Menu

Macky Sall félicite Babacar Touré pour son "formidable travail" au CNRA

Le Chef de l’État a adressé ce jeudi 16 août 2018, ses "remerciements" et "très vives félicitations" à Babacar Touré pour le "formidable travail" fait par le journaliste à la présidence du Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA) durant les six dernières années.

"Je tiens à vous réaffirmer mes remerciements et mes très vives félicitations, au nom de toute la nation, pour votre leadership et le travail formidable que vous avez accompli à la tête du Conseil national de régulation de l’audiovisuel", a déclaré Macky Sall en recevant les rapports annuels 2016 et 2017 du CNRA.

Babacar Touré vient d’achever le mandat de six ans qu’un président du CNRA est en droit d’exercer.

Le chef de l’État a salué la "constance" dont il a fait preuve dans sa réputation d’"homme de conviction".

"Je vous sais ferme sur les principes. Je vous sais tout flexible, pédagogue, plutôt persuasif. Vous avez fait montre de générosité, d’esprit fédérateur autour des principes d’impartialité", a dit M. Sall, louant "les capacités de synthèse et de dépassement" du journaliste, ancien patron du groupe privé Sud Communication, fondateur du journal Sud Quotidien et de la radio Sud FM.

Babacar Touré est "un journaliste professionnel et créateur d’entreprises", a ajouté le chef de l’État au président du Cnra qui termine son mandat non renouvelable. Il a été remplacé à la présidence du CNRA par son confrère Babacar Diagne, ancien directeur général de la RTS et ambassadeur du Sénégal aux États-Unis d’Amérique.

Pour rappel, Les professionnels du secteur de la publicité se sont réunis autour de l’atelier de partage et de concertation sur la publicité du 6 au 7  août 2018, à l’initiative du Conseil national de régulation de l'audiovisuel  (CNRA). L’objectif principal de la rencontre consiste à inviter les acteurs des médias, de la publicité, du parlement, de la régulation, de la communication, du commerce, du mouvement consumériste, à échanger sur l’organisation, la réglementation de la publicité au Sénégal. Ainsi, au terme de l’atelier professionnel, des recommandations fermes ont été formulées pour mettre fin à l’anarchie d’un secteur qui brasse environ plus de cent milliards et dont la loi qui date de 1983 n’a pas enregistré un décret d’application après 35 ans d’existence. Trois  principales recommandations : l’adoption d’une nouvelle loi, la nécessité de créer un organe de régulation de la publicité et la réglementation des professions liées à la publicité. 

Alassane CISSE (Baobabafrique avec APS)

 

 

 

Retour en haut