Menu

Education : Baccalauréat 2018, le téléphone portable interdit

Pour l’organisation du baccalauréat 2018 au Sénégal, le directeur de l’office du Baccalauréat, le Professeur Sossé Ndiaye a fait face à la presse, le mercredi 27 juin 2018, au ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation. Occasion pour M. Ndiaye de revenir sur les différentes mesures concernant l'organisation du baccalauréat de cette année notamment l'interdiction formelle des téléphones portables dans les centres d'examen, faute de quoi le candidat sera expulsé immédiatement. Mais, aussi la délivrance systématique du prestigieux diplôme à partir de cette année.

L’Office national en charge de l’organisation du Bac dirigé par le Pr Sossé Ndiaye entend bien ne pas connaître la même situation que celle de l'année précédente où le plus important examen du pays a été entaché de fraudes. Raison pour laquelle des mesures exceptionnelles ont été prises pour son bon déroulement sur toute l’étendue du territoire national.

Cette année d’importantes mesures ont été prises pour le déroulement des examens. Le téléphone portables et tous matériels de ce genre sont formellement interdits dans les centres d'examen. Et l'application de cette mesure sera vigoureuse et sans exception, a fait savoir  M. Ndiaye. Il ajoute tout candidat en possession d’un téléphone dans un centre sera expulsé peu importe que le téléphone soit actif ou pas.

Le directeur de l’office du Bac a souligné que cette mesure vise à éradiquer définitivement les fraudes au Sénégal.  

 Il révèle que la délivrance systématique du diplôme va être expérimentée cette année. Car les gens ne reçoivent pas leur diplôme, cela même après plusieurs années de l’obtention du baccalauréat.

Selon le Dr de l’Office du Bac,  le nombre de candidats ne cesse d'évoluer chaque année,  d’où le renforcement du dispositif sécuritaire. Le nombre moyen de candidats est de 1.047 dans la décennie 1960 à  116.813 pour la décennie 2010. Ce dernier chiffre est en cours d'augmentation comme en atteste l’effectif de plus de 157.000 candidats enregistrés en 2018. Ainsi, Sossé Ndiaye assure que : « la sécurisation des sujets de cette année sera sans faille car toutes les mesures sont déjà prises. Les copies ne sortiront pas des centres, la correction se fera sur place et tous les correcteurs en sont conscients.

L’organisation du baccalauréat nécessite un bon plan d’actions, et les défis à relever sont entre autres : 《la sécurisation du processus et des diplômes, l’amélioration de la qualité de l’évaluation, paiement rapide des sommes dues ainsi que la délivrance rapide des diplômes », conclut le directeur de l’office du Bac.

Fana CISSE (Baobabafrique)

 

 

Retour en haut