Menu

Tidal, la plateforme musicale de Jay-Z veut conquérir l'Afrique

  • Publié dans afrique

Tidal amorce son positionnement en Afrique. Le 22 août, le service de musique et vidéo en ligne détenu par le rappeur américain Jay-Z a levé le voile sur sa politique africaine lors d’une soirée en Ouganda. En partenariat avec la maison de téléphonie mobile MTN, Tidal entend promouvoir la musique locale en inscrivant dans son catalogue des artistes du continent.

La politique enclenchée en Ouganda sera bientôt déployée au Nigeria, a annoncé le groupe qui dit privilégier la jeunesse de ces deux pays. En effet, environ 78 % de la population ougandaise a moins de 30 ans, alors qu’au Nigeria, ce taux est estimé à 83 %.

Tidal était déjà présent en Afrique, notamment en Afrique du Sud, mais c’est la première fois que la plateforme de streaming cible potentiellement l’Afrique. À moyen terme, la compagnie espère du reste atteindre les 200 000 millions d’abonnés sur le continent.

Faire face à la censure internet

Des ambitions probablement encouragées d’un côté par le faible envol de la plateforme sur la scène internationale face à des concurrents de taille dont Spotify, Deezer, Apple et Google Play Music, puis de l’autre par le taux de pénétration en forte croissance sur le continent.

Toutefois, Tidal pourrait faire face à un important obstacle. De plus en plus, des gouvernements africains tentent de réduire au silence certaines plateformes sur Internet. En Ouganda même où le service a été lancé, les autorités envisagent de mettre en place une taxe sur les réseaux sociaux. Et pour l’heure, nul ne sait comment cette taxe affectera les services de streaming.

Avec Africanews

En savoir plus...

Soupçonné de viol, le chanteur marocain Saad Lamjarred en garde à vue

  • Publié dans afrique

Le chanteur marocain, Saad Lamjarred, est accusé par une jeune femme de viol. Les faits se seraient produits dans la nuit de samedi à dimanche.

La garde à vue de Saad Lamjarred a été prolongée ce lundi matin de 24 heures, afin de mener de nouvelles investigations permettant d’y voir plus clair. Selon le parquet de Draguignan, il s’agit d’une “affaire complexe” qui s’est déroulée “dans le cadre de rencontres dans des établissements de nuit” avec “deux versions diamétralement opposées (qui) s’entrechoquent”, nécessitant “la poursuite des investigations et l’audition de tout témoin utile”.

Des “faits caractérisés de viol”

En garde à vue depuis dimanche matin, la star marocaine de la chanson, Saad Lamjarred, est soupçonné de viol après les accusations d’une jeune femme née en 1989. Selon une source judiciaire, son accusatrice a porté plainte pour des “faits caractérisés de viol”, qui se seraient déroulés dans un établissement de Saint-Tropez, dans la nuit de samedi à dimanche. Une enquête de flagrance a été ouverte.

Déjà écroué pour “viol aggravé”

La star marocaine de 33 ans connait un grand succès, notamment grâce à ses clips visionnés plusieurs millions de fois sur internet. Mais, il est également connu pour ses déboires judiciaires. En octobre 2016, il avait été mis en examen et écroué pour “viol aggravé” et “violences volontaires aggravées”. Une jeune femme de 20 ans avait porté plainte contre lui pour un viol qui se serait produit dans la chambre d’hôtel parisienne du chanteur, à la veille d’un de ses concerts.

Plusieurs affaires

Libéré en mars 2017 avec un bracelet électronique, Saad Lamjarred, célèbre dans le monde arabe pour son titre “Enty” (91 millions de vues sur Youtube), avait lancé la promotion de son dernier single, “Ghazali Ghazali”.

Le 11 avril dernier, il a également été mis en examen pour viol après la plainte d’une jeune Franco-Marocaine affirmant avoir été abusée et frappée par le chanteur, à Casablanca en 2015. Il a également été mis en cause aux États-Unis dans une affaire de viol présumé datant de 2010, mais les poursuites ont été abandonnées.

M6INFO

En savoir plus...

Kofi Annan, ancien secrétaire général de l'ONU, est mort

  • Publié dans afrique

Il était l'une des grandes figures de la diplomatie internationale. L'ancien secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, est mort ce samedi 18 août 2018 à l'âge de 80 ans. Il avait exercé cette fonction de 1997 à 2006, et avait reçu le prix Nobel de la paix en 2001. Le Ghanéen s'est éteint à l'hôpital de Berne, en Suisse.

Le Ghana pleure une figure éminente et décrète une semaine de deuil national. Kofi Annan, ancien secrétaire général des l'Organisation des Nations unies, est mort ce samedi à l'âge de 80 ans, a confirmé sa fondation. Le diplomate est décédé dans un hôpital de Berne « des suites d'une courte maladie ».

Né en avril 1938 à Kumasi, au Ghana, Kofi Annan avait été le septième secrétaire général de l'ONU entre 1997 et 2006, le premier occupant de ce poste venu d'Afrique sub-saharienne, le second venu d'Afrique après l'Egyptien Boutros Boutros-Ghali, son prédécesseur.

En 2001, il s'était vu décerner le prix Nobel de la paix, conjointement avec l'ONU, pour leur travail « pour un monde mieux organisé et plus pacifique ». Ses deux mandats resteront marqués par l'émergence d'un monde post-guerre froide, le tournant du XXIe siècle et l'émergence de nouveaux conflits, dont l'Irak.

Selon sa fondation, Kofi Annan s'est éteint entouré de sa seconde épouse, Nane, et de ses enfants. Il aura fait entrer l'ONU « dans le nouveau millénaire avec une dignité et une détermination sans égales », a réagi l'actuel secrétaire général de l'organisation, Antonio Guterres, dans un communiqué.

 

En savoir plus...

Etats-Unis: Aretha Franklin, la reine de la soul, est décédée à 76 ans

  • Publié dans afrique

Après avoir été une légende vivante pendant plus d’un demi-siècle, Aretha Franklin s’est éteinte à Detroit, ce jeudi, à l’âge de 76 ans. Atteinte d’un cancer diagnostiqué en 2010, la chanteuse avait vu son état de santé très sérieusement se dégrader ces derniers jours. “Sa famille demande au public de prier et de respecter son intimité”, avait indiqué un journaliste proche de la famille.

L’Amérique a perdu une de ses plus belles voix mais aussi une infatigable militante des droits civiques. L’an dernier, la chanteuse aux 18 Grammy et aux 75 millions de disques vendus avait annoncé vouloir prendre sa retraite après avoir publié un dernier album enregistré à Abbey Road (Londres) en compagnie du Royal Philharmonic Orchestra et dans lequel elle reprenait ses plus grands titres. Il se dit qu’elle avait aussi le projet d’enregistrer un autre disque avec Stevie Wonder et Elton John avant d’être victime de problèmes de santé qui l’ont contrainte à annuler plusieurs concerts l’an dernier. Sa dernière prestation remonte au 2 novembre à New York, à l’occasion d’une soirée donnée pour la fondation AIDS d’Elton John.

Née à Memphis en 1942 mais ayant grandi à Detroit, Aretha Franklin était la fille d’un pasteur baptiste et militant des droits civiques très influent aux États-Unis et d’une mère chanteuse de gospel et pianiste. C’est à la demande de son père et contre son gré qu’elle a commencé à chanter en public dans l’église de ce dernier. Et c’est à 14 ans seulement qu’elle a réalisé ses premiers enregistrements. Mais ce n’est qu’à partir de 1967, après avoir signé sur le prestigieux label Atlantic, qu’elle connaît un succès sans pareil. La sortie d’un single, I Never Loved a Man (the Way I Love You), et de l’album du même titre la propulse sur le devant de la scène. C’est l’époque des luttes pour les droits civiques aux États-Unis, ce qui contribue à mettre en avant les musiques urbaines afro-américaines. Devenue une icône populaire, elle gagne ses titres de reine de la soul.

En savoir plus...

Marché du Smartphone : Huawei en passe de devenir numéro 1 mondial

Les résultats des ventes de mobiles du second trimestre de 2018 ont été publiés le 31 juillet. Huawei surpasse Apple et marche sur les plates-bandes de Samsung. 342 millions de mobiles ont été vendus par cette entreprise sur la période. 

Ces performances ont dopé le géant chinois qui  a affiché ce vendredi son ambition de détrôner Samsung au premier rang dès 2019. 

Selon les calculs d'International Data Corporation, le sud-coréen Samsung a vendu 71,5 millions de téléphones entre avril et juin, soit une part de marché mondiale de 20,9%, suivi par Huawei avec 54,2 millions d'unités écoulées (15,8% du marché). Apple a vendu 41,3 millions d'iPhones, soit l’équivalent de 12,1% de part de marché.

 

En savoir plus...

Joe Jackson est mort

Atteint d'un cancer en phase terminal, le père du roi de la pop avait 89 ans. 

Joe Jackson, le père de Michael Jackson, est mort ce mercredi 27 juin à Los Angeles, a annoncé le site people TMZ.

Âgé de 89 ans, il avait été hospitalisé en juin pour un cancer du pancréas en phase terminal.

Manager des Jackson 5, de Michael et de Janet Jackson, il a été très impliqué dans la carrière de ses enfants. Marié à sa femme Katherine depuis 60 ans, il était père de 10 enfants.

Né le 26 juillet 1928 à Fountain Hill (Arkansas), Joseph Jackson avait commencé sa carrière en tant que boxeur avant de devenir ouvrier jusqu'à ce que ses enfants lui permettent de se lancer dans une carrière musicale.

En savoir plus...

Nuit religieuse : Golf accueille Cheikh Sidaty Atkhana Ba

Le disciple de Cheikh Aldiouma Ba, Cheikh Sidaty Atkhana Ba renoue avec la tradition spirituelle en organisant la nuit de Leylatoul Khadre, la 26ème édition, le mardi 5 juin 2018 à Golf Sud, chez El Hadj Bathie Sow.

Sous la bénédiction de El Hadj Mouhamadou Aïssa Ba, Khalif Général de Get Ardo, la nuit religieuse sera consacrée à la récitation du coran, aux prières, au zikrou, au rappel des recommandations du Créateur de l’Univers, aux louanges au prophète Mouhamed (Psl). La nuit bénie se déroule  en présence de la famille du saint-homme Cheih Aldiouma Ba, des autorités administratives, religieuses, locales et des disciples de toutes les confréries religieuses. 

Baobabafrique

En savoir plus...

GORÉE ET SA « PLACE DE L’EUROPE » !

Augustin Senghor, maire de Gorée, que j’ai en grande estime, est trop en avance sur les cœurs… mais cette plaque, sorte d’hommage à l’Europe au cœur de Gorée, même si elle date, aurait dû faire l’objet d’une très rigoureuse attention, d’une très large concertation qui dépasse de loin la seule mairie de Gorée. Elle n’était ni opportune ni bien réfléchie. Oui, il faut pardonner mais ne jamais oublier cette tragédie, l’ampleur de ce génocide de la traite négrière qui dura des siècles et qui opprime encore tant de cœurs et soulève la colère ! La terminologie « Place de l’Europe » peut paraître fort choquante. «Place du pardon », « Place de la paix », « Place de la fraternité », « Place du Chevalier Saint-Georges » ou « Place de l’Europe repentie » collerait mieux. Cette cérémonie qui a eu lieu en ce mois de mai 2018, a révélé le drame. Drame d’avoir sans doute décidé seul, même en conformité avec son conseil municipal. Drame d’avoir décidé en marge des historiens, des populations, de la diaspora, de la société civile au sens large. Cette dénonciation tardive mais massive met au grand jour l’émergence d’une nouvelle génération qui désormais garde veille et garde l’œil sur tout !

Gorée est une mémoire trop  douloureuse. La vigilance s’impose.Il faut prendre le temps de guérir les blessures et il existe des blessures qui ne guérissent pas. Cependant, il ne faut pas fusiller le maire de Gorée à balles réelles. Notre intime conviction est qu’il pensait bien faire. Il s’est trompé, du moins le pensons-nous, avec respect. La réconciliation est en marche, elle est inévitable malgré le poids de la douleur et de l’injustice, mais elle ne doit pas prendre le visage de la hâte et d’une coupable civilité. La terminologie « Place de l’Europe » n’est pas la meilleure.Il faut même la débaptiser  et trouver mieux!

 
Par ailleurs, au-delà de cette triste et pénible polémique, nous ne devons pas surtout oublier dans quel abandon Gorée est laissée. Nous en appelons à la solidarité de tous pour également porter ce combat de sauvegarde de l’île mémoire, comme tous, ou presque, ont  porté ce rejet de la « Place de l’Europe » avec un si puissant élan de résistance. La commune de Gorée est dans une misère financière sans nom et cela est dit ici, sans aucun rapport avec le soutien de «l’Europe», donc de Bruxelles, avec l´Union Européenne, comme cela a été révélé. Un maire a bien le droit d’aller chercher des partenaires ! Mais le débat n’est pas là ! Un lieu de mémoire est sensible. Une tombe se respecte. On s’y recueille mais on n’y laisse pas un chèque. Par ailleurs, ceux qui nomment avec des injures le Président Macky Sall n’ont pas certainement raison. Un Président est loin de cette cérémonie qui a eu lieu à Gorée en ce mois de mai 2018. Un Président a bien d’autres choses à faire ! Qui sait même s’il était au courant ! Ce n’est pas vrai qu’un Président est au courant de tout mais hélas, on exige de lui qu’il soit au courant de tout. Nous prenons nos responsabilités en le disant. Nous ne défendons pas le Président. Il se défend tout seul. Nous défendons ce qui est juste et pas ridicule comme accusation ! Oui, nous devons sans hésiter, à chaque fois de besoin, lever nos voix sans hésiter, sans peur, et la lever énergiquement quand il s’agit de défendre nos lieux de mémoire, car c’est de notre pays et de notre histoire qu’il s’agit, avant tout. Alors ceux qui ont levé la voix pour Gorée ont raison de la lever. Nous sommes avec eux, mais pas dans la marée volontairement confuse et irresponsable des insultes. Nous ne sommes pas certains que le Président serait en phase avec cette plaque posée à Gorée de longue date et qui soulève, à juste raison, tant de rejets légitimes. Soyons honnêtes, courageux et laissons le maire de Gorée assumer seul son geste et il l’assume. Nous saluons son courage dans un débat malaisé et inconfortable pour lui !


Débaptisons cette place avec l’appellation juste, acceptable, assumée de part et d’autre des deux parties. Une plaque dont le titre répondra à l’acceptation des crimes commis dans le passé, mais aussi à une fraternité à construire, à nourrir, à faire vivre, pour que l’oubli tienne la main d’un futur apaisé.

 Réconciliation, pardon et surtout repentir, doivent marquer tout ce qui se fait à Gorée. La Direction du Patrimoine du ministère de la Culture doit également être toujours consultée et associée. Son expertise est utile. Après les rages, les diatribes, allons tous ensemble à l´essentiel: sauver Gorée, protéger ses populations, donner du travail à ses jeunes, soutenir ses nombreux artistes. 

 En conclusion, comme depuis plus 20 ans, nous militons comme citoyen pour que l’île de Gorée soit déclassée par une loi, et ne soit plus une commune. Qu’une sorte de « gouverneur » de l’île -qu’importe l’appellation- y soit nommé et installé pour mieux attirer les partenaires et les investissements. Donner de l’argent à la puissance publique n’est pas toujours rassurant, dit-on.  Gorée est en souffrance. Innovons, soyons plus audacieux, avançons dans une nouvelle forme de gouvernance. Nous sommes convaincus comme citoyen et comme acteur formé dans la vie administrative municipale depuis notre sortie du Centre de Formation et de Perfectionnement Administratifs du Sénégal en 1976 et notre affectation au ministère de l’Intérieur, à la Direction des Collectivités locales pilotée par l’inégalable feu Magib Seck -eh, oui ! - que la solution finale pourrait être de celle-là, c’est à dire d’une île autrement administrée, au regard de sa spécificité unique. Il s’y ajoute, et l’expérience nous a démontré depuis plus de 40 ans, que les maires de Gorée qui n’étaient pas du camp du parti présidentiel, souffraient encore plus de l’isolement et de l’oubli. Nous devons sauver Gorée et vite ! Notre appel se veut humble, mais inflexible ! Puissent tous ceux qui ont réagi si nombreux et si puissamment sur les réseaux sociaux, prendre part à ce débat et aider l’État, dans l’échange, à prendre librement le chemin qui s’impose, dans le respect de ce qui pourrait être permis par les lois et règlements en vigueur.


Par ailleurs, interrogez-vous sur les relations entre le port de Dakar, la gestion de la chaloupe et ce que la Commune de Gorée en tire comme recettes! Vous jugerez. Nous souhaitons que tous les contrats signés par le port de Dakar puissent contenir une clause de sauvegarde de l’ile, afin de drainer vers elle des financements substantiels qui pourraient servir à son développement, au bien-être de ses populations et soulager la difficile trésorerie de la mairie. C’est un appel au président de la République, un patriotique et respectueux appel au Directeur du port de Dakar, dans les limites réglementaires qui régentent le port. Cela nous éviterait d’aller mendier tout le temps pour sauver Gorée. Commençons par nous. Profitons des accords de partenariat avec les richissimes multinationales qui se nourrissent de notre port. Que Dieu apaise nos cœurs et qu’Il nous pousse au travail au seul service de notre pays, de ses fils.

Oui, avant même d’exister, la « Place de l’Europe » était morte dans les cœurs, même si ce qui a guidé à son érection, était noble, loin de toute cette polémique qui la rattrape aujourd’hui et qui met en joue son maire.

Puisse t-elle être rebaptisée d’un nom qui portera mieux nos valeurs partagées.

Amadou Lamine Sall

poète Lauréat des Grands Prix de l’Académie française

 

 

 

En savoir plus...

Bien-être des marins : le commandant Oumar Dramé à la tête du Comité sénégalais.

Le comité national pour le bien être des gens de mer au Sénégal a été officiellement installé, le lundi 30 avril 2018, à l’hôtel King Fahd Palace de Dakar. A cet effet, le commandant Oumar Dramé est porté à la tête de ce Comité comme président. Un évènement qui entre dans le cadre du programme international de partenariat d’aide aux ports «Port Welfre Partenership » IPWP et  dont l’objectif est de faciliter le bien être des marins en leur offrant un centre d’épanouissement.

« Les comités de bien-être portuaires offrent un forum où tous ceux qui participent au bien être des gens de mer peuvent se rencontrer régulièrement et partager des informations, se soutenir mutuellement et généralement travailler en réseau. Ils offrent également l’occasion d’informer les membres sur les questions plus larges qui peuvent affecter les gens de mer et leurs familles qui visitent ou résident dans leurs ports », explique David PARSON, conseiller spécial du président de l’association internationale pour le bien-être des gens de la mer.

C’est au tour du  commandant Omar Dramé, promu récemment  vice-président de l’association internationale des pilotes maritimes (IMPA) de souligner la pertinence que revêt cette journée. « L’importance de cette organisation est de pouvoir assister les marins qui arrivent dans nos ports, venant des cinq continents mais n’ayant aucune attache ou contact avec les populations locales. Et faire un mois, deux mois en mer seul et, quand vous arrivez à terre vous avez besoin d’avoir un peu de chaleur humaine,  un peu d’humanité. » 

Pour lui, c’est une manière de participer à « l’humanisation » des gens de la mer. « Donc, ces genres de comité qui existent partout dans le monde ont pour mission de pouvoir faciliter leur bien-être ou leur épanouissement en leur offrant quelques centres de loisirs. Néanmoins que cela existe au Sénégal avec le Stella Maris donc,  il suffira de le renforcer. »

Ce comité restreint aura donc comme Président Omar Dramé, le premier vice-président, le Père Christoph, et le deuxième vice-président est Daouda Sidy le représentant des armateurs  qui ont les lignes de régulières qui touchent les ports de Dakar, et comme Secrétaire de ce bureau, le docteur Abdou Talib Nder qui était également le Directeur National Maritime.

Fana CISSE (Baobabafrique.com)

 

 

 

 

 

En savoir plus...

Doudou Diène raconte l'histoire du "Takussanu Ndar"

Le journaliste et diplomate, Doudou Diène, invité à une émission organisée par la RTS Saint-Louis dans le cadre du 26e Saint-Louis Jazz, a fait remonter à la surface l’histoire de la promenade "mythique du soir" appelée "Takussanu Ndar" datant, selon lui, en 1849, à l’époque coloniale.

Au cours de cette émission spéciale parrainée par la BICIS et la Fondation BNP/Parisbas, partenaires du Saint-Louis Jazz (26 avril-1er mai), le journaliste est revenu sur l’histoire de cette "promenade mythique du soir" faite avec "élégance, coquetterie et bon goût", appelée "Takussanu Ndar" qui remonte à 1849 pendant la colonisation.

Revenant sur ce pan de l’histoire de la ville tricentenaire, Doudou Diène explique que "tout a commencé avec le développement de la ville de Saint-Louis, lorsque le 27 novembre 1849, les européens avaient occupé l’île chassant les indigènes et créé le village de la liberté à petit Ndar communément appelé ’Ndar Tout’".

"Ils (européens) ont alors initié là, à l’image de la promenade des Anglais à Nice (France), un boulevard appelé la +route des cocotiers+ donnant sur la mer où, quand ils voulaient prendre de l’air l’après-midi après le travail, ils portaient leurs beaux habits et se promenaient avec leurs signares, leur cabrioles et chevaux", raconte le journaliste-chercheur Saint-Louisien.

"Cette tradition est ainsi née et est maintenue après la période coloniale et avec la construction de la ville entre la rue Andrée Lebon et les grandes rues de la ville de Saint-Louis" a-t-il fait noter.

"C’est l’ancêtre du +Takussanu Ndar+, Tout le monde s’y est mêlé, les Saint-Louisiennes, les signares, tout le monde est arrivé à s’habiller d’une certaine manière et l’après-midi après le travail, tout le monde se promène pour montrer ses beaux habits", fait savoir Diène qui souligne "l’élégance" et la "coquetterie" qui entouraient ce défilé.

La ville de Saint-Louis faisait partie des quatre communes de plein exercice dont les citoyens étaient des Français qui bénéficiaient des mêmes droits et devoirs que ceux de la métropole.

Patrimoine mondial de l’UNESCO en 2000, Saint-Louis était de 1895 à 1902 la capitale du Sénégal avec la Mauritanie et aussi de l’Afrique occidentale française (AOF).

Aps

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS