat, il participe à la lutte non-violente contre les lois de l'Apartheid, mises en place par le gouvernement du Parti national à partir de 1948. L'ANC est interdit en 1960, et la lutte pacifique ne donnant pas de résultats tangibles, Mandela fonde et dirige la branche militaire de l'ANC, Umkhonto we Sizwe, en 1961, qui mène une campagne de sabotage contre des installations publiques et militaires. Le 5 août 1962, il est arrêté par la police sud-africaine sur indication de la CIA, puis est condamné à la prison et aux travaux forcés à perpétuité lors du procès de Rivonia. Dès lors, il devient un symbole de la lutte pour l'égalité raciale et bénéficie d'un soutien international croissant.

Après vingt-sept années d'emprisonnement dans des conditions souvent très dures, et après avoir refusé d'être libéré pour rester en cohérence avec ses convictions, Mandela est relâché le 11 février 1990. S'inspirant alors de la pensée ubuntu dans laquelle il a été élevé, il soutient la réconciliation et la négociation avec le gouvernement du président Frederik de Klerk. En 1993, il reçoit avec ce dernier le prix Nobel de la paix pour avoir conjointement et pacifiquement mis fin au régime de l'apartheid et jeté les bases d'une nouvelle Afrique du Sud démocratique.

Après une transition difficile où de Klerk et lui évitent une guerre civile entre les partisans de l'apartheid, ceux de l'ANC et ceux de l'Inkhata à dominante zoulou, Nelson Mandela devient le premier président noir d'Afrique du Sud en 1994. Il mène une politique de réconciliation nationale entre Noirs et Blancs et lutte contre les inégalités économiques. Après un unique mandat, il se retire de la vie politique active, mais continue à soutenir publiquement le Congrès national africain tout en condamnant ses dérives.

Impliqué par la suite dans plusieurs associations de lutte contre la pauvreté ou le sida, élevé au rang de patrimoine commun de l'humanité, il demeure une personnalité mondialement reconnue en faveur de la défense des droits de l'homme. Il est salué comme le père d'une Afrique du Sud multiraciale et pleinement démocratique, qualifiée de « nation arc-en-ciel », même si le pays reste confronté à de graves problèmes d'inégalités économiques, de tensions sociales et de replis communautaires.

Alassane CISSE (Baobabafrique)

 

La laïcité en question: Tfm et Touba tv épinglées par le Cnra

Le paysage audiovisuel doit refléter le caractère fondamentalement pluraliste et laïc de notre pays, respecter les différentes sensibilités religieuses des téléspectateurs, conformément aux cahiers des charges. Tel est le point de vue défendu par le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra) qui pointe du doigt des dérapages dans plusieurs programmes audiovisuels, la télé notamment.

En effet, durant la période du 1er avril au 30 juin 2018, le service de monitoring du Cnra dit avoir procédé à un échantillonnage portant sur 2072 programmes audiovisuels selon la langue utilisée, le format des programmes, la thématique abordée et enfin l’utilisation de la signalétique. Ce qui a permis de relever des manquements à la déontologie et des atteintes à la laïcité au Sénégal, écrit le Cnra qui cite pour exemple l’émission « Spécial Korité, Ndéwenelou Mouride yi », diffusée une première fois le 16 juin et rediffusée le 17 juin 2018 sur la chaîne Touba TV.

Et au cours de laquelle l’animateur de l’émission a invité, au téléphone, un téléspectateur à rappeler des propos que celui-ci avait tenus, sur son plateau, dans une précédente émission. En réponse, l'intervenant, s’est prêté à des comparaisons entre différentes sensibilités religieuses à l’avantage de la confrérie à laquelle il appartient. Réagissant à cette intervention d’une extrême gravité, qui ne doit en aucun cas avoir pour cadre la télévision, l’animateur et une bonne partie de ceux qui étaient sur le plateau, n’ont rien trouvé de mieux que de jubiler. « , déplore le Cnra dans son nouvel avis trimestriel. La Télévision Futurs médias (Tfm) est également indexée pour des faits similaires, précisément sur le cas d’une conversion à l’islam, en direct.

«Pendant l’émission « WAREEF RAMADAN » diffusée une première fois le 14 juin et rediffusée le 21 juin 2018 sur la TFM, l'animatrice, avec l'appui des personnes présentes sur le plateau, a converti en direct une jeune dame à l’Islam. Dans la même émission, l'animatrice révèle, avec fierté, que presque toutes ces personnes étaient aussi présentes quand elle convertissait une autre enfant, précédemment.

De telles pratiques, notées sur Touba TV et TFM, qui ne doivent en aucun cas avoir pour cadre la télévision, sont de nature à porter atteinte à l'ordre public, à la cohésion sociale, à l'unité nationale et au caractère laïc de notre société », martèlent Babacar Touré et Cie. Le Cnra, enfin, de considérer ces manquements comme une violation de l’article premier de la Constitution du Sénégal du 22 janvier 2001 qui proclame que la République du Sénégal est laïque, démocratique et sociale.

Source CNRA

 

Visite d'Etat : Le Président de la République chinoise au Sénégal les 21 et 22 juillet 2018

Sur l’initiative du Président de la République du Sénégal Macky Sall, le président de la République populaire de Chine XI Jinping va effectuer une visite d’Etat au Sénégal les 21 et 22 juillet 2018. Il s’agit de la première visite au Sénégal d’un Président Chinois depuis neuf ans. Durant la visite le Président XI Jinping va s'entretenir avec son homologue sénégalais Macky Sall. Ils procéderont à un échange d'avis sur le partenariat de coopération stratégique global sino-sénégalais, les relations sino-africaines et le Sommet de Beijing du Forum de la coopération sino-africaine, ainsi que les questions d’intérêt commun. Les deux chefs de l’Etat vont témoigner de la signature de plusieurs accords et visiteront ensemble un projet de coopération, dans les domaines de la justice et de l’aviation, dans infrastrutures, des ressources humaines etc.

A cet effet quatre objectifs seront attendus de cette visite: rendre la relation politique sino-sénégalaise plus étroite et plus solide avec une vision stratégique à long terme, faire fructifier la coopération bilatérale, promouvoir une coordination plus étroite dans les affaires internationales telles que la réforme du conseil internationale de L’Onu, la privation de l’ordre internationale du libre-échange, la lutte contre les changes climatiques, et pour terminer stimuler la coopération entre la chine et les pays africains. 
  
S'exprimant sur volume d’investissement, lors de sa conférence, de ce vendredi 13 juillet 2018, l’Ambassade du Chine au Sénégal  Zhang Xun a expliqué que le montant investi dans Plan Sénégal Emergent (PSE) évalué selon les statistiques du gouvernement sénégalais à 884 milliards francs CFA, classe son pays comme le plus grand pays investisseur dudit projet. 

La Chine veut aussi sa part du pétrole sénégalais 
L'Ambassadeur ne cache l'interet de son pays pour le pétrole découvert au Sénégal. "Et comme nous disposons d’un compte offshore en Côte d’ivoire, le gouvernement du Sénégal aussi espère que les grandes entreprises de la Chine s’investissent dans ce domaine de la coopération de cette énergie qui sera du gagnant-gagnant." 

Aussi à propos de la polémique sur le trafic du bois en Casamance, accusée à tort ou à  raison par l’écologiste et ancien ministre de l’Environnement Haïdar El Ali, d'exporter des centaines de milliers de troncs de bois de venne coupés en Casamance, la Chine a tout balayé d'un revers de main, par le biais de son ambassadeur. « Quand nous avons attendu ces rumeurs, nous avons avons fait une enquête auprès de notre homologue gambien. Parce que  le gouvernement chinois s’oppose fermement à ce phénomène et nous avons pris certaines mesures pour empêcher certains petits commerçants illégaux qui faisaient ce trafic de bois», souligne le diplomate.

Fana Cissé

SOUVENIR (13 juillet 2016 – 13 juillet 2018)

  • Publié dans Agenda

13 juillet 2016 – 13 juillet 2018 Deux ans déjà que nous avait quitté notre chère épouse, mère, sœur et cousine Adjia  Rokhaya Kane Camara. Les familles Camara, Kane et Dieng restées  orphelines se souviennent.

Vous qui l’avez connue, priez pour elle.

Yene : Inauguration de l’Institut Khadimou Rassoul

Yene sera le lieu de ralliement des fidèles mourides et citoyens du monde et plongera dans la ferveur religieuse à l’occasion de la cérémonie de pose de la première pierre de l’institut international Khadimou Rassoul. En effet, sous la bénédiction du Khalife général des Mourides, Serigne  Mountakha Bassirou Mbacké, la cérémonie de pose de la première pierre de l’Institut international Khadimou Rassoul de Serigne Affia Bousso, imam de la grande mosquée de Touba aura lieu le dimanche 15 juillet 2017 à 10 heures à Yene (Ndoukhoura Wolof).

La pierre sera posée par Serigne Ahmadou Makhtar Mbacké, Khalife de Cheikh Moustapha Al Karim de Darou Khoudos en présence de Serigne Affia Bousso. A cet effet, les autorités administratives, locales, les chefs coutumiers, les chefs religieux, les notables, les disciples, les associations de quartiers, les personnalités et le grand public sont attendus à cet événement de haute portée dans la commune de Yene.

Au cours de la cérémonie inaugurale de l’institut international de rayonnement islamique et de vulgarisation de la pensée universelle de Cheikh Ahmadou Bamba, les guides spirituels vont bénir Baobab Holding qui regroupe en son sein, Baobab Communication qui coordonne la communication-presse de la rencontre socio religieuse.  Notre compatriote Mamadou Sène de Pikine Diaspora Radio basé aux Etats Unis d’Amérique, assure la communication internationale de l’événement. Ainsi, après la cérémonie de pose de la première pierre de l’Institut, disciples, invités et autorités convergent chez le poète Daouda Fall à Toubab Dialaw pour des ziars (prières et bénédictions) et bernels (copieux repas).

Alassane CISSE (Baobabafrique)

Beyonce et Jay-Z attendus en Afrique du Sud pour honorer Mandela

  • Publié dans afrique

Beyoncé et Jay-Z, le couple le plus célèbre du monde de la musique, sera la tête d'affiche d'un concert organisé le 2 décembre à Johannesburg pour célébrer le centenaire de la naissance de l'ex-président sud-africain Nelson Mandela.

Le concert, qui sera retransmis dans le monde entier, rendra hommage à l'icône mondiale de la lutte anti-apartheid et mettra l'accent sur les efforts internationaux pour éradiquer la pauvreté dans le monde, a précisé l'organisation Global Citizen qui l’organise.

Le FNB Stadium de Soweto, le célèbre township de la ville, accueillera également le chanteur de Coldplay Chris Martin, celui de Pearl Jam Eddie Vedder, ainsi que Ed Sheeran, Pharrell Williams et Usher. Côté vedettes africaines, le producteur de hip-hop sud-africain Cassper Nyovest ainsi que les Nigérians Wizkid, D'banj et Femi Kuti, fils de la légende de l'afrobeat Fela Kuti, sont attendus.

Aider les plus pauvres

Global Citizen espère recueillir en amont du festival un milliard de dollars de promesses de dons pour aider les plus pauvres, dont la moitié sera destinée aux femmes et aux jeunes filles.

Pour le fondateur de Global Citizen, Hugh Evans, Nelson Mandela est une source d'inspiration pour son engagement dans la réconciliation nationale et la démocratie ou dans la lutte contre la pauvreté et en faveur de la santé. Né le 18 juillet 1918, Nelson Mandela est décédé le 5 décembre 2013.

Après 27 ans dans les geôles du régime raciste blanc, il était devenu le premier président démocratiquement élu de l'Afrique du Sud en 1994, poste qu'il a conservé jusqu'en 1999.

Billets gratuits pour ceux qui « promettent de se mobiliser contre la pauvreté »

Contrairement aux concerts traditionnels, Global Citizen distribue gratuitement les billets à ceux qui promettent de se mobiliser contre la pauvreté, en demandant par exemple à leur gouvernement de soutenir l'aide internationale au développement.

Evans a regretté que plusieurs pays majeurs ne respectent pas l'objectif de l'ONU d'attribuer 0,7% de leur PIB à l'aide internationale. Le président américain Donald Trump a ainsi annoncé la réduction d'un tiers du budget dédié à cette aide.

« La vérité est que le monde n'est pas prêt d'atteindre les objectifs du programme de développement"

Le Parisien

 

Retrait des enfants des rues : 339 ont retrouvé leurs familles

Le ministre de la Bonne gouvernance, Ndèye Ramatoulaye Guèye Diop a présidé, hier, la cérémonie de lancement de la Semaine nationale de l'Enfant à Ngor Diarama. Cette journée qui permet d'accentuer la réflexion autour du respect des droits des enfants, a été l'occasion saisie par le ministre de tirer un bilan reluisant de la campagne de retrait des enfants, en révélant que 339 enfants ont été retirés de la rue cette année.

Le ministre de la Bonne gouvernance qui présidait la cérémonie de lancement de la Semaine nationale de l’Enfant, hier mardi, a tiré un bilan satisfaisant du retrait des enfants de la rue entamé depuis mars 2018. « Après ce premier trimestre, je dirais qu’on a un bilan satisfaisant car 339 enfants ont été retirés de la rue », a affirmé la ministre. 

Toutefois, elle reconnaît que « c’est un processus long parce que le temps d’identifier ces enfants d’aller discuter avec ceux de les conforter pour qu’ils puisent retourner dans leurs familles, ça prend énormément de temps ». 

Le ministre qui s’exprimait devant une assemblée d’associations de protection de l’enfant et des membres de l’UNICEF a précisé que « 25 enfants ont été renvoyés en Guinée Bissau et 5 en Gambie ». Cependant, elle n’a pas manqué de déplorer le fait qu’il y ait un seul centre d’accueil pour ces enfants. 

Par ailleurs, le ministre de la Bonne gouvernance a indiqué que « le Code de l’Enfant sera voté d’ici le mois de décembre ». 

Livre : Ismaïla Badji, "une nouvelle voix pour la Jeunesse Africaine"

« Solutions pour la Jeunesse Africaine » est le nouvel ouvrage de Ismaïla Badji. Dans ce livre, l’auteur brosse le tableau des maux dont souffre la jeunesse Africaine. Il a relevé les principaux points qui obstruent l'épanouissement de cette jeunesse. L'immigration clandestine, le chômage, la sous-scolarisation, le manque d'opportunités, les conséquences de l'exploitation abusive des ressources naturelles du continent, la manipulation et le contrôle de l'économie des pays de l'Afrique par les anciens colonisateurs et tant d'autres points saillants, sources du blocage en Afrique. 

Ferme dans sa conviction, et toujours fidèle à son engagement pour la promotion de la citoyenneté et la défense des causes de la jeunesse, Ismaïla Badji pense que seuls les jeunes qui représentent plus de 77% de la population totale de l’Afrique peuvent changer les choses autour d’eux. Dans cette dynamique, il a avancé des pistes de solutions, lesquelles devront conduire l'Afrique au développement. L'entrepreneuriat, une monnaie commune, la création d'emplois en lien avec les Objectifs de Développement Durable entre autres solutions peuvent favoriser le développement de l'Afrique qui ne se fera que par sa jeunesse. Il a également suggéré un changement de comportements et de mentalités de la part des jeunes.  « L'Afrique peut diriger le Monde » dira t-il. 

La sortie officielle du livre est prévue ce 13 Juillet 2018 aux Editions Alphabet en Tunisie.

Avec Dakaractu

S'abonner à ce flux RSS