Menu

Nelson Mandela, Boussole de l'Afrique, Symbole de tolérance

Nelson Mandela, l’un des héros de l’histoire du continent africain est souffrant. Que Dieu l’assiste et qu’il se rétablisse. C’est notre souhait pour cette figure emblématique du monde, symbole de tolérance, batisseur d’un pays arc-en-ciel, pluriel jadis d’exclusion. Il a su faire montre de dépassement pour faire de l’Afrique du Sud, un pays modèle où les diversités se fraternisent. Ainsi, BaobabAfrique.com ouvre son espace à Mamadou AIDARA qui parle de Nelson Mandela.
Il est considéré comme quelqu’un qui a proclamé la réconciliation entre les races, qui avait passé plus que vingt-sept ans en prison, mais quand il est sorti, il n’avait ressenti aucune amertume et il a proclamé l’unité et la démocratie pour l’Afrique du Sud. 
Avocat, homme politique, longtemps prisonnier politique puis président d'Afrique du Sud, personnalité d'Afrique du Sud la plus connue dans le monde, Nelson Mandela, qui a marqué à jamais la vie politique de son pays, est, et le restera même après sa mort, l'icône de la lutte contre le régime d'apartheid qui a prévalu en Afrique du Sud jusqu'en en 1991.
D’abord son caractère forgé de courage et d’espoir, ensuite on montre comment un jeune homme apolitique savourant la vie, les jolies filles, la mode et les voitures, est devenu le centre de la vie politique de l’Afrique du Sud. A cause de son charisme, sa grande taille et sa beauté, Mandela est assez vite mis en avant pour représenter le visage de l’ANC. Après, il y a les années de la prison qui sont tragiques, mais qui ont provoqué un changement profond chez lui. Quand il entre en prison, il est un jeune homme en colère. Quand il en sort, il est devenu un homme mature, prêt à pardonner et à se réconcilier avec ses ennemis. »
Né le 18 juillet 1918, Nelson Rolihlahla Mandela est le fils du chef du petit village Mvezo. Il grandit dans un monde traditionnel qui s’affronte tous les jours contre l’administration coloniale et raciste. En 1944, le jeune avocat Mandela rejoint l’ANC. En 1946, il est marqué par l’expérience d’une grève de 60 000 mineurs noirs contre le gouvernement. Une vocation est née : « Il émane de Mandela une autorité naturelle. Il ne peut s’empêcher de charmer les foules. C’est un leader né, un homme clé pour la réflexion, la planification et l’élaboration de nouvelles tactiques. » L’éloge, marqué sur une pancarte, vient d'Oliver Tambo, ancien leader historique de l’ANC.  
Il avait été hospitalisé pour la dernière fois fin mars début avril, pendant dix jours, également pour une infection pulmonaire récurrente, probablement liée aux séquelles d’une tuberculose contractée pendant son séjour sur l’île-prison de Robben Island, au large du Cap. 
 C’est dans ce bagne qu’il avait passé dix-huit de ses vingt-sept années de détention dans les geôles du régime de l’apartheid, cassant des cailloux dans une poussière qui a durablement endommagé ses poumons.
MAMADOU  AIDARA

Retour en haut