Menu

Masa : Abidjan, la capitale des arts vivants

Les artistes sur les scènes d’Abidjan étalent leur créativité, leur talent à travers leurs nouvelles créations. Le Masa ouvre ses portes, ce samedi 10 mars 2018, avec des expressions diverses au grand bonheur du public international. La nouvelle donne consiste à l’internationalisation de l’événement. Le Masa change de nom, ce n’est plus le Marché des Arts du spectacle africain, mais plutôt le Marché des arts du spectacle d’Abidjan. Le Directeur du Masa, Yacouba Konaté, l’a annoncé officiellement au cours de l’ouverture officielle à la salle  François Louga du Palais de la Culture Bernard Dadié de Treichville. C’est pour faire de la capitale économique ivoirienne, le temps du festival, la capitale culturelle du continent pour un dialogue des cultures. Un dialogue des cultures qui s’ouvre au monde entier puisque le Masa va aussi connaitre d’autres lignes de coopération avec des pays comme les Etats Unis d’Amérique et d’autres pays asiatiques et de la diaspora africaine, dira Youma Fall, la Directrice de la langue française,  de la culture et de la diversité culturelle à la Francophonie. Pour la dénomination, il faut tenir compte de la dimension territoire pour parler de l’importance de la zone géographique qui abrite l’événement. Selon elle, le mot africain qui disparait n’enlève en rien la valeur culturelle africaine du Masa." C’est la culture qui donne son sens à l’économie puisqu’elle est capable d’actionner tous les leviers de développement "  a ajouté madame Youma Fall. C’est cet aspect économique que le ministre ivoirien de la Culture et de la Francophonie insiste pour dire que la culture est le piler et le fer de lance de la Cote d’Ivoire émergente. Il souligne que la Côte d’Ivoire fait partie des quatre pays africains qui soutiennent le plus la culture. A signaler que madame Henriette Diabaté, la grande Chancelière de l’Ordre national a déclaré ouverte la 10 ème édition du Masa qui fête ses 25 ans avec près de 400 artistes et d’autres festivaliers comme les professionnels et les journalistes venus de 65 pays.

Alioune DIOP (Envoyé spécial)

Retour en haut