Menu

Musique : Quatre ans d’absence, Fallou Dieng revient avec son 26ème album

Fallou Dieng, surnommé « Chef d’état major des ambianceurs » signe son retour sur la scène musicale. Ce, après quatre ans d’absence, il revient sur le marché avec un opus de double maxi composé de quatre titres intitulé « Namonalène », et promet le second dans sixmois.

Le leader de DLC a procédé, le lundi 10 août 2018, au lancement de son nouvel album avec la séance d’écoute présenté à la presse à Dakar. Un album qui rend hommage aux ténors de la musique sénégalaise comme Youssou Ndour, Baba Maal. La politique a aussi sa place dans la musique de Fallou Dieng, avec ce titre intitulé « Benno »  (Union). « Le comportement des gens qui narguent la société dès qu’ils sont au pouvoir, mais oublient qu’ils peuvent retourner à leur point de départ. Donc, c’est l’union qui fait la force. Nos dirigeants ne doivent pas s’accaparer de nos biens, mais doivent impliquer la population qui les a élus. » L’amour aussi n’est pas resté aux oubliettes. Et comme à l’accoutumée, Fallou accompagne toujours ses albums d’une nouvelle chorégraphie : «la danse Ndaate saï». Dans un des morceaux, l’artiste dresse le pont de différentes générations de musiciens.

L’entame de la seconde phase de sa carrière après 25 albums sur le marché, le 26 ème pourrait faire face aux conflits de générations qui guettent les mélomanes. Son absence sur la scène lui a valu des rumeurs fantaisistes, mais Fallou rassure, il est le roi des «ambianceurs» et il compte le rester. Même si à un moment, il avoue avoir des soucis de santé. « J’ai été victime d’un accident qui m’a un peu affaibli. Si certains pensent que j’ai laissé la musique ou même victime de maraboutage, je leur dis de croire en Dieu. Je suis en forme, et je compte rester dans la musique. »

Il poursuit « mon nouvel album dénommée « namonalène » prouve que je suis toujours dans ma passion. Mais, j’ai sorti cet opus de double maxi pour mes fans qui me réclament ».

Les quatre années d’absence sur le marché musical m’ont permis d’accoucher «Momonalène». Ce pendant, l’artiste conclut en adressant ses doléances à la Société de droit d’auteur et droits voisins, Sodav qui a pris le relais du Bureau sénégalais du droit d’auteur Bsda de mieux vieller à l’intérêt des artistes.  

Fana CISSE (Baobabafrique)

 

 

 

Retour en haut