Menu

Angélique Kidjo tance les dirigeants africains

Les Journées de développement ont démarré ce mardi 5 juin à Bruxelles, en Belgique. Une occasion pour la chanteuse béninoise Angélique Kidjo d’appeler les gouvernements à prendre en charge la question du développement mais surtout celle liée à la protection des femmes et des enfants.

“Action ! Parler, c’est facile. Agir, cela coûte du temps, de l’argent et cela demande l’oubli de soi pour être au service des autres, déclare-t-elle au micro de la Rfm. C’est ça qui nous manque pour que beaucoup de nos problèmes soient réglés dans le monde, surtout en Afrique.”

Pour elle, il est temps que "nous les Africains arrêtions de penser que les autres peuvent nous aider à régler nos problèmes. Nous avons les solutions. Pourquoi nous ne nous y mettons pas".

"Pourquoi sommes-nous toujours dans la demande de fonds sans arrêt, s'exclame Angélique Kidjo. Cela n'a pas de fin et rien ne se fait. Où va l'argent qui doit aller aux populations ? Aux jeunes filles, aux petits garçons, aux hommes d'Afrique qui souffrent de la pauvreté ? Comment est-ce qu'on peut se dire dirigeant du pays dans notre continent et que tant de personnes dans nos pays souffrent et qu'ils soient obligés de partir ? Pour moi, être ici, c'est parler de ce qui est faisable, ce que nous les Africains nous pouvons faire avant que les autres ne viennent nous aider."

 

Retour en haut