Menu

Théâtre : la priorité des genres à Sorano

Daniel Sorano a abrité un spectacle théâtral intitulé «  la danse de la parité », le mercredi 27 juin 2018, devant un public composé en majorité de jeunes. Cette pièce écrite par Papa Samba Badji écrivain-dramaturge, adaptée de l’œuvre de l’écrivain italien Dario Fo (1926-2016) est une invitation à réfléchir sur la place et la condition de la femme dans la société. 

Interprétée par deux comédiens de Sorano, Roger Sambou et  Ndèye Fatou Cissé, cette pièce d’une heure présente les disputes quotidiennes  que l’on trouve dans la vie d’un couple.

Une distribution très légère dans l’aspect artistique parce qu’elle est jouée par deux personnes. Un décor simple et sommaire avec un contenu assez consistant où la femme cesse ses activités professionnelles avec un mari infidèle.

Une mise en scène particulièrement comique qui exhibe les disputes quotidiennes dans le ménage de « Nogaye et Tapha ». Le tout pour traduire ce couple ouvert qui s’adonne à une relation où tout un chacun est libre dans ces actes tout en restant dans les liens formels du mariage.

Née d’un volontarisme commun entre le Théâtre Daniel Sorano, le dramaturge Pape Samba Badji qui a écrit le texte et l’ambassade d’Italie, le Directeur Général de Sorano, Sahite Sarr Samb affirme : « le couple ouvert a quelque part un aspect éducatif. Cette forme de liberté qu’on voit dans les couples et surtout chez les hommes. A qui si on inversait les choses, l’homme se trouverait dans une situation comme la femme. Donc, il faut vivre une situation pour la comprendre».

Au chargé culturel de l’ambassade d’Italie Livia Satullo d’exprimer sa satisfaction de l’adaptation de la pièce qui, selon elle, est « fidèle à l’original ». Avant d’ajouter que: «ce sujet est d'actualité au Sénégal car elle aborde les relations entre hommes et femmes et la priorité des genres même si dans chaque société il y a une culture qui règle les rapports, cela reste toujours une question à discuter partout dans le monde », soutient –elle.

Fana CISSE (Baobabafrique)

Retour en haut