Menu

Marie Ngoné Ndione sort un nouvel album

La diva sérère Marie Ngoné Ndione a sorti le 17 Mars 2018 dernier son troisième album « Abohat ». Un opus qui consacre le retour aux valeurs par la solidarité. Un CD de 12 titres où on retrouve aussi des thèmes qui font référence à des tares de la société. 

« Abohat est un appel à la solidarité. Je me suis rendue compte que ce critère essentiel dans la vie en communauté avait un tant soit peu disparu, que ce soit du côté des artistes que de la population en général. Voilà pourquoi j’ai choisi de chanter la solidarité. Les autres titres font pour certains, référence à des tares de la société, j’y évoque par exemple le Sida, les mariages précoces. Mais je conseille aussi aux femmes qui évoluent dans diverses activités économiques de mieux croire en elles et en leur potentiel. L’album aussi évoque l’amour » 
L’album a donné du fil à retordre à sa conceptrice. Enregistré une première fois tous les titres ont été effacés par mégarde nous narre Marie Ngoné. « J’étais abasourdie, et je m’étais même découragé. Mais heureusement Jimmy Mbaye avec qui j’ai travaillé sur l’album m’a dit que peut être c’était ainsi que Dieu l’a voulu, que cet album ne serait pas une mince affaire dans sa conception. Et on l’a repris et Dieu nous  a aidé, le ministère de la culture a travers la Direction des arts nous a aidé dans sa conception financière». 
Après 10 ans sans sortir d’album, la Directrice de l’ensemble lyrique traditionnel a voulu marquer le coup en sortant un album de 13 titres. Une façon de remercier ses fans de leur longue attente dira t’elle. 
« Je suis restée longtemps sans sortir d’album, mais j’ai consacré tout ce temps à réfléchir sur les titres et à la répétition. Et cette longue période je me suis dit que je devais ne pas proposer à mes fans qui attendent depuis longtemps mon retour sur la scène un album de 6 titres. Je leur ai proposé 13 avec cet album » 
Marie Ngoné Ndione a cependant regretté les difficultés de production des albums et souhaité plus de soutien de la part des autorités.

 

 

Retour en haut