Menu

Livre : Afrique, mon pays ! (Les Etats-Unis d’Afrique)

Afrique, mon pays ! (Les Etats-Unis d’Afrique) C’est le titre du nouveau roman de l’auteur El hadji Diagola paru en France dans les éditions Edilivre.  Il s’agit d’un récit qui nous projette dans le futur. C’est-à-dire dans un gouvernement unique du continent africain uni en un seul pays nommé La République Fédérale d’Afrique.  L’auteur nous plonge dans la gestion de ce nouvel Etat par rapport au monde occidental.  Et en même temps, ce récit nous livre des rappels historiques vis-à-vis de l’Afrique. C’est un roman plein d’informations et d’éveils de conscience pour la jeunesse africaine d’aujourd’hui. El hadji Diagola est un journaliste et écrivain sénégalais et inscrit son combat dans l’émergence d’un monde de paix entre les races et les civilisations, et surtout entre les religions. Très respecté, Monsieur Diagola jouit d’une bonne réputation.

 

 

En savoir plus...

L’Egypte offre des objets au Musée des civilisations noires au Sénégal

Monsieur Abdou Latif Coulibaly, Ministre de la Culture procède ce lundi  10 septembre 2018 à 11 heures, à la réception officielle des antiquités  égyptiennes, constituées d’un lot de 23 objets offertes par l'Égypte au Sénégal. La cérémonie aura lieu au Musée des civilisations noires en présence de Son Excellence l’Ambassadeur de la République arabe  d'Égypte au Sénégal. La remise de ces objets par l’Egypte à notre pays s’inscrit dans la perspective de l’inauguration du musée des civilisations  noires au mois de décembre 2018.

Baobabafrique

 

En savoir plus...

Spectacles : Clowns sans frontière au Sénégal pour le bonheur des enfants

  • Publié dans Danse

Les enfants ont droit à l’enfance et au rire. Ainsi, les artistesde l’association Clowns Sans Frontières sont au Sénégal. L’association humanitaire et artistique, Clowns Sans Frontières, séjourne au Sénégal du 21 août au 9 septembre 2018 où elle se produit dans les régions de Dakar, de Kaolack et de Thiès.

 

La première représentation aura lieu le lundi 27 aout à 16H à SOS Villages d'enfants Dakar, rue 12 SICAP Baobab.

Soutenu par le Ministère de la Justice du Sénégal ainsi que de nombreuses ONG sur le terrain (Samu Social Sénégal, Empire des Enfants, Village Pilote, Plan International Sénégal, SOS Villages d’Enfants Sénégal et Djarama), Clowns Sans Frontières intervient au Sénégal pour proposer des ateliers et spectacles aux enfants en situation de rues ou aux enfants protégés par la justice. Avec un mélange atypique entre arts du cirque et arts urbains comme le slam, le graff et le beatbox, l’équipe compte bien marquer les esprits.

 

Des liens ont été créés, en amont de cette visite, avec des artistes sénégalais de Sencirk et d’Africulturban dans le but de créer un spectacle franco-sénégalais et de partager la démarche engagée de Clowns Sans Frontières pour pérenniser l’action à long terme.

 

Cette intervention est possible grâce au soutien financier de la Fondation Pierre Bellon, de l’Ambassade de France au Sénégal et de l’Institut Français du Sénégal.

 Alassane CISSE (Baobabafrique)

 

En savoir plus...

Journées cinématographiques de Carthage: Le Sénégal, l’Irak et le Brésil, invités d’honneur

Le Sénégal, l’Irak et le Brésil sont choisis comme pays invités d’honneur à
la 29ème édition des Journées cinématographiques de Carthage (JCC) en
Tunisie, prévue du 3 au 10 novembre 2018.
Ainsi, en mission au Sénégal, le Directeur général des Jcc, M Mohamed
Nejib Ayed en compagnie de  M. Taoufik Jabeur, Administrateur-Chargé
des Relations internationales, a échangé, le jeudi 9 août 2018 à Dakar,
avec les autorités, les représentants d’institutions, les professionnels du
cinéma, les critiques et les journalistes sur la prochaine édition du festival,
le choix porté sur les trois pays en particulier le Sénégal. La communauté
culturelle et cinématographique du Sénégal du Sénégal s’estime honorée.
Les cinéastes, Mansour Sora Wade (lauréat du Tanit d’Or des Jcc en 2002
avec le « Le Prix du pardon »), Moussa Sène Absa (primé aux Jcc), le
critique de cinéma Baba Diop, le directeur de la cinématographie du
Sénégal, M. Hugues Diaz entre autres acteurs du secteur du cinéma se
sont accordés pour dire que le Sénégal sera bien représenté et va jouer
avec fierté et dans un élan patriotique, sa partition pour mériter cet
honneur.
Pour rappel, les Journées cinématographiques de Carthage ont été
lancées en 1966 à Tunis par le cinéaste tunisien Tahar Cheriaa, un des
pionniers du cinéma africain avec le Sénégalais, Sembène Ousmane.

 

52 ans après, Tunis, devient l’une des plus grandes plateformes du
cinéma afro-arabe voire mondial. Mais, les dernières années, Carthage
s’éloignait de ses objectifs premiers.
Pour corriger des dérives, l’actuel Directeur général, le producteur Néjib
Ayed, dès sa nomination, avait déclaré en 2017 à Cannes que le festival
de carthage va retrouver « son âme » avec le retour des fondamentaux
tout en se démarquant de l’excès de glamour qui l’éloignait de ses
objectifs premiers. Il s’agit pour lui de privilégier « l’esprit militant des
débuts » afin de promouvoir davantage le cinéma d’auteur africain et
arabe en s’ouvrant également aux cinémas d’Amérique latine et d’Asie. A
cela s’ajoutent d’autres innovations majeures: l’augmentation du montant
des prix pour les films distingués par le palmarès, la recréation d’une
section documentaire indépendante, l’apparition de véritables ateliers
professionnels pour faire croiser les réalisateurs et les producteurs à bien
mener leurs projets, la promotion des films d’école, etc.
Novembre 2017, Ayed réussit le pari d’un festival digne de Tahar Cheriaa
et de Sembène Ousmane. Vivement 2018.

 

Alassane CISSE (baobabafrique)

 

En savoir plus...

Remise de dons à la maternité de la gendarmerie de Colobane

Au terme du premier congrès international tenu du 1er au 4 août 2018 à Dakar, les femmes adventistes de l’Union de l’Afrique de l’Ouest du Sahel procéderont à la remise de dons, le samedi 4 août 2018 à 15h30,  à la maternité de la Gendarmerie. Cette activité s’inscrit dans le cadre d'un service rendu à la communauté par les femmes présentes à ce congrès, nous informe Madame Enyde ROGER, Responsable de la manifestation.

Le congrès verra la participation des pays (anglophones, francophones et lusophones) de l’Afrique de l’Ouest dont le Cap Vert, la Gambie, la Guinée Bissau, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal.

Environ deux cent participantes sont attendues à ce premier congrès dont le thème porte sur : «  Femme, viens à la source d’eau vive » et des sujets sur «  Elever  les femmes au rang de personnes de valeur  inestimable en vertu de leur création et de leur rédemption ».

Baobabafrique

 

 

En savoir plus...

Production musicale : Arame Thioye lance « Sénégal Emergent »

  • Publié dans Musique

Arame Thioye  a su imposer son style musical et se frayer un chemin en une quinzaine d’années de présence sur la scène musicale sénégalaise. Après un retrait volontaire de cinq ans pour rejoindre son époux en Amérique, elle revient au bercail  pour relancer sa carrière.   Elle est entrée en studio pour sortir un album de huit titres .Elle fait face à la presse ce mardi  31 juillet 2018 à 16 heures  au Centre Culturel Blaise Senghor pourprésenter son troisième album.

 Pour rappel Arame  Thioye a sorti son premier album titré « Borom Taar » en 2004. Son second disque «Louko Fi Djar »  est sorti en 2007.

Le troisième album contient huit titres dans lequel Arame  aborde de nombreux thèmes.

Pour relever le défi du retour et mettre tous les atouts de son côté, Arame Thioye travaille avec des musiciens chevronnés et confirmés. Le claviste et arrangeur Papis Konaté a apporté sa touche  sur le morceau My Lover et  son collègue Papis Ndiaye  et quelques musiciens du Raam Daan ont fait le reste. Moussa Traoé et Ousmane Kamara ont officié à la batterie. Thierno Sarr et Abou Dieng se sont relayés à la guitare basse. Cheikh Anta Ndiaye et Babacar Seck ont assuré au niveau des percussions. Hamady et Ilon Ba ont été préposés à jouer à la guitare .Yatma Thiam et Pape Ndiaye sont les deux joueurs de Tama. C’est donc avec cette belle équipe qu’Arame a décidé d’effectuer ce grand retour sur la scène musicale.

Baobabafrique

 

 

En savoir plus...

4ème Yéne festival international :le panafricanisme en bandoulière

La quatrième édition de Yene Festival International aura lieu le samedi 21 juillet 2018 au 9 juillet 2018 à l’espace culturel Mbul à Toubab Dialaw.    

Organisé par le poète Daouda Fall et la Direction de Global Vision, le Festival culturel de Yene verra la participation des d’artistes, de poètes, d’intellectuels, d’acteurs culturels et de développement du Sénégal, de la diaspora et des pays étrangers.

La 4ème édition du Festival s’articule principalement sur la table ronde autour de la renaissance du festival, du panafricanisme à la lumière de nouvelles lectures. Ensuite, des récitals de poésie et une exposition d’arts plastiques enrichissent le programme du Festival de Yene.

Le Festival a comme objectif de promouvoir l’éducation, la formation, la paix, le panafricanisme,  le développement humain, le dialogue des cultures, les langues africaines, l’anglais, la solidarité, la nouvelle humanité.

Alassane CISSE (Baobabafrique)

En savoir plus...

Le Professeur Ismaïla Madior Fall publie deux ouvrages

Le garde des Sceaux, ministre de la Justice, Professeur Ismaïla Madior Fall, publie deux nouveaux ouvrages ce lundi 9 juillet 2018, chez l’Harmattan-Sénégal.

‘’La réforme constitutionnelle du 20 mars 2016 au Sénégal. La révision consolidante record’’, est le titre du premier ouvrage.

‘’Adoptée par référendum, cette réforme s’est voulue intemporelle, inclusive et couvre plusieurs aspects fondamentaux de la vie politique et institutionnelle : les droits fondamentaux, le Président de la République, l’Assemblée, les rapports entre le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif, la justice constitutionnelle, la procédure de révision de la Constitution, la décentralisation et la déconcentration …’’, rappelle la quatrième de couverture du livre.

Le texte souligne qu’’’une des plus grandes originalités de la réforme est l’insertion de clauses d’éternité qui ferment la porte aux révisions déconsolidantes contenues par le passé’’.

Le second ouvrage a pour titre : ‘’Les élections présidentielles au Sénégal (de 1963 à 2012)’’.

‘’Depuis l’origine, le Sénégal a organisé dix élections présidentielles (…). L’étude de ces élections permet de connaître la structure républicaine de l’Etat, de comprendre la culture politique du pays, de tâter le pouls de la société, de connaître le peuple sénégalais, de prendre la mesure de la respiration démocratique et d’évaluer la qualité de la pratique démocratique’’ est-il notamment écrit en guise de résumé.

APS

En savoir plus...

Enfants, adolescents et jeunes dans le Plan Sénégal Emergent

Le Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, en collaboration avec l’UNICEF, organise du mercredi 27 au jeudi 28 juin 2018 à Dakar le Dialogue de Haut Niveau sur le thème : « Prise en compte des enfants, des adolescents et des jeunes dans la phase II du PSE ».

La Cérémonie officielle d’ouverture est prévue le mercredi 27 juin 2018 à l'Auditorium du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE), à 09 heures, sous la présidence de Monsieur Birima MANGARA, Ministre Délégué auprès du Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, chargé du Budget. L’objectif de cette rencontre est d’assurer une stratégie pour une meilleure prise en compte dans la phase 2 du PSE des défis majeurs qui affectent le bien-être de l’enfant, l’adolescent et le jeune ; et proposer des solutions durables visant à améliorer les politiques et programmes les concernant, ainsi que des stratégies de mise en œuvre et de financement.

Baobabafrique

En savoir plus...

Assalamalekoum festival en Mauritanie

Le Festival Hip-Hop Assalamalekoum se tiendra du 19 au 24 juin 2018 à Nouakchott qui se drape, dans sa 11ème édition, d’une couleur toute africaine, la Mauritanie s’apprêtant à accueillir, pour la première fois de son  histoire, le prochain Sommet de l’Union Africaine (25 juin-2 juillet 2018). La programmation sera circonscrite essentiellement aux artistes du continent, avec la participation d’une dizaine de groupes de renommée, mais aussi quelques techniciens français et une grande artiste Suisse. Le festival s’ouvrira le 19 juin 2018 à l’Institut Français de Mauritanie (IFM) sur une conférence de presse suivie du film « Brooklyn » en présence de son héroïne, KT Gorique. Il s’achèvera par le grand concert de clôture, le 24 juin, au stade du Ksar avec l’inauguration du premier container du Centre culturel de ressources et de compétences, dans le cadre du programme d’Arterial Network, « Nouakchott, Ville Créative ».

Des artistes de renom

Les grands concerts débuteront le vendredi 22 juin à l’IFM de 19 h à 23 h avec le franco-tunisien, Wassim Karamati alias Franco, mais aussi KT Gorique, une jeune rappeuse suisse d’origine ivoirienne et héroïne du film « Brooklyn » qui sera projeté après la conférence de presse. Seront également présents, le Sénégalais Taijiscin alias Abdoul Aziz Sall du label C9 Records et fondateur du groupe C9soldiers,  ainsi que ses deux compatriotes, Fou Malade et Niagass du groupe Ousseynou Ak Assane.

Samedi 23 juin toujours à l‘IFM à partir de 19 heures, le public aura rendez-vous avec Jokko Fam, création musicale proposée par les festivals « L’Boulevard de Casablanca« , « Festa2H de Dakar » et « Assalamalekoum« . Elle est composée essentiellement de femmes. Cette année, le collectif regroupe Mina la Voilée et DJ Zeyna du Sénégal, Tendresse du Maroc, Ndat de Mauritanie et Ami Yerewolo du Mali.

Seront aussi présents, le groupe Djanii Alfa de Guinée, un groupe qui a été repéré par Didier Awadile Malien « TAL B« , premier artiste du rap malien à remplir le stade Omnisport de Bamako, élu meilleur rappeur de l’année au concours Mali Rap en 2009, mais aussi Med Lemine dit Big Baba de MauritanieOMG du Sénégal, avec Oumy Gueye et son puissant EP FEEM(Femmes Engagées et Entreprenantes en Musique) en duo avec Mamy Victoria. Elle figure parmi les 10 finalistes du Prix RFI.

Une soirée grandiose est programmée le 24 juin au Stade du Ksar à partir de 21 heures pour fêter la fin du baccalauréat et la clôture officielle du festival. A partir de 20 h, le public pourra découvrir le premier container inaugural du Centre culturel de ressources et de compétences Korê. Un support recouvert de graffiti animé par des artistes mauritaniens et comprenant des panneaux solaires pour éclairer l’intérieur qui sera composé d’un studio de médias numériques (Web Radio et Web TV). A 20 h 30, ce sera la finale du Tremplin Assalamalekoum Découvertes 2018 avec les 10 finalistes sélectionnés sur plus de 400 artistes. Le vainqueur de ce concours bénéficiera d’un accompagnement professionnel par Zaza Productions, la production d’un EP et d’un clip d’une valeur de 50.000 MRU (500.000 anciennes ouguiyas).

21 h 30, ce sera un concert 100% mauritanien, avec une première partie Musiques traditionnelles avec les artistes Ehel Nana, Walfadjiri et Cheikh Ould Lebiah. Se présenteront aussi, les groupes « Skip Ould Ennass Kaamleu », « Laye B », et « Capi King« , alias Mamadou Sall, la figure montante du hip-hop mauritanien qui avait remporté le tremplin Assalamalekoum Découvertes 2017 et vainqueur aussi du Tremplin Morocco Hip-Hop en avril 2018.

Ateliers et formations

Le Festival Assalamalekoum, ce sont aussi les Ateliers et les formations. Avec les Arts visuels, « Green Assalamalekoum » du 19 au 23 juin, un atelier de graffiti ouvert à tous avec Doxandem Squad du Sénégal et J.Keuz de France pour réhabiliter le container qui servira de première pierre et de prototype du Centre Culturel écologique des ressources et compétences Korê qui sera inauguré dans le cadre du programme « Nouakchott, Ville Créative » et le projet « Houna Nouakchott« .

Les inscriptions sont également ouvertes pour la composition Musique Assisté par Ordinateur (MAO) du 19 au 23 juin avec Ben Flow du Mali et KT Gorique de Suisse. Il y aura également un atelier de Break Dance qui débutera le 19 juin avec Desert Devil de Mauritanie et qui s’achèvera par une chorégraphie qui sera présentée le 23 juin sur la scène de l’IFM. Est également prévu un montage école des scènes de concert, un atelier de régie et techniques du spectacle vivant réservé aux professionnels du milieu en Mauritanie et dispensé par Emmetrop de France.

Entre le 18 juin et le 7 juillet 2018, il y aura un atelier de production d’un épisode pilote de la série « Chi Taari le Journal Rappé » avec discussions et restitution en Live sur la scène de l’IFMet sera animé par AMD avec le soutien de la GIZ, la coopération allemande.

En catégorie WebTV, du 18 juin au 7 juillet, il est programmé un atelier d’initiation aux outils et techniques de développement web et de fonctionnement des médias en ligne par Daouda Fallqui s’achèvera par la mise en ligne d’une webTV.

Au programme de cette 11ème édition aussi, une Conférence sur les 30 ans du Hip-Hop Sénégalais, avec « Café-Rencontre » animé par Fou Malade du Sénégal le vendredi 22 juin à partir de 11 heures.

Le Film « Brooklyn » (2015) de Pascal Tessaud sera projeté le mardi 19 juin avec un débat qui sera ouvert avec le public en présence de l’héroïne du film, KT Gorique à partir de 20 heures.

Cheikh Aïdara

 

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS