Menu

Visite d'Etat : Le Président de la République chinoise au Sénégal les 21 et 22 juillet 2018

Sur l’initiative du Président de la République du Sénégal Macky Sall, le président de la République populaire de Chine XI Jinping va effectuer une visite d’Etat au Sénégal les 21 et 22 juillet 2018. Il s’agit de la première visite au Sénégal d’un Président Chinois depuis neuf ans. Durant la visite le Président XI Jinping va s'entretenir avec son homologue sénégalais Macky Sall. Ils procéderont à un échange d'avis sur le partenariat de coopération stratégique global sino-sénégalais, les relations sino-africaines et le Sommet de Beijing du Forum de la coopération sino-africaine, ainsi que les questions d’intérêt commun. Les deux chefs de l’Etat vont témoigner de la signature de plusieurs accords et visiteront ensemble un projet de coopération, dans les domaines de la justice et de l’aviation, dans infrastrutures, des ressources humaines etc.

A cet effet quatre objectifs seront attendus de cette visite: rendre la relation politique sino-sénégalaise plus étroite et plus solide avec une vision stratégique à long terme, faire fructifier la coopération bilatérale, promouvoir une coordination plus étroite dans les affaires internationales telles que la réforme du conseil internationale de L’Onu, la privation de l’ordre internationale du libre-échange, la lutte contre les changes climatiques, et pour terminer stimuler la coopération entre la chine et les pays africains. 
  
S'exprimant sur volume d’investissement, lors de sa conférence, de ce vendredi 13 juillet 2018, l’Ambassade du Chine au Sénégal  Zhang Xun a expliqué que le montant investi dans Plan Sénégal Emergent (PSE) évalué selon les statistiques du gouvernement sénégalais à 884 milliards francs CFA, classe son pays comme le plus grand pays investisseur dudit projet. 

La Chine veut aussi sa part du pétrole sénégalais 
L'Ambassadeur ne cache l'interet de son pays pour le pétrole découvert au Sénégal. "Et comme nous disposons d’un compte offshore en Côte d’ivoire, le gouvernement du Sénégal aussi espère que les grandes entreprises de la Chine s’investissent dans ce domaine de la coopération de cette énergie qui sera du gagnant-gagnant." 

Aussi à propos de la polémique sur le trafic du bois en Casamance, accusée à tort ou à  raison par l’écologiste et ancien ministre de l’Environnement Haïdar El Ali, d'exporter des centaines de milliers de troncs de bois de venne coupés en Casamance, la Chine a tout balayé d'un revers de main, par le biais de son ambassadeur. « Quand nous avons attendu ces rumeurs, nous avons avons fait une enquête auprès de notre homologue gambien. Parce que  le gouvernement chinois s’oppose fermement à ce phénomène et nous avons pris certaines mesures pour empêcher certains petits commerçants illégaux qui faisaient ce trafic de bois», souligne le diplomate.

Fana Cissé

En savoir plus...

SOUVENIR (13 juillet 2016 – 13 juillet 2018)

  • Publié dans Agenda

13 juillet 2016 – 13 juillet 2018 Deux ans déjà que nous avait quitté notre chère épouse, mère, sœur et cousine Adjia  Rokhaya Kane Camara. Les familles Camara, Kane et Dieng restées  orphelines se souviennent.

Vous qui l’avez connue, priez pour elle.

En savoir plus...

Livre : Ismaïla Badji, "une nouvelle voix pour la Jeunesse Africaine"

« Solutions pour la Jeunesse Africaine » est le nouvel ouvrage de Ismaïla Badji. Dans ce livre, l’auteur brosse le tableau des maux dont souffre la jeunesse Africaine. Il a relevé les principaux points qui obstruent l'épanouissement de cette jeunesse. L'immigration clandestine, le chômage, la sous-scolarisation, le manque d'opportunités, les conséquences de l'exploitation abusive des ressources naturelles du continent, la manipulation et le contrôle de l'économie des pays de l'Afrique par les anciens colonisateurs et tant d'autres points saillants, sources du blocage en Afrique. 

Ferme dans sa conviction, et toujours fidèle à son engagement pour la promotion de la citoyenneté et la défense des causes de la jeunesse, Ismaïla Badji pense que seuls les jeunes qui représentent plus de 77% de la population totale de l’Afrique peuvent changer les choses autour d’eux. Dans cette dynamique, il a avancé des pistes de solutions, lesquelles devront conduire l'Afrique au développement. L'entrepreneuriat, une monnaie commune, la création d'emplois en lien avec les Objectifs de Développement Durable entre autres solutions peuvent favoriser le développement de l'Afrique qui ne se fera que par sa jeunesse. Il a également suggéré un changement de comportements et de mentalités de la part des jeunes.  « L'Afrique peut diriger le Monde » dira t-il. 

La sortie officielle du livre est prévue ce 13 Juillet 2018 aux Editions Alphabet en Tunisie.

Avec Dakaractu

En savoir plus...

Contre le recrutement d’enfants de guerre : le chanteur congolais Fally Ipupa désigné ambassadeur de bonne volonté

  • Publié dans afrique

La Mission des Nations unies au Congo (Monusco) vient d’honorer le chanteur congolais Fally Ipupa en le désignant ambassadeur de bonne volonté dans la lutte contre le recrutement d’enfants par les groupes armés en République démocratique du Congo.

« L’artiste congolais Fally Ipupa devient ambassadeur de bonne volonté pour mettre fin aux recrutements d’enfants par les groupes armés et les milices en République démocratique du Congo », a fait savoir Florence Marchal, porte-parole de la Monusco lors d’une conférence de presse à Kinshasa.

Le choix de la Monusco a été motivé par l’engagement et l’empathie de Fally Ipupa et  la notoriété de l’artiste. Dans son discours,  Florence Marchal a indiqué que Fally Ipupa s’était déjà engagé en RDC dans la lutte contre la malnutrition chronique qui touche les enfants, ainsi que pour l’accès à l’éducation pour tous avec le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef).

C’est « une voix qui compte, une personnalité qui est écoutée et appréciée (…) Il a gracieusement accepté de joindre sa voix aux efforts de la Monusco pour protéger les enfants contre toute forme de violations perpétrées en période de conflit armé », a déclaré Mme Marchal.

Pour rappel, la RDC a été ravagée par deux guerres entre 1996 et 2003, sa partie orientale fait toujours l’objet des conflits armés. Des dizaines de groupes armés et milices s’affrontent pour contrôler les terres et les zones riches en ressources naturelles. Entre Septembre 2016 et 2017, un autre conflit  ensanglanté dans la région du Kasaï (centre) introduisait de nombreux enfants dans des milices.

En savoir plus...

47èmes assises de la presse francophone-Editorial: Rendez-vous à Erevan

  • Publié dans afrique

Et voilà, c’est officiel : les 47èmes Assises de la Presse francophone se dérouleront en Arménie du 9 au 12 octobre 2018 ! 
Après un printemps plus qu’animé qui a signé la fin du virage non seulement du système de gouvernance (le passage d’un régime semi-présidentiel à un régime parlementaire), mais aussi et surtout, le renversement complet du système sociopolitique de l’Arménie, le pays revient, lentement mais sûrement, vers un quotidien moins passionné mais beaucoup plus ordonné et plein de réflexion. 
Les résultats de cette révolution qualifiée de velours, tant elle était pacifique et amicale, tout en restant implacable, se feront sentir encore pendant longtemps. Nous, les journalistes participant aux prochaines Assises, aurons la chance de nous retrouver, en octobre prochain, dans une Arménie ancienne de quatre mille années, mais complètement renouvelée par ce souffle de liberté et de justice. Nul doute que ce mélange d’ancien et de nouveau sera passionnant et qu’il ne fera qu’enrichir le thème ô combien actuel de notre rencontre : « Médias et Migrations ».
Ainsi, nous allons commencer les inscriptions aux prochaines Assises. N’hésitez pas à apporter votre expérience et donner vos suggestions pour les débats. 
L’Arménie vous attend !

Zara NAZARIAN
Présidente de l’UPF Arménie
Trésorière internationale de l’UPF

 

 

En savoir plus...

Au rythme de l'afrobeat, Macron célèbre la créativité africaine

  • Publié dans afrique

Emmanuel Macron a exceptionnellement laissé tomber veste et cravate mardi soir pour célébrer la créativité africaine dans une salle de concert de Lagos, haut lieu de l’afrobeat contestataire de l’icône nigériane Fela Kuti. « Il faut donner à voir la vitalité de la culture africaine, dont le Nigeria est une vitrine », a déclaré le président français avant de se rendre au Shrine.

Située dans le centre historique de la mégapole nigériane, cette salle de concert a été créée par Fela Kuti, inventeur de l’afrobeat, une musique qui fusionne funk, soul, jazz et airs africains, avant d’être relancée par son fils Femi Kuti. « C’est un lieu iconique », « vibrant », a salué Emmanuel Macron, en racontant l’avoir découvert en 2002 pour un concert de Femi Kuti alors qu’il effectuait son stage de l’ENA à l’ambassade de France à Abuja.

Premier président français à se rendre à Lagos, Emmanuel Macron a tenu à y retourner pour un rendez-vous festif afin de changer des soirées, souvent protocolaires et empesées, des voyages à l’étranger.

« L’Afrique d’avant »

Pour Emmanuel Macron, la soirée au Shrine a été l’occasion de lancer l’organisation de la Saison des cultures africaines qui se tiendra en France en 2020. Il avait annoncé fin 2017 la tenue de cette manifestation de plusieurs mois lors de son « discours fondateur » de Ouagadougou, déclinant sa stratégie pour relancer les relations entre la France et l’Afrique.

Il s’agit de déployer « une stratégie culturelle et artistique qui remette l’Afrique » au centre, a confié Macron. Car, a-t-il ajouté, « nous avons besoin que les Africains parlent eux-mêmes de l’Afrique ». « On parle toujours de l’Afrique d’avant, mais trop rarement de Nollywood (l’industrie cinématographique du Nigeria est la deuxième au monde en termes de production), de la musique contemporaine », portée notamment par les artistes nigérians sur le reste du continent.

Avec 20munites

En savoir plus...

Tina Turner en souffrance familiale

  • Publié dans Musique

La célèbre chanteuse Tina Turner a eu quatre enfant dont Ike Junior, qui l'accuse aujourd'hui d'avoir tourné le dos à sa famille. La nouvelle comédie musicale "Tina" est un véritable succès. Il retrace la vie remarquable de Tina Turner qui a fui un mari violent, puis qui s'est hissée jusqu'à la gloire. L'histoire ferait pourtant l'impasse sur sa relation avec ses enfants. Son fils adoptif, Ike Junior, déclare: "Tina m'a adopté quand j'avais deux ans. Elle est la seule mère que j'ai jamais connue.

Mais je ne lui ai plus parlé depuis une éternité, probablement en 2000. Ma mère vit sa vie. Elle a un nouveau mari et elle habite en Europe. Elle ne veut rien avoir à faire avec le passé." Sa relation avec ses enfants Tina a quatre enfants: Craig, maintenant âgée de 60 ans, née d'une aventure avec un saxophoniste à l'adolescence; Ronnie, 57 ans, unique enfant de son union avec Ike Senior, Ike Junior, 59 ans, et Michael, 58 ans, nés d'Ike Senior et de sa première femme mais adoptés par Tina quand elle a épousé la star en 1962.

L'histoire mouvementée d'Ike et de Tina fait partie de l'histoire de la musique. Le toxicomane fils d'un prédicateur du Mississippi, Ike, a régulièrement battu Tina jusqu'à ce que, après 16 ans, elle parvienne à s'enfuir au milieu de la nuit avec 36 centimes en poche. Depuis 1994, elle vite en Suisse avec le producteur de musique allemand Erwin Bach. Le couple s'est marié il y a cinq ans. Ike Junior a déclaré: "Mes frères vont bien.

Ils reçoivent de l'argent d'un fonds fiduciaire. Je parle de temps en temps à Ronnie. Il est en bonne santé et marié à la chanteuse Afida Turner. Craig est dans l'immobilier. Ils vivent tous les deux à Los Angeles. Michael est dans une maison de convalescence en Californie du Sud et il a besoin d'un soutien médical. Je l'ai vu plusieurs fois. Il se porte bien. Tina ne lui rend pas visite. Tout ce qu'elle fait, c'est lui envoyer de l'argent.

" La violence Au sujet de la violence de son père, Ike Junior se montre distant, après l'avoir souvent niée. "Ma mère et mon père ne se sont jamais battus devant nous. Je pense que c'est la parole de l'un contre l'autre". Suite à la sortie de la comédie musicale, Tina a annoncé lors de l'avant-première londonienne qu'elle a finalement pardonné à son ex-mari. Mais pour Ike Junior, c'est trop tard car son père est mort il y a 11 ans, d'une overdose de cocaïne. Lui-même a été battu par son père lorsque ce dernier avait appris qu'il avait été engagé comme ingénieur du son par Tina. "Quand ma mère et mon père se sont séparés,

il nevoulait pas que je travaille avec elle et il m'a frappé à la tête avec un flingue." Ike Junior lui avait pardonné de son vivant et il aurait souhaité que Tina fasse la même chose. Des parents absents Pour Ike Junior, les deux parents, n'étaient pas souvent à la maison. "Nous avons été élevés par des femmes de ménage parce que ma mère et mon père étaient partis 11 mois sur l'année". "Mon père m'a sorti de l'école à 13 ans pour que je dirige son studio d'enregistrement et que j'aille sur les routes avec eux."

 

Avec 7sur7.be

En savoir plus...

Prix Tchicaya U Tamsi de la poésie : le Président de la République félicite Amadou Lamine Sall

« Cher Amadou, je t’adresse mes chaleureuses félicitations », ce sont en ces termes empreints de chaleur que le président de la République a félicité Amadou Lamine Sall qui vient d’honorer la communauté littéraire du Sénégal et de l’Afrique en remportant le Prix Tchicaya U Tamsi de la poésie.  

 « Et voilà que pour les 40 ans du Festival d’Assilah, le Prix Tchicaya U Tamsi de la poésie africaine est décerné à un fidèle disciple de Senghor, notre compatriote Amadou Lamine Sall, poète émérite », s’est réjoui le chef de l’Etat, hier, lors du 40e anniversaire du Festival d’Assilah, au Maroc. 

« Les poètes continueront toujours de nous étonner par ce génie singulier qu’ils ont de puiser dans l’essence des mots le sens qui ravit le cœur et aiguise l’imagination », laisse méditer Macky Sall.    

 www.baobabafrique.com

En savoir plus...

Education : Baccalauréat 2018, le téléphone portable interdit

Pour l’organisation du baccalauréat 2018 au Sénégal, le directeur de l’office du Baccalauréat, le Professeur Sossé Ndiaye a fait face à la presse, le mercredi 27 juin 2018, au ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation. Occasion pour M. Ndiaye de revenir sur les différentes mesures concernant l'organisation du baccalauréat de cette année notamment l'interdiction formelle des téléphones portables dans les centres d'examen, faute de quoi le candidat sera expulsé immédiatement. Mais, aussi la délivrance systématique du prestigieux diplôme à partir de cette année.

L’Office national en charge de l’organisation du Bac dirigé par le Pr Sossé Ndiaye entend bien ne pas connaître la même situation que celle de l'année précédente où le plus important examen du pays a été entaché de fraudes. Raison pour laquelle des mesures exceptionnelles ont été prises pour son bon déroulement sur toute l’étendue du territoire national.

Cette année d’importantes mesures ont été prises pour le déroulement des examens. Le téléphone portables et tous matériels de ce genre sont formellement interdits dans les centres d'examen. Et l'application de cette mesure sera vigoureuse et sans exception, a fait savoir  M. Ndiaye. Il ajoute tout candidat en possession d’un téléphone dans un centre sera expulsé peu importe que le téléphone soit actif ou pas.

Le directeur de l’office du Bac a souligné que cette mesure vise à éradiquer définitivement les fraudes au Sénégal.  

 Il révèle que la délivrance systématique du diplôme va être expérimentée cette année. Car les gens ne reçoivent pas leur diplôme, cela même après plusieurs années de l’obtention du baccalauréat.

Selon le Dr de l’Office du Bac,  le nombre de candidats ne cesse d'évoluer chaque année,  d’où le renforcement du dispositif sécuritaire. Le nombre moyen de candidats est de 1.047 dans la décennie 1960 à  116.813 pour la décennie 2010. Ce dernier chiffre est en cours d'augmentation comme en atteste l’effectif de plus de 157.000 candidats enregistrés en 2018. Ainsi, Sossé Ndiaye assure que : « la sécurisation des sujets de cette année sera sans faille car toutes les mesures sont déjà prises. Les copies ne sortiront pas des centres, la correction se fera sur place et tous les correcteurs en sont conscients.

L’organisation du baccalauréat nécessite un bon plan d’actions, et les défis à relever sont entre autres : 《la sécurisation du processus et des diplômes, l’amélioration de la qualité de l’évaluation, paiement rapide des sommes dues ainsi que la délivrance rapide des diplômes », conclut le directeur de l’office du Bac.

Fana CISSE (Baobabafrique)

 

 

En savoir plus...

Economie: le collectif "Auchan dégage" en mouvement

La grande surface française est dans l’œil du cyclone. Au Sénégal, Auchan semble être encerclée de toutes parts avec des critiques de commerçants, activistes de la société civile qui lui contestent un abus de position dominante. Ce qui pose encore une fois la problématique des études d’impact de l’installation des grandes surfaces au Sénégal.

Le collectif « Auchan dégage » a été créé ce mardi 26 juin 2018 par les commerçants du marché Castors. Après la sortie du Secrétaire général de l’Unacois/Jappo, Modou Diop contre les grandes surfaces qui « ont envahi » le Sénégal, ils ont décidé de passer à la vitesse supérieure. Sur les ondes de la Rfm, le Secrétaire général dudit collectif, Leyti Sène dénonce une grosse arnaque derrière l’accessibilité des marchandises de Auchan, avec des prix défiant toute concurrence.

A l’en croire, Auchan constitue un véritable handicap à l’économie du pays, car dans les supermarchés, on y vend toutes les marchandises qu’on trouvait dans le marché local, même des tas de gingembres et presque la quasi-totalité des autres épices en détail. Ce qui fait que les commerçants ne voient plus de clients dans les marchés. «
Les clients du marché Castors ont tous été détournés par Auchan. A ce rythme, ce ne sont pas les commerçants qui vont faire faillite, mais les marchés et après, l’économie du pays », dénonce Leyti Sène.

A ce sujet d’ailleurs, en conférence de presse, le Front pour une Révolution Anti-impérialiste Populaire et Panafricaine/FRANCE DEGAGE, a révélé avoir adressé pour la troisième fois, le 20 juin dernier, une demande de rencontre au ministre du Commerce.
« Le ministre refuse de nous recevoir depuis décembre 2016, date de la première demande de rencontre. L’une des raisons pour lesquelles le FRAPP souhaite rencontrer le ministre du Commerce est de savoir si des études d’impact de l’installation des grandes surfaces au Sénégal ont été faites et quels en sont les résultats. Voilà pourquoi, le FRAPP dit AUCHAN DEGAGE avec les commerçants, les consommateurs et les autres citoyens, l’exigent », ont dénoncé les partisans de l’activiste Guy Marie Sagna.

Avec  léral

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS