Menu

Musique : Coumbis Sorra chante la famille

"J’avais aussi envie de montrer aux jeunes, mes sœurs qui viennent de commencer la musique que c’est possible, il faut juste travailler il n’y a que le travail qui paye (…), il faut juste se battre dignement pour s’en sortir", dit-elle. 

S’exprimant lors du lancement de son nouvel album intitulé "Bandirabé", ce mercredi 7 mars 2018, à la Maison de la Culture Douta Seck, l’artiste-musicienne souligne qu’elle veut montrer aux jeunes filles sénégalaises qu’il est possible de réussir dans le milieu de la culture. 

"Je sors l’album à la veille de la journée mondiale de la femme parce que je suis une jeune fille qui s’est battue toute seule depuis le début de ma carrière, donc je me vois combattante en moi-même", fait observer l’auteur, compositrice et interprète.

 

Sorra renseigne que l’album "Bandirabé" comprend huit titres comme "Save the children", "Diamono dji", "Door Waar", "Gorée", "Sy Sawandé", "Massana Cissé", une chanson mythique Mandingue qu’elle dit avoir revisité pour rendre hommage à son père qui l’a "beaucoup inspiré musicalement". 

"L’album parle de l’Afrique en général parce que +Bandirabé+, comme son nom l’indique, veut dire la famille, les amis et sur cet album j’ai eu envie de parler avec le Sénégal, la jeunesse sénégalaise, africaine et du monde entier", a-t-elle fait savoir. 

L’ancienne rappeuse dit aussi avoir envie que "l’Afrique, le Sénégal soient représentés dans tous les grands rendez-vous musicaux du monde". 

"Je suis la jeune fille que le monde de la musique attendait, (…), mes ambitions dépassent l’Afrique, le Sénégal, donc j’ai envie de parler du Sénégal et de l’Afrique au monde entier", fait-elle valoir. 

Coumbis Sorra, auteur, compositrice et interprète, est née d’une famille griotte de la Casamance et toute son enfance a été bercée par la musique traditionnelle mandingue et la culture musicale internationale de son père. 

Elle a par ailleurs été "auteur de plusieurs singles dans le milieu Hip Hop, avec +Mister Président+ (2006), +Jajeuf+ (2008), +Niité+ (2010)". 

L’artiste a aussi participé à plusieurs festivals de musique urbaine et à des compilations avec de grands acteurs du mouvement Hip Hop Sénégalais.  

Après sa participation remarquée à la 3éme Edition du Festival mondial des Arts négres (FESMAN), à Dakar en 2012, la musicienne change son nom d’artiste Sister Coumbis et adopte celui de Coumbis Sorra.

 Aps

 

Retour en haut